zazaz
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2020

Le führer

Il convient désormais de nommer le dictateur et son führerprinzip d’extermination des masses. J’entends d’ici les bien-pensants offusqués de la comparaison, mais nous en avons marre de crever sous les gaz envoyés par des troupes déchaînées, aux ordres du plus sauvage de nos dirigeants depuis Pétain.

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment devrait-on sinon nommer le dirigeant d’un pays où plus rien n’est possible que la raison du plus fort ? Un pays où pendant plus d’un an, toutes les semaines, le pouvoir empoissonne à l’arme chimique, mutile à l’arme de guerre, tue sans vergogne des enfants dansants, des grands-mères à leur fenêtre ou des livreurs récalcitrants. Comment doit-on dire quand aucune parole, aucun acte ne peuvent faire dévier le chef de sa raison, la seule qui vaille à ses yeux ?

Nous n’aurions pas le droit de dire « gazés », car on réserve ce terme aux victimes des camps de concentration de la Deuxième Guerre mondiale. Aujourd’hui, les effets des produits utilisés, à forte dose et à répétition, sont considérables. Les femmes sont sujettes à d’importants dérèglements hormonaux, ont peur d’avoir des enfants, sans compter les femmes enceintes qui vivent dans l’angoisse des répercussions sur leur grossesse et leur enfant. Celles qui se rebellent encore sont frappées, traînées au sol, insultées, humiliées, par des hommes en armes, quand ce ne sont pas des femmes en tête de commandement, prêtes à faire crever sur place leurs sœurs, leurs mères, leurs grands-mères.

Si ne nous protégions pas, ces gaz nous feraient mourir et je ne vois pas la différence avec les pratiques nazies. La technique est toujours la même : séparation du cortège, rues bloquées, manifestants coincés en nasse, lancers de gaz, affolements, sortir, malaises, paralysies, vomissements, invectives, feux, pavés, encore du gaz, sortie 10 par 10, par là, non par là, non, l’autre rue, traverser encore la foule, la gerbe au sol, une jeune fille suffoquant sous une couverture de survie, du sang, des blessés, des vitrines brisées, des arrestations, des comparutions immédiates, la prison, un mois, un an.

Comme on portait une étoile jaune, on porte un gilet jaune, couleur du paria. On garde les plus vaillants pour trimer en éliminant les plus faibles. Qu’ils crèvent et si les gaz peuvent aider, il n’y a pas de raison de se priver. Les collabos sont là pour t’empêcher de rentrer dans leur bistrot pour te protéger et le commissaire viendra les remercier. Dans les rues adjacentes aux scènes de guerre, avec de courageux résistants qui vont à l’affrontement quoiqu’il leur en coûte, le Français se tait et fait ses courses, comme si de rien n’était. À Paris, Marseille, Nantes, Rennes ou Strasbourg, le peuple attend qu’on le délivre, mais ne se mouille pas trop.

Et pourtant. Dans les grandes villes comme dans celles de moins de 9 000 habitants (qui ne seront plus prises en compte pour évaluer les tendances politiques des victoires aux municipales) les voix s’élèvent, de plus en plus nombreuses. Un an après le début du réveil des Gilets jaunes, il aura fallu une ultime réforme (après celles du travail, du chômage, de l’ISF, de la fonction publique, la loi PACTE des privatisations…) pour que l’ensemble des corps professionnels réagisse. La médecine, l’enseignement, la recherche, la culture, la justice, la sécurité civile, le bâtiment, le transport, l’énergie, le tout composé de femmes et d’hommes qui voudraient pas crever dans la misère, qui veulent défendre un modèle social unique créé après la défaite de ceux qui étaient prêts à nous abandonner à l’ennemi.

Ce n’est pas la capitulation, mais la résistance qui mène à la victoire et comme tous les Führer, Caudillo, Duce et autre Père des peuples avant lui, le Macron l’a réveillée. La fin de la dictature des nantis et de leur barbarie est inéluctable et proche.

Série documentaire de propagande sous Pétain entre 1940 et 1942

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck