Le programme de Jacques Cheminade, intitulé “Se libérer de l’occupation financière”, se base avant tout sur le renouveau du crédit national pour se défaire de “l’oligarchie financière”, la réduction du chômage et “l’assainissement économique” , en séparant au sein des banques la fonction de crédit et l’activité sur les marchés financiers. La section “Pour une culture de la vie et de la découverte” apparaît néanmoins assez rapidement dans le programme du  candidat de Solidarité et Progrès : la culture des arts et des sciences doit figurer au premier plan pour permettre l’émancipation de la jeunesse.

À partir du constat de la disparition récente d’une centaine de festivals en France, Jacques Cheminade propose d’augmenter le budget du Ministère de la culture à 2% du PIB. L’axe principal de ses propositions pour la culture est le développement d’une culture de proximité pour combler les déserts culturels. Il souhaite établir un grand programme d’enseignement de la musique, dès la maternelle, qui mobiliserait les conservatoires, les orchestres, les écoles de musique, les chorales et qui permettrait une plus grande mise à disposition des instruments de musique. Il souhaite de plus développer les musées en région. Chaque région aura par exemple un palais de la découverte. Il associe plus généralement à cette mesure le développement d’infrastructures pour le sport et la science, au même titre que les infrastructures pour la culture.

Toujours dans l’optique de développer une culture de proximité, il souhaite faire de France 5 une chaîne spécialisée sur la culture et la science. La création artistique serait selon lui garantie par le maintien du régime des intermittents du spectacle, et la titularisation des précaires du service public de la culture.

Enfin, il entreprend de redonner à la France une véritable coopération culturelle internationale, notamment en permettant aux instituts français de retrouver leur rôle de médiateur culturel international et en élargissant le rôle de l’Organisation Internationale de la Francophonie. La baisse il y a 5 ans des moyens alloués aux Instituts Français pour le rôle de médiateur culturel international, a entraîné de nombreuses répercussions négatives notamment la diminution de la programmation d’artistes locaux. La campagne #AuxSons encourage le rétablissement d’une réelle diplomatie culturelle notamment car celle ci tend à favoriser une meilleure circulation des artistes et de leurs oeuvres, et une programmation artistique ouverte sur le monde.

Les propositions de Jacques Cheminade ne s’articulent pas autour de l’enjeu central de la diversité culturelle. Seule la mesure concernant la revalorisation de la coopération culturelle internationale rejoint l’un des axes défendus par la campagne #AuxSons.

jacques-cheminade

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.