Attestation sur l’honneur

Plus besoin de formalités abusives qui risqueraient de retomber sur la carrière de leurs auteurs. Désormais, une simple attestation sur l’honneur permet de responsabiliser enfin les parents et leurs progénitures quant aux risques qu’ils font courir à la planète entière.

Comme je n’ai pas le loisir d’attester quoique ce soit à propos de mes enfants, qui doivent maintenant assumer seuls leur honneur, j’ai le plaisir de confirmer le mien dans les domaines suivants, et ce, jusqu’à la fin de mes jours :

J’atteste sur l’honneur prendre fait et cause pour tous les « sans ». Les sans logement, les sans papiers, les sans argent, les sans sécu, les sans travail, les sans chômage.

J’atteste sur l’honneur continuer à dénoncer les injustices de tout ordre, et particulièrement envers les plus démunis, ici, là ou ailleurs.

J’atteste sur l’honneur défendre la cause des femmes dans leurs droits, pour l’égalité, et contre les dominations qu’elles subissent tout au long de leur vie.

J’atteste sur l’honneur convaincre comme je peux de la nécessité d’un revenu universel d’existence inconditionnel.

J’atteste sur l’honneur ne pas croire aux discours officiels relayés par les médias aux ordres.

J’atteste sur l’honneur ne pas oublier et continuer les combats de mes ancêtres, et peut-être aussi les vôtres.

J’atteste sur l’honneur ne pas accepter les violences orchestrées par l’État, qu’elles soient sociales, ethniques et/ou policières.

J’atteste sur l’honneur réclamer justice pour tous les blessés et tous les morts des ordres envoyés par le locataire (en préavis) de l’Élysée.

J’atteste sur l’honneur porter un masque pour éviter de payer 135 euros de contravention.

J’atteste sur l’honneur me porter partie civile lors du procès à venir des décideurs pour incitation à la haine, restriction autoritaire des déplacements, limitation du droit d’expression et de manifestation, utilisation d’armes chimiques ayant conduit à des troubles physiologiques irréversibles et d’armes de guerre ayant entraîné de nombreuses amputations et la mort, pour non-assistance à personnes en danger, pour mensonges répétés en vue de minimiser leurs incompétences, pour mépris de la représentation parlementaire, pour recel du patrimoine national, pour non-respect de la devise de République et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Fait chez moi, ce jour, avec ma conscience.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 © Le Barbier Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 © Le Barbier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.