Lun.
27
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'anachorète du Net


La vacance de l'assuétude…

 

Voici que se profile dans l'irréversible immédiat, une terrible épreuve qui me glace d'effroi. Face à moi s'ouvre un gouffre insondable. Je m'apprête à plonger dans le vide, dans cet inconnu sans fond que constitue une retraite, un exil loin de la ville. Seul, face à moi-même, je suis contraint de vous priver sans ménagement de cette compagnie qui vous est devenue certainement indispensable.

Évangéline et Gabriel


Histoire d'un amour impossible.

 

Elle s'appelait Évangéline ; elle était jeune et pauvre. Elle vivait en bord de Vienne, effectuant différents travaux qui s'offraient à elle. Cette année, en 1751, on cueillait les pommes qui étaient plus précoces qu'à l'habitude. En ce début de septembre, du côté de Châtellerault les caisses s'accumulaient sur les quais, prêtes à être expédiées vers la capitale.

 

Le héron se fait cabot

 

Fable des bords de Loire

 

Héron1.jpg

 

 

Photographié de toutes parts

 Le héron s'est senti pousser des ailes

 Lui qui devient modèle d'art

 Se prend alors pour une merveille

Le transport galère

Je vous avais déjà narré l'histoire de cette classe qui, par quatre fois, avait vu son car scolaire arriver avec près de trente minutes de retard pour se rendre à la piscine. Quatre séances annulées sur les douze prévues, il y avait de quoi enrager. Puis des témoignages me sont parvenus afin de souligner que la chose n'arrivait pas que dans notre bonne ville, qu'elle était fréquente et qu'il n'y avait rien à faire …

Adieu l'ami


Sortie de route

 

Chronoculteur, nous l'appellerons ainsi, nous a quitté sur les routes de son cher Aveyron. Sa vie c'était la route, la moto et la voiture, lui qui se trouvait trop à l'étroit dans son métier d'éleveur. Il m'avait confié sa reconversion professionnelle, cet abandon d'une ferme qu'il avait reprise par tradition, par obligation, par contrainte. Il livrait des colis, il allait sur les routes étroites de son beau département pour retrouver des humains, parler avec eux, créer du lien.

Une cousine acadienne


Chanteuse et conteuse …

 

Quelle belle rencontre que voilà ! À l'initiative de Dan Grall et des bénévoles et fondateurs de l'association Saginess, Sandra Le Couteur est venue se produire dans le magnifique petit théâtre de Beaugency : « Le Puits Manu ! » Hélas, par manque de relais médiatiques, la salle n'était pas aussi remplie que l'aurait mérité la formidable prestation scénique de notre cousine acadienne.

 

Se faire la valise !

Ils ont fui la misère, la peur et l'horreur. Chez eux, comment se sentir encore chez soi quand plus rien ne tient debout, que des fous se réclament d'un Dieu pour imposer un ordre inique, un état monstrueux, une chape de plomb et de haine ? Ils n'ont plus ni place ni espoir. Alors, la fuite est leur ultime issue, la porte de salut ou bien de sortie.

Une belle fin

Étrange objet cinématographique que voilà, réalisé par un Italien au patronyme célèbre : « Pasolini ». Celui-ci, Uberto de son prénom, est connu pour avoir abandonné une florissante carrière de banquier dans la « city » de Londres et obtenu un succès retentissant avec un film produit en 1997 : « The Full Monty ». Son premier film derrière la caméra a été primé dans de nombreux festivals : « Sri Lanka National Handball Team », sorti en 2007.

 

Une-Belle-fin-un-film-contre-l-indifference_portrait_w532.jpg

 

Sur la piste des étoiles…

La Nouvelle Orléans. Il était une fois un petit garçon qui avait presque tout pour être heureux. Il était aimé par une mère qui faisait l'impossible pour satisfaire le moindre de ses désirs, lui prodiguant amour et soins sans jamais mesurer ses efforts.

Dans un petit village des bords de Loire …

  

Portraits d'antan.

 

bord_loire_montlouis.jpg

 

Dans ce petit village, creusé dans le tuffeau, la vie d'alors était scandée par les travaux de la vigne pour nous offrir ce merveilleux Montlouis qui met le cœur en fête et rend les gens meilleurs. L'école du bourg n'était pas encore fermée, les gamins y apprenaient aussi bien que dans les grandes structures des villes voisines avec, en prime, ce bonheur ineffable de filer dans les champs ou sur la rivière dès que la cloche sonnait.

Newsletter