zazaz
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2022

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Oh, ça va, c’est qu’une baffe !

C’est clair, ça nous fait à tous mal quelque part cette histoire, mais ce n’est pas une raison pour se défiler, une fois de plus, en se disant qu’on sait ce que c’est, que ça peut arriver. Dans les crises de couple, un excès de colère peut si vite déraper, on ne se maîtrise plus, mais ça ne se reproduira pas, c’est promis.

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le problème, c’est que dès qu’on a franchi le pas, c’est déjà trop tard et c’est sûr, ça recommencera. Je ne vais pas vous apprendre que ce sont plus souvent les hommes qui tapent sur la gueule des femmes que le contraire, mais là, le vent a tourné et il n’y a plus rien qui passe. #Metoo a été salvateur, même s’il y a encore du boulot.

Comme je n’ai pas l’esprit aussi acéré que bon nombre de femmes, j’ai failli, moi aussi, me laisser prendre par le « Oh, ça va, c’est qu’une baffe ! ». Même si ce n’est pas formulé exactement comme cela, chacun, chacune peut se souvenir d’une vive altercation dans une histoire d’amour. D’ailleurs, c’était bien une histoire d’amour, non ? Je vous rassure, je me suis vite ressaisie, parce que ouais, y’en a vraiment marre maintenant !

Ce n’est pas l’amour ou le désamour qui mènent à la violence, c’est le pouvoir, et malheureusement, Adrien Quatennens n’a pas échappé à la règle. Dans sa « déclaration officielle », il répond à tous les stéréotypes du violent qui n’a rien compris. La gifle ? Ça ne s’est jamais reproduit et puis il s’est beaucoup excusé. Un an plus tard, il a saisi le poignet de sa femme, mais c’était dans « un contexte de rupture de communication ». Il a voulu lui prendre son portable, mais elle lui a sauté dessus et s’est cognée le coude toute seule en tombant. Il a tellement de mal à accepter qu’elle le quitte, qu’il lui a envoyé trop de messages, ça serait pas mal de les récupérer… Et puis aussi, leur enfant n’a que trois ans, eux se sont connus durant leurs études… Sortez les violons !

Le passage qui m’a vraiment mise en colère, c’est le coup de l’homme non violent, car je le connais par cœur, c’est tellement banal. Le mec qui t’étale tout le soutien qu’il porte à la cause des femmes après avoir justifié tout ce qu’il n’a pas respecté de cette cause. Il ne connaît pas le contenu de la main courante que sa femme a déposée, alors il imagine. Il croit que le pire, c’était la baffe, alors il avoue. Ou alors, c’est quand elle s’est cognée toute seule en tombant, va savoir, elle a pu dire tellement de trucs. Quand il a gueulé très fort avec sa puissante voix de tribun politique… Ça n’a pas de valeur, ça, juridiquement, alors il n’en a pas parlé. Il ne pouvait pas se rendre compte de ce qu’on peut ressentir face à un homme de sa taille et de sa carrure qui menace, qui crie, qui tente de récupérer un téléphone… et puis la môme qui pleure. Ça dure au moins un an, mais il n’est pas un homme violent et ce qu’il souhaite avant tout, c’est protéger le mouvement, son épouse et leur enfant (dans l’ordre !).

Alors oui, ça commence à bien faire ces mecs qui se croient tout permis au nom de leur bite et que quelques excuses suffiront à amadouer leurs victimes. En famille, au boulot, au parti ou dans les ministères, il est temps que plus rien ne passe, qu’aucune excuse ne soit valable. Il va bien falloir qu’ils se mettent ça dans le crâne, une fois pour toutes, l’impunité, c’est terminé.

Et nous, on lâche rien !

Déclaration officielle d'Adrien Quatennens du 18/09/2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey