Zerrin BATARAY
Avocate
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2021

Zerrin BATARAY
Avocate
Abonné·e de Mediapart

Des survies et des Hommes

Près de 3000 personnes à qui l’on avait promis un refuge en Europe, ont été acheminées à la frontière Biélorusse avec le concours de la Russie et de la Turquie, et utilisées dans le but de déstabiliser l’Union Européenne. Sur nos chaines de télévision, certains parlent « d’agression migratoire », « d’invasion » et préconisent de tirer à vue sur ces pauvres hères quand d’autres appellent à les laisser mourir de froid et de faim.

Zerrin BATARAY
Avocate
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, près de 3000 personnes à qui l’on avait promis un refuge en Europe, ont été acheminées à la frontière Biélorusse avec le concours de la Russie et de la Turquie, et utilisées dans le but de déstabiliser l’Union Européenne.

Ainsi, au mépris du droit international, au premier rang duquel la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés, ces victimes à titre multiple ne peuvent, ni faire demi-tour, empêchées par les militaires biélorusses, ni avancer, entravées par les militaires Polonais. 

Sur nos chaines de télévision françaises, certains parlent « d’agression migratoire », « d’invasion » et préconisent de tirer à vue sur ces pauvres hères quand d’autres appellent à les laisser mourir de froid et de faim.

D’autres, grands intellectuels devant l’éternel, experts autoproclamés en géopolitique, parlent  « gestion des flux migratoire », « message de fermeté ». Du sort de ces humains moins considérés que du bétail, il n’en est pas question.

Quant à nous, citoyens de France et de Navarre, les images défilent sur nos écrans. Y défilent hommes, femmes, enfants… transis de faim et de froid. Suffocations suite à l’inhalation de gaz lacrymogènes, mère succombant sous les yeux de ses petits, cadavre enroulé dans un sac plastique, la liste n’est malheureusement pas exhaustive.

Cette situation en dit beaucoup plus sur nous que sur eux.

Ce ne sont pas les seuls et les plus piégés, loin s’en faut. Eux portent leurs morts et symbolisent l’(in)humanité. Nous les regardons ou détournons le regard, et portons  le poids de l’(in)humanité. Eux tentent de survivre, certains les ont déjà enterrés.

Eux n’ont pas d’autre choix que le courage, nous pouvons encore regarder ailleurs.

Eux l’horreur, nous le sommeil. Ils appellent et nous restons sourds.

Que faire alors disent les pragmatiques-réalistes ? 

Rien qui ne soit à la portée de chacun. D’abord ne pas nous taire, nous indigner. 

Dire, écrire , interpeller, crier, appeler, chacun à sa manière. Au delà des clivages, politiques, sociaux, ethniques, religieux, que sais je encore, cracher notre refus de déni d’humanité. 

Comme toujours, les organisations humanitaires sont prêtes à fournir assistance des deux côtés de la frontière. 

Exhortons les autorités concernées à se pencher sur les solutions humaines matérielles pour répondre à cet autre drame, au nom de la responsabilité et du devoir d’humanité.

Exigeons l’instauration, sans délai, d’un couloir humanitaire.

“L’idéal de la vie n’est pas l’espoir de devenir parfait, c’est la volonté d’être toujours meilleur » a dit le poète. Peut-être y arriverons-nous, peut-être pas. Mais, personne ne pourra nous reprocher de n’avoir pas essayé.

Zerrin BATARAY, Avocate

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant