Mer.
28
Jan

MEDIAPART

Connexion utilisateur

France Bleu à l'âme


La proximité à distance …

 

 

Dans ma grande naïveté, il y a juste un mois, je portai, plein d'espoir et de confiance, le disque que le groupe LaBouSol venait de sortir, à une radio de service public. J'espérais alors un signe favorable, un message de sympathie et pourquoi pas : cadeau des cadeaux, quelques passages à l'antenne. Il est vrai que le cahier des charges de cette grande maison ronde prévoyait autrefois de servir l'expression locale.

 

La maltraitance sociale

Ces enfants qui ne sont pas nourris …

 

Je ne cesse de m'étonner et de m'indigner lorsqu'il m'arrive de croiser de jeunes enfants qui ignorent tout de leur environnement. Que j'évoque la Loire ou bien les animaux, la nature ou bien un monument, je me retrouve face à des yeux écarquillés et des mines interrogatives. Mais de quoi veut-il bien nous parler ?

 

L'émotion et non la réflexion


La société du spectacle macabre

 

 

Les récents événements qui ont sidéré le pays ont été savamment orchestrés par des médias qui ont basculé depuis quelques années dans une logique de spectacle. Le mot est, hélas, terriblement en décalage avec la réalité dramatique des faits; il fait même injure aux victimes ainsi qu'aux acteurs, mais c'est ainsi qu'il faut nommer les choses.

 

Rue de la chèvre qui danse …

Fable dominicale

Une histoire à danser debout.

 

 

 

Il était une fois, à deux pas de l'église de Recouvrance, une rue au nom si joli que j'espère que personne n'aura jamais l'idée saugrenue de la débaptiser au profit du patronyme d'un orgueilleux ou d'un important. Nul ne sait pourquoi elle porte ce nom qui pousse à la rêverie et chacun se prend de l'envie d'inventer une fable pour expliquer son histoire.

 

Le chansonnier de foire


Il était un foie …

 

En une lointaine époque révolue, un chansonnier de foire allait sur les routes tourmentées de la dés-errance. On l'appelait le Petit Irlandais, bien qu'il fût du plat pays de Beauce. Héritier du grand Macrabu, le troubadour qui séduisit la belle Aliénor d'Aquitaine, il chantait de par tout le Royaume des strophes enflammées. Hélas, à fréquenter des poètes maudits, à chanter dans les tavernes borgnes et les bals masqués, le sens de la mesure l'avait quitté : non pas pour ses belles mélodies, mais pour la tempérance qu'il avait perdue de vue.

 

Tour de vice !


La mise en scène d'une tragédie …

 

 

Comme l'affirme le bon Jacques Attali, expert s'il en est, en filouteries et en arguties, le Président et son gouvernement ont formidablement géré la mise en scène de la tragédie qui vient de frapper de plein fouet notre bon pays. Fermons le ban ; la suite n'est que le déroulement d'un scénario simplement destiné à redorer une image bien ternie jusqu'alors.

Miracle à l’ombre d’une centrale.

 

Radiations positives à contre-courant !


 

Salut.jpg


 

Décidément, le monde du spectacle est aussi étrange qu'imprévisible. À chaque public, une nouvelle aventure, une rencontre dont rien, jamais, ne peut laisser supposer la teneur. Cela relève de l'alchimie ou bien de la cuisine. On peut préparer tous les ingrédients, avoir pensé à tout avec sérieux et application, le résultat demeure aléatoire, surprenant et toujours étonnant. C'est sans doute ce qui fait le charme de cette aventure que je vous invite tous à tenter un jour.

 

Une sirène prénommée Armelle

 

Sa folie piscicole …

 

miss sardine.jpg


 

Armelle aime l'art qui ne tourne pas en queue de poisson. À l'approche d'un pinceau, elle frétille, mord à l'hameçon de chaque mot ou expression qui lui donne à penser en images par le prisme du poisson. Elle a dû être sirène dans une autre vie pour porter ce regard si aimant sur nos amis des rivières et des eaux profondes.

 

Dieu en question !

 

Nul n'est prophète en son Charlie ...

 

D1.jpg

 

Comment recommander son âme à Dieu quand le cachet de la poste ne fait plus foi ?

Les saints restent-ils de glace devant les soixante-dix vierges ?

Comment un apatride peut-il être prophète ?

Doit-on rendre le coup de grâce à Dieu ?

Dieu aime-t-il se faire prier ?

Ce qui relève vraiment du blasphème …


L'escalade de l'horreur ..

 

 

Parfois, il est bien compliqué de comprendre les circonvolutions de l'esprit de nos amis croyants. Un simple dessin, une œuvre de papier et de pure imagination leur fait pousser des cris d'orfraie. Ils s'indignent, réclament l'interdiction de l'immonde chose, ils interdisent et parfois décrètent l'excommunication, ou pire encore, déclenchent les foudres de Dieu contre le coupable.

Newsletter