Jusqu’où iront-ils ?

De Balkany à Rodriguez en passant par Mélenchon, Ils vont tous chez Hanouna, Zemmour veut être candidat à la présidentielle, Vidal installe des distributeurs de protections périodiques contre l’islamo-gauchisme, la viande fait perdre du temps à la cantine, Hidalgo veut remettre le couvercle sur Paris… C’est vraiment le bordel !

Je ne sais plus par où j'en suis arrivée à regarder l’intro de Balance ton post !, l’émission d’Hanouna (Le juste prix, Que le meilleur gagne, La chorale des petits chanteurs, Rires et chansons, Ces animaux qui nous font rire, les enfants aussi, recordman des plaintes contre lui au CSA…) avec Mélenchon (la République). Je crois que ça a duré une vingtaine de minutes à se faire des papouilles. Le premier guindé dans son costume trop étroit, mielleux à souhait, tandis que le second renvoyait la balle en expliquant pourquoi il ne voulait pas de Naulleau (éditeur, essayiste, traducteur, critique littéraire, chroniqueur sportif, animateur de radio et de télévision, comme dirait Wikipedia) sur le plateau où ils allaient se rendre juste après. Dans un 1er temps, je n’ai pas eu le courage de me fader la totale et à la faveur d’une panne Internet de quelques jours, j’ai pu reprendre mes esprits avant de me décider à voir la suite pour le croire. En vérité, c’est quand j’ai entendu qu’Isabelle Balkany (elle s’ennuie) et Jérôme Rodrigues (faut bien qu’il bouffe) allaient piger chez Hanouna que je me suis dit que pour une fois, la première, j’allais regarder l’émission en entier, et vous savez quoi ? Je l’ai fait !

J’avais oublié que Raquel Garrido faisait aussi ses ménages sur C8. J’ai découvert les autres pigistes : Bernard Laporte (rugby, affaires, politique), Geoffroy Lejeune (Valeurs actuelles, LCI, BFM…) totalement relooké pour faire plus vieux, une femme qu’on voit sur tous les plateaux, mais dont le nom m’échappe, genre catholique de droite, Yann Moix (antisémite repenti, Goncourt, Ruquier, Grosses têtes…), et d’autres qui n’ont pas fait le poids face à un Mélenchon en pleine forme durant deux heures ! Deux heures durant lesquelles je n’ai cessé de me demander pourquoi il faisait ça, je veux dire ce genre d’émission. Il y avait aussi plein de têtes de jeunes sur des écrans qui écoutaient sans rien dire. J’ai pensé que ce serait pour la 3e partie de l’émission, mais je vous avoue, j’ai pas eu le courage !

Je sais bien que pour faire passer ses idées au fond des campagnes, la télévision est encore un outil non négligeable, mais pourquoi chez Hanouna ? Pourquoi se rabaisser à ça ? Pourquoi alimenter le groupe C (+, 8, Star, News…) qui fait la promotion de Zemmour et de ses discours immondes comme nombre de ceux diffusés en continu sur CNews ? Et puis j’ai entendu que Zemmour visait la présidentielle, ou plutôt qu’il tâtait le terrain avec ses amis. Est-ce pire que Bigard ? Plus dangereux que Le Pen ? Je ne sais pas et surtout, je ne sais plus si c’est la télé qui fabrique des candidats ou si les candidats sont obligés de jouer à la télé débile pour faire passer leurs idées ? Ou les deux.

Dans la série tout se mélange, on ne sait plus qui fait quoi, les responsabilités, les décisions, les actes, j’ai particulièrement halluciné d’entendre Frédérique Vidal annoncer l’installation de distributeurs de protections périodiques gratuites dans les universités à la rentrée prochaine. Je suis partagée entre compatir avec toutes les femmes qui ne sont pas étudiantes et penser à tous les étudiants qui crèvent la dalle, sont empêchés d’assister aux cours, ne peuvent plus bosser, mais à qui on refuse toujours le RSA. Vidal a dû se tromper de ministère.

Depuis le coup des islamo-gauchistes (à propos duquel je vous suggère fortement de lire cette analyse du Politoscope), nous avons eu la polémique lyonnaise autour de la viande à l’école. Il paraît que les services à la cantine sont plus rapides quand il n’y a pas de viande au menu… C’est vraiment ridicule de ne pas assumer, de ne rien expliquer d’autre qu’un problème logistique quand il s’agit d’une décision idéologique, voire politique. Mais c’est comme à la télé, l’important c’est le buzz, la polémique, le mensonge, et quoi de mieux pour les entretenir qu’un bon vieux confinement de la capitale ?

Après avoir défiguré la ville, la maire aurait bien aimé la reconfiner, histoire de montrer qu’elle peut être aussi irresponsable que le président, la rendant ainsi présidentiable à son tour. Car si les présidentiables, élus ou non, depuis des décennies ont quelque chose en commun, c’est bien l’irresponsabilité, dont nous payons chaque jour l’addition. À force de déléguer à des cabinets d’études ou à des conseils de défense les analyses des situations sanitaires, sociales, économiques, les gouvernants, agissant sur courbes, ne sont plus que pragmatiques, au lieu d’être visionnaires.

Alors oui, c’est le bordel. Quand on te prédit de vivre encore des années avec un masque sur le visage. Quand le démantèlement de l’hôpital public entraîne un état d’urgence sanitaire permettant le contrôle des faits et gestes de chacun. Quand le non-respect des règles établies par le commandement coûte un bras, et parfois un œil ou une vie. Quand le nombre de pauvres a explosé car des millions d’emplois ont disparu. Quand, du fait de ce qui précède, les gens ont craqué, se sont suicidés ou en ont tué d’autres, ce n’est plus du bordel, c’est une vraie catastrophe.

Je me désole de voir les marionnettes s’agiter à la télévision ou sur leurs réseaux favoris, polémiquer sur un menu, faire monter en sauce la moindre déclaration, ne trouvant que des gadgets pour tenter de contenir les pauvres. Ici des protections gratuites, là des repas à 1 euro, des aides exceptionnelles par-ci par-là, cent euros un jour, moins vingt le lendemain, tant de mesures si dérisoires qui démontrent à quel point nous sommes mal barrés à laisser faire ces incapables plus longtemps.

Voilà, ça faisait un moment que je ne vous avais pas écrit parce que c’est trop déprimant tout ça, mais finalement, ça me redonne la pêche. Vous allez voir, on va tous les éclater, on va changer le monde, on lâche rien, on va gagner !

Composition VII (1913) © V. Kandinsky Composition VII (1913) © V. Kandinsky

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.