Dim.
23
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le commerce de la crédulité.

Bonimenterie dominicale

Jésus, un cœur à prendre …

 

 

Nous sommes au XVII° siècle en notre bonne ville d'Orléans. La confrérie des marchands naviguant sur la Loire et les rivières allant à icelle, est à son apogée. La cité johannique est la plaque tournante du trafic des marchandises pour le royaume de France. La prospérité pour quelques-uns, beaucoup de travail pour les autres : la répartition habituelle dans les sociétés opulentes.

 

Quelques mots

Chanson à prendre !

 

J'aimerais partager quelques mots

Pour qu'ils deviennent de belles chansons

Des mots tendres qu'on dit sans façon

Des mots doux qui donnent des frissons

J'aimerais vous offrir tous mes mots

Pour briser les laideurs du moment

Des mots durs qui deviennent tourments

Des mots forts qu'on hurle dans le vent

 

Chimères

Les illusions intimes.

 Qui n'a pas sa petite collection de chimères ? Nous nous nourrissons de ces vains espoirs qui peuplent nos rêves et nos désirs. Nous en savons les limites, nous devinons qu'elles sont impossibles, illusoires, dérisoires, cependant elles nous guident et nous maintiennent debout. L'inaccessible est notre but, au bout de ce chemin dont l'unique raison d'être est d'y rencontrer cette présence rassurante qui peuplait nos rêves d'enfants.

Le flux et le reflux


Les affres d'une destinée.

 

 

Et si nos vies n'étaient faites que de ce mouvement permanent de flux et de reflux ? J'en viens à le croire tout en me laissant aller à ce puissant mouvement de ressac qui vient se briser parfois contre les rochers de la réalité. Je ne suis qu'un être soumis aux influences lunaires, à la force magnétique et aux pulsions secrètes. Mon libre arbitre serait donc une illusion, une invention des sages pour nous montrer une voie que jamais je ne pourrai atteindre.

J'aimerais vous raconter des histoires


Demandez le programme 

 

J'aimerais vous raconter des histoires

Vous prendre ainsi par le cœur

Et vous amener à croire

Les boniments du conteur

L'ennui


Une toile d'araignée …

 

C'est le pire compagnon qui soit. Il vous ronge de l'intérieur, vous englue dans ses filets. Il transforme votre quotidien en une terrible épreuve, une course effrénée à l'activité, le mouvement, l'occupation, dans le seul but de rompre avec sa danse lancinante.

 

Le livre en question

Ma petite Librairie

 

Ne vaudrait-il pas mieux vendre en poissonnerie ces livres qui contiennent tant de coquilles ?

Faut-il écrire un livre pour tourner une page ?

La reliure est-elle destinée à éviter le hors-sujet ?

Un beau sujet de livre peut-il être sans objet ?

L'auteur a-t-il toujours droit au chapitre ?

Le renard, le bouc et tous les autres …


Réflexion !

 

Un renard qui venait de s'offrir un délicieux camembert de Normandie au lait cru en se jouant d'un stupide volatile perché dans un arbre, se disait en son for intérieur qu'il était bien le plus astucieux quadrupède de la création. Il avançait fièrement dans la plaine, la queue empanachée, toute gonflée d'un orgueil démesuré et la tête haute comme il se doit. Il allait ainsi quand il s'approcha d'un puits qui n'était pas si profond, qu'on ne pût s'y mirer tout à loisir.

 

Question de point de vue.

Le renard et le bouc

Les conteurs se succèdent et la fable prend bien des atours. Chacun décrit la scène selon sa sensibilité et les besoins du moment. Le renard doit être le vainqueur et le pauvre bouc finira par tourner bourrique. Les époques changent mais jamais la tournure de l'histoire. Le plus rusé trouve une astuce et le pauvre nigaud finit en dindon de la farce.

Jeanne se délivre d'Orléans …


Les cheveux de la dignité !

 

Quand on s'appelle Jeanne et qu'on vit à Orléans, on rêve sans doute de grands destins ; d'autant plus quand on a 17 ans et toute la vie devant soi. Jeanne avance fièrement dans la ville, le cheveux au vent, libre et tranquille. Elle est déjà femme, séduisante et heureuse de marcher le visage découvert et la tête haute …

Newsletter