zazaz
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 juil. 2022

zazaz
Abonné·e de Mediapart

L’arnaque

Comme dirait Rachel Keke sur les bancs de l’Assemblée : qui, ici, a déjà vécu avec 800, 900 ou 1000 euros par mois ? À part elle, certainement pas celles et ceux qui ont finalement voté la fameuse déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé, dite AAH, et osent s’en féliciter.

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce vote est une arnaque, car il faudra encore attendre quinze mois pour rendre cette mesure effective, ce qui au-delà de l’escroquerie est un véritable scandale. Depuis plus de six ans, les élus de tous les bords réclamaient cette « avancée  historique » pour le calcul et l’attribution de cette misérable allocation de 920 euros, et il faudrait aujourd’hui se satisfaire de devoir attendre encore jusqu’en octobre, voire novembre 2023, pour que la mesure soit effective !

De qui se moque-t-on ? Une nouvelle fois, c’est le pauvre, le malade, qui doit subir l’incompétence de l’Administration, puisque l’on dit que c’est à cause de la complexité administrative à mettre en œuvre que cela ne pourra être fait avant. Il y aurait des perdants dans l’affaire. Mais que cela fasse des années que plus d’un million de personnes vivent cette entrave à l’autonomie, cela ne gêne personne ! Quinze mois de plus ou de moins, quelle importance ?

L’importance, c’est cette autonomie de la personne handicapée que l’on nous sert à toutes les sauces. Et toi, tu fais comment déjà pour être autonome, en plus de ton handicap, avec 920 euros par mois ? C’est même pas le coût d’un loyer ! Comment tu bouffes ? Comment tu te déplaces ? Comment tu t’habilles avec 920 balles ? Croient-ils vraiment que cela peut attendre ? C’est vrai, le problème est surtout le montant de cette allocation, bien en deçà du seuil de pauvreté, alors peu importe, le pauvre handicapé peut bien crever encore un peu pendant que les députés se vantent, ces chiens.

Oui je suis agressive. Oui je suis méchante. Oui je les emmerde autant qu’ils se foutent de la gueule du monde entier et en particulier des plus pauvres, des moins chanceux de la vie et aussi des femmes battues. Car derrière tout cela, il y a également en jeu l’autonomie des femmes qui ne peuvent s’échapper d’un foyer où elles sont maltraitées. Celles-là aussi peuvent bien attendre encore quinze mois cette foutue déconjugalisation du calcul de l’AAH. Non, je n’hésite pas et je tiens pour responsables ces députés inconscients qui voient le décompte des féminicides comme les mois qui s’écouleront jusqu’en novembre 2023 : sans importance.

Ayant subi depuis une trentaine d’années les aléas des systèmes informatiques des différentes administrations, je sais d’avance que même dans 15 mois la gestion de cette mesure révolutionnaire ne sera pas réglée. À défaut d’avoir décidé la rétroactivité de la mesure à la date du vote, le gel de la prise en compte des revenus du conjoint aurait certainement suffi à ce que je ne m’énervasse pas autant, mais c’est ainsi, alors je les hais. Je les méprise du plus profond de mon bulletin de vote que je continuerai d’utiliser jusqu’à ce qu’ils en crèvent ces salauds.

(du coup, ça me file la pêche pour les cinq ans à venir ;)

Rachel Keke (je t’aime) à l’Assemblée le 20 juillet

Rachel Keke interpelle les députés sur leurs indemnités, la droite outrée, Raquel Garrido réplique © 
© Assemblée nationale

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon