Engrenages

Si Dijon rime avec béton, son maire a dû oublier l’origine du nom qu’il porte : équivalent de l'allemand "Rübsamen", qui désigne des plantes oléagineuses telles que la navette et le colza, et donc le probable surnom d'un producteur de ces plantes."  Son acharnement à détruire les Jardins de l’Engrenage est-il pathologique ?

La pathologie de ce maire destructeur serait plutôt à regarder du côté de sa conscience politique, s’il en fut. Apparatchik notoire, François Rebsamen inventa le nom du Raid en 1985, en référence à celui de l’insecticide « Raid, la bombe qui tue raide tous les insectes ! ». Plus jeune, il a fait ses classes à la Ligue communiste révolutionnaire, avant de gravir les échelons du PS local, puis national, de devenir maire, sénateur, puis ministre sous Valls 1 et 2. C’est peut-être là qu’il a vraiment dérapé, avec ses mauvaises fréquentations.

Adieu colza, navets, tomates et jardins partagés. Adieu le plaisir échangé par les habitants dans les potagers cultivés au cœur de la cité. Depuis un peu plus d’un an, les Jardins de l’Engrenage survivent aux destructions massives et successives des arbres, des plantes et de tout le travail accompli pour animer un endroit de cultures, d’échanges, de solidarités, de réflexions sur la ville, celle qui est souhaitée et encouragée par ceux qui y vivent, plutôt que par les promoteurs soutenus par l’édile. Après nombre de procédures, ce 29 juin, la Cour d’appel a ordonné l’expulsion sans délai des Jardins de l’Engrenage. Alors, adieu tout cela, envoyons plutôt les forces du désordre afin qu’elles finissent le boulot de destruction. Les équipes sont en cours de positionnement, les pelleteuses réservées, et le maire, qui fustigeait il y a peu ses camarades pour leurs alliances avec ces radicaux d’écologistes, pourra leur montrer ce qu’est un vrai socialiste, face à des planteurs de légumes.

Nommé ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social en 2014 dans le 1er gouvernement de Manuel Valls, il a réduit de 17 à 3 les cas obligatoires d'information et de consultation du comité d'entreprise, inventé une représentation pour les salariés des TPE (participation : 5%) et géré la fusion du RSA et de la prime pour l'emploi. Si j’avais été la rédactrice de sa fiche Wikipedia, j’aurais plutôt écrit : il entame le projet de loi contre les travailleurs, plus tard baptisée Loi Travail (ou El Khomri, du nom de sa successeure) qui réduira leurs droits et leurs protections, préparant entre autres la disparition des CHSCT. À défaut d’ouvrir le RSA aux jeunes, il préféra alimenter le millefeuille administratif en créant un nouvel intitulé : la prime d’activité, censée inciter le chômeur à retourner au turbin, car on sait bien que tout est de sa faute et la prime, c’est si tu travailles !

Détruire, détruire, il en restera toujours quelque chose, alors, dialogue social, dialogue social… ça va cinq minutes ! D’ailleurs, on attend d’un instant à l’autre la charge aux Jardins de l’Engrenage. L’école toute proche a été prévenue, mieux vaut calfeutrer. Aujourd’hui, demain, on ne sait pas, mais ça arrive, on va vous virer ça, vite fait, bien fait !

Ils vous attendent, monsieur Rebsamen, et de pied ferme avec ça !

Communiqué des Jardins de l’Engrenage (29 juin 2021)

Lettre ouverte au maire et au promoteur (4 mars 2021)

1er acharnement (juillet 2020)
https://youtu.be/VkPb_0V_0Jo

Billet sur la 2e destruction (avril 2021)
https://blogs.mediapart.fr/cl-r/blog/250421/lengrenage-dijon-de-graines-en-rouages

FB https://www.facebook.com/Jardins-lEngrenage-106858127744044/

Pétition

  

Avant destruction © Jardins de l'Engrenage Avant destruction © Jardins de l'Engrenage

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.