Ven.
22
Mai

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Terrain vague… Ou le dernier espace du jeu libre

Mon enfance était placée sous le signe de la liberté. C'était un temps où il n'y avait rien à craindre vraiment : les enfants évoluaient sous le regard bienveillant de tous les adultes ; chacun s'octroyant éventuellement le droit de recadrer celui qui faisait trop grande bêtise sans risquer, bien au contraire, de recevoir les foudres de parents irascibles et courroucés. Le vivre-ensemble avait encore un sens, la régulation était le lot de tous.

Le théâtre de la démocratie locale


« C'est moi qui décide ! »

 

J'ai eu le prétendu privilège d'assister en tant que spectateur attristé à une séance du conseil municipal de notre bonne ville. Jamais, à ma grande honte, je n'avais pris la peine de me rendre à ce grand rendez-vous incontournable de la citoyenneté locale. Désormais, je comprends la pertinence de l'expression et, si peine il y a, c'est bien le sentiment qui ressort de ce triste spectacle qu'il me fut donné de déplorer.

Le labyrinthe de tous nos silences.


Du film à notre passé.

 

L'ami Fatizo et ses chroniques cinéma m'avaient donné envie de voir le film allemand : « Le labyrinthe du silence ». Le sujet difficile ne m'a pas effrayé, bien au contraire ; j'ai pris le contre-pied de la fête locale pour, malgré le défilé johannique, me rendre au cinéma. L'aventure n'était pas tout à fait simple car il fallait couper la route des commémorations à la gloire d'une héroïne qui s'accommode de toutes les exploitations possibles. De plus, le 8 mai était le jour tout indiqué pour un tel sujet !

Secret professionnel … Le 7 mars à 14 h 15

La vie moderne n'est jamais à cours de surprises et d'étonnements. Une visite anodine chez un camarade s'est transformée pour moi en une redoutable introspection, un voyage dans son intimité sans que j'eusse rien demandé au départ.

Pour oser, ils osent …

Je viens de me faire gruger et je suis encore sous le coup de la plus violente colère qui soit. J'ai sans doute manqué de vigilance, j'ai fait preuve d'une naïveté crasse, j'ai voulu jouer les bons esprits en manquant singulièrement de lucidité.

Sous le sabot d'un cheval …


Conte à rebours

 

Il était une fois une vieille femme, ni reine, ni belle, ni riche, ni douée de pouvoirs magiques. Elle allait de par les rives confectionner des brassées de luzerne pour les lapins, des fagots pour le feu, des bouquets de fleurs sauvages pour les donner à qui les lui demandait. Elle était courbée par l'effort, tremblante et fragile. Elle n'avait ni amis ni famille et la vie, pour elle, s'achevait dans la peine et la misère.

 

Palmes d'Or ligériennes

L'oie ne fait pas de cinéma.

 

Il n'est pas si simple d'être une oie

Quand survient le festival de Cannes

Bête délaissée reste sans voix

Car nul ne vient lui chercher chicane

Bulletin météo.

 

Le ciel peut attendre.

 

 Curieux phénomène ! Plus la France s'urbanise, plus la météorologie devient le souci majeur du citadin en refus de contrariété. La pluie, quelle horreur ! La neige, quelle panique ! La grêle, ciel ma carrosserie ! Le vent, souffler n'est pas jouer ! Le soleil, c'est beaucoup mieux mais gare aux vieux, aux yeux, aux gueux …

 

la-loire-est-montee-au-ras-des-quais-sous-la-pluie.jpg

La boule de Fort

 

 

 

Rencontre en pays d'Anjou.

 

Depuis le temps que j'en rêvais ! Dédé m'a permis de découvrir ce jeu merveilleux, entouré d'une tradition forte et d'un décorum merveilleux. Les épicuriens d'Anjou s'adonnent à cette pratique ancestrale : une détente, un sport, un art de vivre, un jeu d'adresse ou bien d'ivresse …. qu'importe la manière dont on peut désigner le rituel ; la boule de fort est un instant suspendu, une façon de s'extraire de la course folle de notre société, de devenir le maître du bon temps …

 

58392172.jpg

 

La grande concertation


Au pays de jocrisses …

 

Ma grande et noble administration m'envoie un courriel afin de solliciter mon opinion au sujet de la célébrissime Réforme de Madame notre digne ministre de l'Education Nationale. Après les propos sans ambiguïté de son chef, ce premier ministre si démocrate, la moindre remarque acerbe, négative ou ironique serait perçue comme offensante, attentatoire au sérieux et au sens de l'intérêt général qui caractérisent si bien l'équipe en place. Il est donc plus prudent de ne pas répondre à ce questionnaire, d'autant que les dés sont jetés : la consultation n'étant que de pure forme.

Newsletter