Dim.
19
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Sur la piste des étoiles…

La Nouvelle Orléans. Il était une fois un petit garçon qui avait presque tout pour être heureux. Il était aimé par une mère qui faisait l'impossible pour satisfaire le moindre de ses désirs, lui prodiguant amour et soins sans jamais mesurer ses efforts.

Dans un petit village des bords de Loire …

  

Portraits d'antan.

 

bord_loire_montlouis.jpg

 

Dans ce petit village, creusé dans le tuffeau, la vie d'alors était scandée par les travaux de la vigne pour nous offrir ce merveilleux Montlouis qui met le cœur en fête et rend les gens meilleurs. L'école du bourg n'était pas encore fermée, les gamins y apprenaient aussi bien que dans les grandes structures des villes voisines avec, en prime, ce bonheur ineffable de filer dans les champs ou sur la rivière dès que la cloche sonnait.

Pour l'aventure, compostez votre billet

 1136257.jpg

Vous qui aimez les sensations fortes, les aventures extraordinaires, les situations qui vous permettent de briller à table en narrant vos malheurs, vous devriez prendre un peu plus souvent la ligne de train de Paris à Orléans. Cette ligne a beau être l'une des doyennes des voies ferrées de notre pays, elle a le malheur d'être tombée dans l'anonymat et l'indigence, faute d'héberger le TGV, cette seule formule qui mobilise toutes les attentions du service public de transport.

Le petit Prince sans rire.

Jeu d'écriture autour de la délation

Rapport disciplinaire

 

Je suis au regret de porter à votre connaissance le déplorable comportement du sieur Victor, Petit Prince déchu, brigand des cours de récréation et taquin patenté. Chaque fois que je viens à sa rencontre pour notre séance hebdomadaire d'écriture, le sinistre personnage se dissimule dans la foule de ses camarades en récréation, cherchant à se dérober à ma vue par les plus misérables stratagèmes.

 

La portée réelle d'un billet


La libre expression suppose parfois des désagréments.

 

J'ai reçu à propos d'un même billet des commentaires peu amènes me reprochant ma franchise, ma liberté de ton et l'expression sans nuance d'un point de vue négatif et parfois assassin. Il est vrai que j'ai plus l'habitude de défendre les spectacles que j'aime plutôt que d'enfoncer ceux que je n'apprécie pas. Je ne suis pas critique patenté ; je n'ai aucun intérêt à faire ainsi du tort à des artistes qui ont mis beaucoup d'eux-mêmes dans leur production.

 

Un petit Air de rien …


Les chants de ma Mémoire.

 

 

La chanson française a accompagné mon chemin ; elle a jalonné mon parcours de milliers de refrains qui sont autant de bornes, d'indicateurs du bonheur ou de marqueurs des heurts de l'existence. Il en est même qui se sont installées avec tous les couplets ; elles peuplent mon imaginaire, ma nostalgie, ma vision du monde.

Il se noie et nous n'y pouvons rien

Alain est un élève de quatrième, un gentil garçon sans histoire, un de ceux qui ne font jamais de vagues, qui passent inaperçus dans la cour de récréation ou bien en classe. Il a bien quelques difficultés liées à cette maudite écriture, parfaitement illisible, à sa lenteur qui le laisse toujours en décalage avec ses camarades.

La Princesse et le conte des sept nuits ...

 

La vie de château les mène en bateau …

0695ecfe-9c39-4f88-bd6d-dd48b59f79fe.png

 

 

Il était une fois une rivière qui se pensait sauvage. C'était bien avant que les géographes ne l'affublent du terme pédant de fleuve qui, non seulement, a le terrible désagrément de se prendre au sérieux, mais qui plus est, lui confère une masculinité qui ne lui sied guère. Elle était peuplée de lutins et d'elfes, de mages et de fées, elle abritait des légendes celtes, des histoires fabuleuses …

 

Mon lopin de terre.


La première coupe.

 

 

Enfant de village, j'ai poussé sur le bitume du champ de foire. Si la nature fut mon terrain de jeu, je n'ai pas grandi avec une sarclette, une bêche ou bien un sécateur dans la main. Bien au contraire :j'ai toujours considéré qu'il n'y avait rien d'autre à faire qu'admirer le spectacle sans avoir à se plier près du sol. De cette éducation urbaine, je n'ai retenu que l'immense frustration de ne pouvoir uriner dehors dans mon jardin …

 

Le pain de tous nos quotidiens


Avertissement : Que les vils tenants de la biscotte, les apatrides du pain de mie, les mutants des mollesses sous cellophane passent leur chemin où je leur fais une Cène !

Newsletter