Mais où est passé mon cerveau ?

Ça faisait plusieurs jours que je ressentais un vide, quelque chose me manquait, mais je n’arrivais pas à déterminer vraiment de quoi il s’agissait. Ce matin, j’ai compris, la disponibilité de mon cerveau à une autre information était censurée.

Maintenant que je le sais, ça va mieux, j’ai repris mes esprits et je me sens toute légère, libre de mes pensées, reboostée pour la continuation des luttes pour lesquelles je donnerais mon âme.

Donc, la page Facebook des Cerveaux non disponibles était déréférencée du réseau Manu militari, c’est le cas de le dire ! En général, un post de mes gourous préférés vaut 20 000 vues (avec des pics pouvant aller jusqu’à 300 000 !), mais depuis 24 heures, à la mesure de l’électroencéphalogramme, le tracé indique une chute vertigineuse à 200.

En plein G7, vous avouerez que c’est plutôt rageant de perdre ainsi ses moyens, même si nous avons d’autres sources d’informations. Et puis, il est trop tard. Il aurait fallu que FB fasse cela beaucoup plus tôt pour nous atteindre, nous empêcher de nous entendre, de communiquer, de nous rallier, le mal est fait et FB peut censurer toutes les pages qu’il veut, nous ne lui rendrons pas nos cerveaux.

Bien sûr, d’autres réseaux qui voudraient le concurrencer se mettent en place, mais franchement, ça ne prend pas trop, FB reste une drogue. Ce qui arrive souvent avec les drogues, c’est l’envie de décrocher. Au début, on prend plaisir, on abuse et quand ça prend une place trop grande dans la vie, on tente de se justifier, on (se) promet qu’on va arrêter. Demain. Et on replonge au réveil !

C’est comme ça que ce matin, j’ai finalement reçu l’info, parce que tout de même, ils n’arrivent pas à tout filtrer. Obsédés par leurs algorithmes, les ingénieurs lobotomisés ont oublié la vraie vie. Ils n’ont pas vu que des gens sortent dans la rue tous les jours pour faire valoir leurs revendications. Ils se rencontrent, se parlent, inventent, créent… à l’insu de l’intelligence artificielle.

Beaucoup d’autres pages, groupes ou simples profils sont ainsi mis sous cloche par la World company, mais ce que ni Macron ni Zuckerberg (qui se sont rencontrés au moins trois fois ces derniers mois) ne savent pas, c’est que la première World company, c’est nous !

En cas de brouillage total, une seule solution : https://cerveauxnondisponibles.net

 © Patrice Gravoin © Patrice Gravoin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.