Citoyens, citoyennes, #AuxSons !

Il en est des musiques comme des sociétés ; à force de s’uniformiser, elles prennent le risque de sonner creux et de tourner en rond autour de leur nombril identitaire.

À l’aune des élections présidentielles et législatives, les incantations universalistes vides de sens et les hymnes à l’uniforme font le lit d’étranges nostalgies musicales et sociales. Les mélodies de l’identité nationale, des clochers éternels et du terroir déniant la réalité de la diversité culturelle en France, ont toujours servi à mettre au pas les peuples. Et si demain notre pays n’avait pas envie de se réveiller au son du clairon mais plutôt aux sons des musiques du monde ? Plus qu’un genre esthétique, ces musiques sont un outil politique et social qui valorise concrètement cette diversité.

Mobilisant des publics qui se déplacent chaque année plus nombreux, les musiques du monde sont les grandes absentes des politiques publiques et médiatiques. Une fois passés les festivals d’été, elles n’ont plus droit de cité dans les programmes de nos lieux de création - pourtant outils de démocratie culturelle - et sont reléguées aux arrière-salles polyvalentes. Éloignées des playlists radio, elles se retrouvent dans des émissions «  dédiées » comme on crée des rayons « ethniques » au supermarché. Le traitement qui leur est réservé relève malheureusement de l’intérêt exotique  ou au mieux, de la curiosité festive. Rien n’est dit de leurs histoires, de leurs savoirs, de leurs fonctions sociales et politiques, comme sont invisibles les 170 nationalités et langues qui font nos territoires. Déboutées enfin des textes officiels et des dispositifs de soutien, les musiques du monde restent trop méconnues de celles et ceux qui pourraient les accueillir et sont condamnées à la ghettoïsation. Il devient alors aisé d'accuser ses acteurs de « repli communautaire ».

Les musiques du monde sont ainsi mises au ban des circuits classiques de création, de production et de diffusion. Pourtant, à côté des grandes autoroutes du son, leurs artistes créent la musique des chemins partagés et des sentiers intimes, arrimant à leurs rythmes des mots venus de tous les horizons. Ces musiques font le quotidien, les joies et les rituels de nos territoires et sont la matière d'un véritable renouvellement artistique ces dernières années. Elles reflètent une France heureuse d’accueillir et de faire circuler des artistes des quatre coins de la planète, une France ouverte à un avenir fait d’hybridations et de mélanges, de multiplicités mouvantes.

Depuis 25 ans, Zone Franche, réseau de producteurs, festivals, salles de concert, labels et éditeurs, médias et artistes, est le réseau de ces musiques d’ici et d’ailleurs, fabriquées dans tous les replis d’un pays riche de sa diversité heureuse. Ses 150 membres montent aujourd'hui le son pour faire entendre les voix d’un pays qui assume ce qu’il est : divers, pluriel, riche des échanges avec le monde. Non pas un pays de coexistence d’identités séparées, où le multiculturalisme affiché serait la victoire de la tradition dominante mais un pays où chaque personne est composée d'une pluralité de sons et de mondes à elle seule, reliée et connectée aux vibrations de la planète comme un hashtag à la toile.

Par le soutien à la création, la production, la diffusion et la médiatisation des musiques du monde, redonnons à la diversité culturelle la place qu’elle mérite : réelle, représentative, ouverte. Artistes, professionnels, citoyens et citoyennes, portons la campagne #AuxSons, parce que la diversité, elle passe aussi par la musique !

Candidats, candidates, montrez-nous vos partitions pour les musiques de demain, nous vous dirons quel pays vous voulez demain.

 

Signataires : Le conseil d’administration de Zone Franche

Sébastien Lagrave, président de Zone Franche et directeur du festival Africolor

Florence Chastanier, déléguée générale Babel Med Music

Mounir Kabbaj, producteur-manager, Ginger Sounds

Stéphane Krasniewski, administrateur-programmateur Les Suds à Arles

Florian Oliveres,  directeur du Festival Détours du Monde - +Le Silo+

Blick Bassy, artiste musicien, producteur, écrivain

Ourida Yaker, productrice et gérante de Tour'n'sol prod

Olivier Delsalle, directeur du Festival d’Île-de-France

Kamel Dafri, directeur de Villes des Musiques du Monde

Corentin Blanco, producteur-booker, Metiola Productions

Maet Charles, label manager de Mix et Métisse

Jean-Hervé Michel, gérant de Nueva Onda

Corinne Serres, gérante de Mad Minute Music

Jean-Guillaume Selmer, manager, DuNose productions

Camel Zékri, directeur des Arts Improvisés

Sylvain Dartoy, gérant de L’Afrique dans les Oreilles

Habib Dechraoui, directeur d’Uni’Sons music

Bertrand Dupont, producteur et label manager d’Innacor records

Daniel Lieuze, éditeur RFI Talents

L'Appel #AuxSons pour la diversité culturelle et musicale © Zone Franche

 www.auxsons.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

AUX SONS.....................!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!