Musique !

Je ne sais pas si cela vous fait le même effet qu’à moi, mais quand l’Opéra s’y met, ça me fout des frissons, je suis au bord des larmes. Après les danseuses de l’Opéra Garnier, ce 31 décembre, ce sont les musiciens qui ont joué sur les marches de l’Opéra Bastille.

Opéra Bastille, ce 31 décembre © Cerveaux non disponibles Opéra Bastille, ce 31 décembre © Cerveaux non disponibles
C’est un peu dommage d’avoir terminé par l’air de la Marseillaise, mais heureusement, quelques-uns dans l’assistance se sont mis à chanter l’Internationale juste après. Et puis tout le public, des profs, des agents RATP, des cheminots, des Gilets jaunes, ont enchaîné avec des slogans, la chanson pour l’honneur des travailleurs, des appels à une manif sauvage, à la grève générale… Tous ensemble galvanisés par ce concert, comme nous l’avions été la semaine dernière devant le Palais Garnier.

Juste avant d’être alertée sur cette action spectaculaire des grévistes à l’Opéra, je regardais la vidéo de la matinée au dépôt RATP d’Ivry. Au dépôt de Pavillon-sous-Bois, un peu plus tôt, il y avait déjà eu l’intervention musclée de la milice, menant certains non grévistes à exercer leur droit de retrait. À Ivry, le blocage avait commencé à 4h30, et là aussi, ça n’a pas loupé. Après avoir parlementé un moment et négocié un passage de bus toutes les 10 minutes, les flics se sont mis à charger un groupe devant l’entrée du dépôt, et se sont emmêlés dans leurs lacrymos, les obligeant à ressortir. Pas assez réactifs, les grévistes n’ont pas eu le temps de fermer complètement la grille, permettant une nouvelle attaque des brutes déchaînées, allant jusqu’à faire tomber la grille !

J’en étais là quand les musiciens ont entamé leur premier morceau, j’ai fait une pause. Une autre émotion après la brutalité au dépôt d’Ivry. Entre moments musicaux et déclaration des personnels des opéras, les applaudissements alternaient avec un chœur de Retrait ! Retrait ! scandé par le public. C’était beau comme une soirée à l’opéra ! Un chèque de soutien de 40 000 euros a été remis au comité de grève comme on remet une Victoire, celle de n’avoir pas cédé aux tractations honteuses du gouvernement.

Avec tout ça, j’ai à peine eu le temps de voir tout ce qui se passait dans les gares, les ports, au Havre, à Paris, Rouen, à Lorient, dans les raffineries et les dépôts de carburants, mais je crois bien que ça se durcit. Je pense à Donges, c’est des sérieux les gars de la raffinerie, les rois de la barricade et du blocage. Je me souviens de leur détermination en 2016 contre la loi travail, mais il y avait moins de monde et nous n’avions pas encore connu le pire. Chaque jour, il y a des grèves et des mobilisations dans tout le pays, et la télé et la radio n’en disent rien à un point devenu totalement grotesque. Je me souviens aussi de l’ORTF !

À l’usine, dans les écoles et les bureaux, aux barreaux comme aux urgences, dans les centrales et sur les routes, la rentrée n’attendra pas le 7 ou le 9 janvier ! La nouvelle année commence et je vous la souhaite pleine de révolutions !

Merci à tous les grévistes !

Vidéo Cerveaux non disponibles sur Facebook

Vidéo la Meute sur Facebook

Vidéo Révolution permanente sur Facebook

Vidéo Brut sur Facebook

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.