Ven.
27
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

C'est devenu une mascarade ...

 

Il fut une époque, pas si lointaine, où pour aspirer à une élection quelconque, il fallait être un notable implanté, un homme qui usait de son prestige pour porter haut et fort une posture qui lui permettait de recueillir les voix de gens redevables, admiratifs ou simplement respectueux. Il était encore possible d'être un arpenteur de terrain, un militant acharné qui n'avait de cesse de rendre service, de démontrer par l'exemple la solidité de son engagement. C'était, vous l'avez constaté, une époque où il était conseillé d'être un homme pour atteindre le Graal.

 

Les familles des victimes …


Leur drame fait de vous des charognards …

 

 

Une nouvelle catastrophe, et le grand cirque médiatique se met en branle dans l'instant. Le manège est parfaitement réglé et rien ne peut désormais prendre de court nos champions de l'indécence en boucle. Il n'est d'ailleurs plus temps de s'indigner ou de s'étonner : tout ceci est entré dans les mœurs, si on peut qualifier ainsi ce déballage insane.

 

Maison des personnes handicapées

À la M. D. P. H. ...

… Le temps ne compte pas 

Handicapés-démarches multiples et complexes pour accéder à ses droits-72.jpg

Une personne handicapée doit avoir tout son temps quand il s'agit d'entreprendre une démarche, de bénéficier d'un droit ou d'obtenir une aide prévue par la loi. Car voyez-vous, dans notre bon pays, quand on promulgue une loi, qu'on énonce des principes, qu'on fixe des règles, la dimension du possible est toujours négligée. Seule l'annonce compte, pour enrichir la réglementation sociale de quelques facilités illusoires et de promesses souvent inaccessibles.

Elle ne manque pas d’air ...

circulation-alternee.jpeg

Au secours, l'air est pollué. Nous sommes envahis par les particules, l'air est saturé de saloperies insidieuses, de poisons silencieux et lents. Un nuage vaporeux et détestable survole nos belles villes irrespirables. Qu'importe, il y a des choses bien plus importantes de par cette planète qui va à sa perte. Ne changeons rien : il faut faire semblant de ne rien voir.

Pour quelques bulles dans l’eau ...

Histoire de Loire

Ne pas prendre les vessies pour des badernes …

 

Pont de Meung.jpg

 

Il était une fois une petite fille des bords de Loire. Elle avait grandi au pied de la rivière, son terrain de jeu et d'aventure. Entourée d'une troupe de garçons, elle s'était prise à leurs jeux sans se soucier de ceux de ses homologues en jupe. On disait d'elle alors qu'elle était un garçon manqué, même si elle avait tout pour affirmer une féminité que remarqueraient les garçons plus tard.

Qui Sacem le vent …


Récolte la tempête !

Lettre ouverte ...

 

Je découvre avec stupeur les arcanes du monde de la chanson : non pas ceux des étoiles et des vedettes mais les petits tortillons de la production locale, des ensembles amateurs et des groupes en devenir. À ma grande surprise de naïf invétéré, j'y ai trouvé les jalousies, les coups tordus, les médisances et les fâcheries, les conflits d'intérêt et les clans, à l'instar de ce que j'avais fui dans le monde d'Ovalie. Ainsi donc, rien de nouveau sous le soleil, les humains sont ainsi faits ; et je ne dois pas échapper à la règle …

 

Ça sert à quoi tout ça ... ?

 

Je tire mon irrévérence.

 

vilna.jpg

Il y a quelque temps encore, j'écrivais ceci en réponse d'une élève qui voulait voir dans l'école une fonctionnalité immédiate. Je pensais encore naïvement, que la mission de l'enseignant était l'ouverture au monde, la curiosité, l'intelligence et la sensibilité, la langue et les expressions artistiques.

 

L'estrade de fer.


Seul maître à bord..

 

Plus je découvre le monde du handicap, plus je m'exaspère de constater à quel point quelques-uns de mes chers collègues (une petite minorité heureusement) de l'Education Nationale n'en font qu'à leur tête. L'intégration des élèves handicapés suppose des adaptations, des mesures d'exception, des pratiques spécifiques ou des modalités différentes de celles de leurs camarades. C'est là que le bât blesse !

De sujet d'étonnement à objet d'étude.


Quelle promotion !

 

 

Voici par trois fois en peu de temps qu'on me sollicite par le biais de la toile pour m'interroger sur mon étonnante assuétude de blogueur compulsif. Je constate même avec surprise et étonnement que le niveau monte assez vite et que j'en suis déjà rendu au mémoire de cinquième année. À quand une thèse sur votre serviteur et son redoutable avatar ?

Newsletter