zoemalouvet
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2021

«Bon plan»: passe-droit pour violer

Mon psy-violeur n’exécutera pas sa peine tant que la décision de la cassation n’aura pas été prise. Cela signifie qu’aujourd’hui encore, il exerce « tranquillou », sans bracelet électronique, dans le cabinet où il m’a violée.

zoemalouvet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme une aberration n’arrive jamais seule… Après avoir appris la semaine dernière que mon agresseur pouvait être présent lors de mon expertise psychiatrique visant a évaluer le montant des dommages et intérêts qu’il sera censé me verser, j’apprends aujourd’hui que le pourvoi en cassation n’est pas « suspensif sur l’action civile », mais l’est sur « l’action public ». Autrement dit, mon psy-violeur n’exécutera pas sa peine tant que la décision de la cassation n’aura pas été prise. Cela signifie qu’aujourd’hui encore, il exerce « tranquillou », sans bracelet électronique, dans le cabinet où il m’a violée. La seule chose qu’il va devoir faire en attendant, c’est me verser 9.000€ pour couvrir mes frais d’avocat qui pour le moment s’élèvent à 50.000€. Oui oui. Il y a bien un zéro de plus.

Mais pour le reste, ça va, ça peut attendre ! Après tout, il ne s’en est pris qu’à une personne et sur une durée assez brève ! Évidemment, une seule personne a porté plainte, quant à la durée, il a quand même eu le temps de me violer à plusieurs reprises. Mais, ça va. Y a pire !

Donc, si on résume : En mars 2015, je porte plainte pour viol contre mon ancien psychologue. Ma plainte est prise très au sérieux.

En mai 2015, soit deux mois plus tard, cet individu est mis en garde à vue. A l’issue de sa garde à vue, étant donnée la gravité des faits, il est déféré au parquet pour un interrogatoire de première comparution devant la juge d’instruction. A la suite de cela, la juge ne le place pas comme « témoin assisté », non non, vue la gravité des faits, elle le met en examen et saisit le juge des libertés et de la détention, lequel décide d’un contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer.

Le prévenu fait appel de ce contrôle. La cour d’appel refuse à l’unanimité de lever le contrôle. Quelques mois plus tard, nouvel appel, le contrôle judiciaire est suspendu. Au final, il aura été interdit d’exercer pendant environ un an.

Novembre 2016, confrontation à l’issue de quoi il sera décidé de requalifier le « viol » en « agression sexuelle » afin de « m’éviter la cour d’assise ». Déjà ça commence à vriller. Janvier 2019, enfin, la juge d’instruction ordonne le renvoi devant le tribunal correctionnel. Octobre 2019, premier procès, condamnation à 4 ans de prison dont 2 fermes, interdiction d’exercer pendant 5 ans et inscription au FIJAIS. Ok, il est reconnu dangereux. Il fait appel. Cela suspend sa peine. Il rentre chez lui, continue à travailler, tout va bien. Allez, peut-être un léger stress du procès en appel ?

Novembre 2020, cour d’appel, 2e procès.

Janvier 2021, verdict : condamné. 2 ans de prison dont un ferme, interdiction d’exercer en libéral pendant 5 ans et « inutile » de l’inscrire au FIJAIS. Le jugement disant : « Les faits n’ayant été commis que sur une période relativement courte et à l’égard d’une seule victime, la cour, infirmant sur ce point le premier jugement, dira n’y avoir lieu à inscription de Monsieur T. au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes. »

Allez-y les mecs, vous avez un passe-droit pour agresser UNE personne, (attention, ne soyez pas trop gourmands quand-même) et sur une période « relativement courte » (à vous de bien gérer le sevrage).

Pardon, je m’égare. Cassation à venir. Deux possibilités :

  • Le jugement est cassé et donc le dossier est renvoyé devant une nouvelle cour d’appel (chouette ! ça faisait longtemps !), on refait un procès comme le premier. Le verdict tombe, il peut encore faire appel de ce verdict auquel cas l’affaire est renvoyé devant une nouvelle cour d’appel nommée « z ». A priori celle-là c’est la der des ders. On refait le procès.
  • Le jugement est confirmé.

Alors, ce qui est pas mal dans tout ça, c’est que cette procédure atteint un tel sommet de non-sens, que ça finit par me « glisser dessus ». Parce que si je m’accroche à ce que ça me fait ressentir profondément, je pense que je disparais. Eh oui, le déni est un mécanisme de défense qui a quand même une fonction bien salvatrice !

Voilà. Voilà tout ce qu’on ne dit pas. Voilà comment la justice fonctionne en France même quand la loi est respectée, même quand des poursuites sont engagées. Mon violeur est dehors, il exerce encore son métier de psychologue sans contrainte après avoir été condamné deux fois, simplement parce qu’il n’est pas d’accord avec ces condamnations. Mais ça va, il n’a violé qu’une de ses patientes, sur une période « relativement courte ». C’est sûr que cette période rapportée à la durée de la procédure est indéniablement « courte ». J’en viendrai presque à me dire que le degré de souffrance infligé est, lui aussi, « relativement faible » comparé à la souffrance que la procédure engendre. Alors évidemment, s’il ne m’avait pas violée au départ, il n’y aurait pas de procédure. Mais entre nous, il aurait bien tort de se priver de tout ce qui retarde l’exécution de sa peine.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO