Du coté des halls d'entrée

Ce billet est une réponse au billet de Porfirio (ici), lui-meme en réponse à un échange autour d'une gégène suscitée par un de mes propos sur l'article de Perraud (celui-ci). J'ai trouvé que le texte de Porfirio n'est pas une réponse à l'interrogation de Bigenwald, meme si elle donne une idée assez précise du concept de hall d'entrée, en France, dans son acceptation généralement admise et observable à divers degrés jusque sur ce site. Je suis obligé de me taper un billet de blog pour des raisons que je laisserai de coté.

L'original de Bigenwald est celui-ci:  C'est ça le très curieux paradoxe français : on peut parler en France du lobby juif aux Etats-Unis sans problème, mais en parler en France, c'est antisémite ! Et aux USA, on ne fait pas semblant de ne pas voir qu'il existe, mais on l'intègre tout bonnement dans la réflexion  stratégique lors de toute campagne électorale, et c'est rapporté sans problème par les media français ! On est là au coeur du délire bien français, mélange de culpabilité et d'hypocrisie. Le syndrome de Vichy est toujours présent ! Dés lors, on comprend facilement le succès de Dieudonné qui donne le sentiment de briser un tabou, surtout que le communautarisme d'autres minorités est dénoncé sans trop de problème.

 Pour ce qui est de l'essentiel de la réponse de Porfirio qui porte sur les puissances maléfiques à l'oeuvre, mon objection est de lui demander s'il a déjà observé ce qui se dit sur à peu pres n'importe quel forum autour du voile ou de l'Islam et je lui demande simplement si oui ou non le port d'un voile est autre chose que maléfique dans la perception commune. A degré de connerie égal, autant les voir toutes.

 Pour ma part, je trouve que ceci n'est pas suffisamment développé: “Il parait à peu près naturel, dans une culture libérale au sens classique, de considérer que la décision publique peut faire l'objet d'une démarche d'influence auprès des décideurs par les acteurs du domaine dans lequel la décision est susceptible d'être prise”. C'est par défaut pour moi le noeud du problème, une hypocrisie instituée qui consiste à se draper dans des principes creux ou vides de sens avec l'Etat laic et républicain comme garant d'une neutralité de surface ayant gommé toutes les différences, halls d'entrée inclus, comme si celles-ci pouvaient etre gommées ou tout simplement comme si cela était souhaitable pour le bien de tous, auquel cas j'aimerais savoir pourquoi, ou plutot en quoi.

Alors évidemment se pose comme un problème, parce que cela veut dire que se reclamer juif (ou musulman), ou meme d'ailleurs sans s'en réclamer mais du fait meme d'exister, c'est sournoisement imposer aux autres une différence supposée incompatible avec l'idéal de l'ordre républicain majoritaire. Ce droit à la différence n'est pas reconnu dans le modèle républicain et c'est ce qui fait problème sur le fond, de meme que le refus de la Liberté qui lui est connexe et dont la conception est bien plus performante chez les anglo-saxons. Liberté d'opinion bien réelle et non formelle comme ici, qui permet à n'importe qui de raconter n'importe quoi (sauf cas exceptionnels comme des appels au meurtre) sans que cela ne provoque un besoin pressant de légiférer sur ce qu'il est permis de penser ou de dire, comme si la Loi pouvait diriger ce que le peuple doit penser, comme si ceci n'était pas un fondement du fascisme. Que l'on condamne des actes racistes va de soi, mais des idées certainement pas, c'est le plus sur moyen de les propager et c'est ce que personne ne veut voir, le refoulement n'est en aucun cas une cure meme si les apparences sont sauves, la société n'est pas plus juste si des idées sont prohibées au lieu d'etre combattues par l'argumentation. Le syndrome de Vichy est bien présent et on ne fait que le perpétuer, dans un mélange de culpabilité et d'hypocrisie qui nie la possibilité de differences, et dont les Juifs sont encore aujourd'hui victimes in fine, meme s'ils ne sont pas les seules.

 Français encore un effort pour etre plus libéraux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.