Jeu.
30
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Mon petit grain de sel

De la terre à la mer

Comment voulez-vous qu'un garçon, né dans le grenier à sel de son village, ne soit pas sensible à la belle cité de Guérande, capitale autoproclamée des marais salants ? La beauté du site et la magnificence de la zone protégée, domaine des paludiers, ne peuvent que toucher le rêveur et l'esthète, tout comme le conteur, naturellement.

La côte sauvage …


Entre mer et légende.

 

La grande baie de La Baule propose sa litanie d'hôtels et d'appartements luxueux. La plage pour unique façade, des kilomètres de sable et des constructions qui se bousculent pour avoir l'imprenable vue sur la mer. L'homme a marqué son empreinte sur le paysage : une marque sans âme et sans histoire. Seul le prix du mètre carré mène la danse des promoteurs.

 

De bien lointains visiteurs ...


La piqûre de rappel …

 

 

Il était une fois un homme charmant qui aimait à recevoir ses amis. Ceux-ci venaient à lui, les uns à l'improviste et les autres en se perdant en chemin. Il lui était bien difficile de concilier ces deux manières de lui faire visite, d'autant qu'il aimait à mettre les petits plats dans les grands et les bouteilles sur la table …

 

Les enchanteurs du silence …


Les maraudeurs du jeudi


 

Les Maraudeurs seront en pérégrination ce soir. C'est devant la cathédrale que débutera leur tour des humains en marge de notre monde si douillet. Je souhaite les observer, prendre le pouls de cette magnifique initiative instiguée par des personnes si modestes qu'il n'est pas nécessaire de les nommer ici.

La fée ménagère.


Les limites du progrès.

 

Une fois n'est pas coutume, abandonnons les rives de la Loire pour nous enfoncer dans la Sologne mystérieuse. Il fut un temps où cet espace marécageux était le royaume des mystères, des brumes et des cérémonies magiques. Il est vrai que vivre alors dans cette région rude relevait de la volonté farouche d'affronter les difficultés et la misère.

 

La fille, épistolaire.


Derrière sa lucarne …

 

 

Elle se raconte, elle se dénude, elle se livre sans fausse modestie ni pudeur. Elle a découvert l'usage des mots , non pas ceux qu'elle pouvait dire mais ceux qui se couchent sur le papier, se donnent, dévoilent, mettent à nu. Écrire, la belle et grande aventure que voilà ! Elle ne s'en croyait pas capable et voici qu'elle se laisse prendre par cette étrange assuétude.

 

Les confidences de la porte d'à côté.

Séance de signature


 Je viens de vivre une curieuse expérience pour l'apprenti écriveur que je suis. Mes voisins tout proches m'ont convié chez eux afin que je dédicace ce livre que je n'avais pas osé leur proposer. Fausse pudeur ou bien discrétion louable ? J'avoue n'en rien savoir. Mon voisin m'intimide, lui qui est un fin lettré. Son épouse travaillait elle aussi autour du livre. Je ne me sentais pas de taille avec mon modeste fascicule …

 

Aller aux champignons …


L'aventure au coin du bois

 

Il y a bien des manières d'aller aux champignons. Je sais ceux qui détiennent secrètement un coin, qui s'y rendent en brouillant les pistes, qui connaissent tout de la forêt et n'y vont qu'à coup sûr. Ceux-là sont des ramasseurs redoutables, organisés, méticuleux. Ils ont du temps libre, la possibilité d'arpenter les bois aux premières heures du jour. Ils sont désespérants d'efficacité et, si peu partageux, que je les laisse à leurs paniers recouverts d'un journal pour ne rien laisser paraître aux malheureux de mon espèce.

Le couple en question

Tiré par les cheveux

 

Vivre à deux ! Est-ce un partage ou bien une négociation permanente ?

Est-ce que l'union fait le divorce ?

Le contrat de mariage est-il plus écorné que l'amour ?

Le régime matrimonial est-il indigeste ?

L'alliance est-elle de même nature que le boulet ?

Où vont les chevaux quand ils dorment ?

 

Suspendu au Panthéon de la chanson …

 

Allain Leprest est de ces géants qui n'ont connu, de leur vivant, ni la reconnaissance ni les honneurs des antennes . Heureusement, la mort ne condamne pas à l'oubli ceux qui ont laissé une œuvre suffisamment forte pour contraindre les oublieux, les indifférents, les petits esprits à réviser la sentence par laquelle ils l'avaient condamné. On nomme postérité cet étrange sursaut des prescripteurs de notoriété. On remarque, dans un mouvement inverse, l'oubli éternel dans lequel tombent bien des étoiles filantes ...

 

Newsletter