A propos du blocus

Sur l'Iran, «les négociateurs cherchent des solutions militaires à un conflit politique» me parait plus judicieux comme titre. N'ayant pas pu répondre à l'article dont je fais écho ici faute de place, voici quelques réflexions sur le sujet.

Pour commencer, j'aimerais bien connaitre l'authenticité de ceci : "Ne serait-ce que la semaine passée, le guide suprême Khameini twittait sur la façon dont Israël devrait être annihilé". C'est le genre de propos outrancier un peu trop vite attribué à une cible qui mériterait qu'on s'y attarde et qu'on y regarde de plus pres. Que Khameini n'aie pas une très haute opinion d'Israel me parait crédible. Qu'il twitte (!!!) sur la façon dont Israel devrait etre annihilié en est une autre, surtout quand on comprend que c'est ce genre de petite phrase négligemment mentionnée qui permet de justifier les émoluments de celui qui l'émet de la part d'un think-tank US. Quand on cite de tels propos, le minimum d'honneteté journalistique est que l'on s'appuie sur une authentification et une traduction indépendente avant de le propager.

"La raison de la méfiance américaine est la nature même du régime iranien, un régime qui rejette l’existence d’Israël et qui critique l’influence américaine dans la région".

Soit, la messe est dite, mais quel peuple voire quel pays dans la région ne font pas de meme ? Pas un instant K Sadjadpour ne s'interroge sur les motivations du coté iranien (et pour cause son employeur est un think-thank américain ;-), et meme s'il reconnait une indéniable continuité dans la politique extérieure iranienne, il se garde bien d'en analyser l'origine.

Il aurait peut-etre été plus instructif, à coté du point de vue US exposé ici dans ses grandes lignes, d'interviewer le point de vue adverse pour tenter d'y voir plus clair.

Peut-etre se serait-on souvenu que le premier régime démocratique iranien, celui de Mossadegh élu par les urnes, avait été renversé dans le sang par les anglo-américains pour le remplacer par un régime fantoche, celui du Shah d'Iran. La raison ? Mossadegh avait eu l'outrecuidance de réclamer une aumone apparemment inacceptable sur le pétrole extrait de son sol par les sociétés pétrolères anglaises et US...

Ainsi, le Shah d'Iran, grand ami des arts et des lettres mais aussi d'Israel et du mossad qui aimait bien donner un coup de main à la sawak (police secrete iranienne de l'époque, particulièrement répressive) pour des raisons de Realpolitik à courte vue, pouvait se permettre de feter luxueusement Noel avec le gratin de la jet-set planétaire alors que son peuple, musulman, crevait de faim. Le résultat tout le monde le connait: une fois le régime fantoche balayé et les ayatollahs au pouvoir, la prise en otage catastrophique de l'ambassade US, le resserement de vis par l'éjection de Carter jugé trop mou devant l'affront, et l'arrivée au pouvoir de Reagan et plus tard des neo-cons dans une surenchère d'esprit revanchard, alliés en cela des petro-monarchies sunnites elles memes pouvoyeuses discrètes d'un extrémisme bien plus terroriste que celui des Iraniens: désolé de rappeler que faire sauter un camp militaire rempli de GIs ou de légionnaires ("terrorisme" mis à tort ou à raison sur le dos des Iraniens au Liban) ce n'est pas pour moi la meme chose que faire sauter des centaines de civils dans des lieus saints chiites, mais on ne va quand meme pas attendre du citoyen lambda d'en faire le distingo, on se contentera de relayer comme le fait cet article les présupposés de la presse mainstream.

Après la chute du Shah s'ensuit un des plus grands scandales de l'histoire récente: l'attaque de l'Iran par Saddam Hussein, avec l'aide à peine dissimulée des US et des firmes européennes qui avaient trouvé là un marché juteux à grand renfort de pétro-$ et de perpective de nouvelles concessions pétrolières...C'est ainsi que, devant une résistance insoupçonnée, des armes de destruction massives, à savoir chimiques si pas biologiques, furent procurées aux Irakiens qui massacrèrent à grande échelle (Rumsfeld lui-meme avait procuré de l'anthrax aux Irakiens !). C'est aussi la raison pour laquelle toutes les plaintes des Iraniens à l'ONU contre leur utilisation contraire aux conventions de Geneve furent dénoncées très hypocritement comme un mensonge. Ce mensonge là a la vie dure, car jusqu'aujourd'hui les bidasses US qui en ont été les  victimes pendant l'exercice de leur démolition, ont été réduits au silence...et pour cause: les numeros de série des obus ou des missiles rouillés permettent de remonter à leur fabricant, c'est ce qu'a révélé le NYT récemment.

Alors oui évidemment les Iraniens, victimes aujourd'hui d'un des plus grands blocus de l'histoire, ont toutes les raisons de se méfier, d'autant plus que pas un seul instant un seul media occidental d'envergure n'ose rappeler que les seules armes de destruction massive dans la région sont bien là où personne ne veut les voir.

On veut éviter la proliferation des armes de destruction massive au Moyen Orient ? Et bien pour moi c'est très simple: il ne fallait pas commencer. Et si on commence, alors qu'on m'explique pourquoi c'est dangereux dans un cas et pas dans l'autre autrement que de son propre point de vue. Et la cerise sur le gateau, c'est que l'Iran n'a jamais attaqué personne mais a été la victime d'une guerre qui a fait un million de morts, dont une partie par des armes chimiques ! Israel, pour le nommer, n'a jamais été victime d'attaques chimiques, a déclenché plusieurs guerres et, sans vouloir minimiser leur importance, le nombre de victimes israéliennes toutes guerres confondues est bien en deça des victmes iraniennes, civils compris.

Pour moi c'est très simple: tant qu'Israel conservera l'arme atomique sans subir de sanctions, le blocus de l'Iran restera injustifiable. Le reste, c'est un deux poids deux mesures grotesquement étalé sur les écrans de la planète. J'ajouterai que le jour où le peuple américain comprendra la taille du bobard selon lequel son intéret serait celui d'Israel, il sera sans doute trop tard pour y remédier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.