Sam.
20
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

À l'usage des mots.


L'assuétude avouable  ...

 

 

Mes mots ! Une histoire d'amour déçue de querelles en rupture, de fautes en incompréhension, de réconciliation en adoption. Ils sont compagnons de doute, jamais je n'ai su maîtriser leurs parures, ils sont amis infidèles de désaccords en traits d'union. Pourtant, jamais ils ne m'ont quitté même si les écrire ou les dire me fut toujours délicat.

 

La fonction perd de la hauteur

 

Les discours de nos présidents.

5955651.jpg

 

C'est étonnant ce que nous avons pu perdre en éloquence depuis quelques années. La France, ce phare de l'intelligence et des lumières a pris l'habitude d'être représentée par des êtres de peu d'étoffe et d'encore moins de verve. Depuis le merveilleux discours de Dominique de Villepin aux Nations Unies, nous avons choisi de sombrer dans le ridicule.

 

Se rabibocher.


Le grand pardon.

 

 

Voilà un verbe qui fleure bon la vieille France, la vie d'avant, celle du temps où il fallait faire avec et où chacun savait mettre de l'eau dans son vin. C'est la plus belle manière de faire la paix, de cesser de se déchirer et de renouer les fils. C'est encore l'occasion de repartir du bon pied, même si quelques petits cailloux blessent encore parfois …

La note est salée

L'école donne le ton …

 

La sacro-sainte note devrait vivre ses derniers instants. Qui versera un soupir pour ce vestige de la normalisation scolaire ? Sans doute les nostalgiques du classement, de la compétition à outrance entre coreligionnaires prêts à tout pour étouffer le voisin. La note était trop salée, elle a conduit le rafiot au naufrage et les élèves à la désespérance.

Vous avez le bonjour du Burkina !

Les gens sont mesquins …


 

Je devine qu'il se trouvera des lecteurs pour confirmer le titre et penser que je n'ai que ce que je mérite. Je les remercie par avance de leur sympathique affection. Quant aux autres, je les invite à suivre les déboires d'un pauvres idiot, toujours prompt à faire n'importe quoi, pour se faire remarquer, diront les premiers, par maladresse, penseront les plus indulgents.

 

Les deux ancres …

Fable dominicale

De quel métal suis-je fait ?

 

Il était une fois un brave homme qui avait bien du mal à nourrir les siens. La vie l'avait fait naître sans fortune, il n'avait pour seules richesses que la force de ses bras et une vieille barque qu'il avait sauvée de la ruine par des trésors d'ingéniosité et de patience. Avec ses bras, il déchargeait les chalands lourdement chargés, se faisait portefaix sur les quais de Loire.

 

Le héron et le cormoran

Fable à chanter ...

 

 

Un héron qui voulait faire le beau

Se mit à imiter d'autres oiseaux

Les corneilles tout comme les cormorans

Leurs façons et leurs comportements

L'âme d'une maison.


L'esprit du vin !

 

 

Georges et Anne-Marie tiennent chambres d'hôtes dans le petit village de Chénerailles. La maison accueille celui qui devient aussitôt l'ami de passage, en lui donnant le sentiment d'être de la famille. L'histoire imprègne les murs et la décoration. Ici, quatre générations de la même tribu ont construit l'espace et la vie de ce lieu récompensé par 4 épis aux Gites de France.

 

De merveilleux « Petits instants « 

 

L'œuvre d'une vie.

 

1669723_878084178892532_6832924651397677847_o.jpg


 

En ce vendredi 5 décembre, veille de Saint Nicolas, les amoureux de la chanson se sont retrouvés autour de Dan Grall qui célébrait la sortie de l'œuvre de sa vie : un livre disque, une pure merveille d'illustrations et de d'érudition marine. Un coffret de quatre CD, un album et des partitions, les paroles de chaque chanson toutes accompagnées d'une explication détaillée.

 

Parler, Lire, Écrire, Compter, Penser.

 

Et si nous en restions là ?

 

robert-doisneau-l-information-scolaire-ecole-rue-buffon-paris-v-1956.jpg


 

*1

De réformes en réformes, les penseurs du ministère de l'instruction publique chargent la mule d'une école exsangue qui ne forme plus que des ânes bâtés. La faute à des élites qui n'agissent, semble-t-il, que pour satisfaire aux effets d'annonce sans plus se soucier de la réalité du terrain. Ainsi, confondant depuis toujours éducation et enseignement, il faut désormais se préoccuper de former le futur citoyen, travailleur, consommateur, chauffeur et voyageur, sans lui fournir au préalable les bases incontournables du savoir élémentaire.

 

Newsletter