La louche, c'est souche

La gauche morale reproche à Finkielkraut d’avoir parlé de « Français de souche », mais qu’aurait-il dû dire ? « Français-non-issus-de-l’immigration » ? « Souchiens » ?

Rien, justement.

Parce que le dire, c’est immédiatement et en meme temps évoquer un ennemi intérieur postulé pas comme « nous », et dans ce « nous » se trouve généralement le prurit de la beaufitude ambiante qui en fait un sous-homme impropre aux normes identitaires qu’on veut lui imposer, loin, très loin de l’universalisme des lumières qui fait d’un « nous » autre chose qu’une exclusion.

---------------------------------------------------------------

Le propos auquel je réponds  se trouve originellement sur le site du Causeur (ici) et comme par hasard ma réponse ci-dessus n'a pas été publiée. J'ignore les raisons de cet oubli, sans doute la proximité de la photographie des maurassiens de service (Valls et Finkielkraut) qui illustrent le propos...


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.