Dim.
01
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Du plus profond de la mémoire

Fable dominicale

Le sceau de l'alliance

 

440px-Chateau.Sully.sur.Loire.png

Il était une fois en un petit duché des bords de Loire, un prince bon et juste, aimé de ses sujets. Le brave homme chérissait son épouse, une femme tendre et aimable qui lui donna une fille : Blandine, merveille des merveilles. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des duchés quand, hélas, le mal sournois vint étendre son ombre sur les parages …

Les drôles de bêtes en question

La ménagerie se déchaîne ...

 

Les hommes politiques ne sont-ils pas les canards boiteux de la société ?

À force de trop tirer sur la corde des vaches à lait, ne vont-ils pas tarir la poule aux œufs d'or ?

Peuvent-ils tondre des moutons tout en les caressant dans le sens du poil ?

Depuis qu'ils nous traitent comme des chiens, ne va-t-on pas les regarder en chiens de faïence ?

L'emblème national n'a-t-il pas sauté du coq à l'âne ?

Le Cercle des joyeux Arcandiers

 

Tours de vis salutaires.

 

casse-crou00FBte u00E0 couple.jpg


 

Ils sont jeunes retraités ou bien disposent d'un peu de liberté, ils ont la main habile et la bouche gourmande, ils aiment la Loire, l'amitié et les chansons et par-dessus tout, ils ont besoin de faire quelque chose de leurs mains. Ils sont compagnons chalandiers ici mais pourraient bien être dans une autre association ailleurs ; ce sont les joyeux bricoleurs du patrimoine ligérien …

 

Journal Infime

 

Billet n° 2 222

Six ans déjà


Ma Lanterne.jpg

Six ans déjà que je me suis lancé dans cette folle entreprise de publier chaque jour un billet d'humeur ou bien un texte difficilement qualifiable où la fiction, la légende, l'humour ou bien la dérision se mêlent pour former un curieux capharnaüm textuel. La grande prétention que voilà d'imposer ma vacuité à la curiosité de quelques lecteurs égarés sur la toile !

 

Porte de Versailles ou l’avis des bêtes !

 

Curieuse récompense.

 

a  campagne.jpg


 

Depuis de nombreuses années, nos amis les animaux domestiques, ceux des fermes et des basses-cours ont pris l'habitude de se retrouver, une fois l'an, Porte de Versailles. Non, bien sûr, pas tous : cela serait impossible, mais les plus méritants et méritantes d'entre eux. Brossée de près, maquillée, ressemelée, le poil lustré ou les plumes amidonnées, la bête qui s'est illustrée dans sa province, a droit à une merveilleuse récompense.

 

De la poche au chat et vice versa

Les langues en question

 

10931557_878059232237587_8116638732501042771_n.jpg


 

La langue de bois a-t-elle encore des racines latines ?

Les langues de vipère finiront-elles par faire leur mue ?

La langue maternelle est-elle mono-parentale ?

Les petits rats de l'Opéra donnent-ils leur langue au chat ?

Si le silence est d'Or, la langue ne serait-elle pas d'Oc ?

Donner sa langue au chat.

Spécial Vacances

Question de confiance.

 Donner-sa-langue-au-chat-2-e1404400884208.jpg

 

Qu'elle soit de vipère ou de belle-mère, pendue ou bien échevelée, la langue qui sèche, qui ne trouve pas la réponse doit être abandonnée au félin domestique. Il en faut une dose de confiance pour confier un bien si précieux à cet affreux greffier capable de sournoiserie comme de fourberie.

Jeux de Meung ...

Fable des Petits Instants

De drôles d'animaux.

 

1544480_1464040677140825_1259071423_n.jpg



Le Bonimenteur peut s'autoriser bien des largesses avec l'Histoire. Il n'y a pas de raison de s'en priver quand celle-ci est aussi incertaine qu'improbable, invérifiable ou bien sujette à caution. Au pays des légendes chacun peut apporter son grain de sel. Je pense qu'en la circonstance, le vin de Loire tiendra davantage le premier rôle que les petits cristaux de chlorure de sodium !

La vergue me prend au mot !


Le fond se morfond la forme …

 

Indubitablement, il y a grand risque de confusion quand l'objet se travestit, se prenant pour un autre au nom de quelques formes subjectives. La corne de rhinocéros ou le gingembre se voient rangés dans cette catégorie car leurs formes oblongues font rêver quelques soubrettes et garçons d'ascenseur. Je reste, par-devers moi, dubitatif, quant à la capacité des mots à dériver de leur sens sous prétexte fallacieux de consonances malicieuses.

Laïque, nom de Dieu, et fier de l’être !

 

Sacrebleu …

 

2013-09-09-baudry.jpg


 

Voilà les chantres de la pensée unique en route pour un nouveau combat ; pas un combat d'arrière- garde ou bien de tranchée. Non, rien de tout ça ! C'est une nouvelle croisade qu'ils entendent mener, une bataille éclairée par l'onction divine, la nécessaire tolérance pour les religions et la liberté de culte. Et pour couper le bec à ces affreux bouffe-curé, ces maudits agnostiques, ces mécréants sans foi ni droit, ils affublent leurs ennemis jurés du merveilleux substantif de laïcards.

Newsletter