Mar.
22
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Pour deux sous...

Le jour où nous virerons à coups de pieds dans le… tous nos poilticien(e)s et les enverrons trimer au Bangladesh à suer sang et eau pour une poignée de sous qui ne suffisent pas à vivre, mais engraisse la fortune de quelques déjà fortunés du monde devant lesquels ils passent leur temps à se coucher pour mieux leur cirer les pompes, et parfois profiter de leur bienveillance (pas les bangladeshis, évidemment, les poilticards)…

Ce jour-là n'est pas arrivé. Qu'elle dit ma chatte. Et il doit être un peu colère le Jean-Mi pour phraser si longuement.

Kalach en solde...

Il y a au moins une bonne nouvelle dans ce monde absurde "Les sanctions contre la Russie privent les américains de kalachnikovs" peut-on lire dans Le Monde.

Ils trouveront autre chose pour entretuer le monde. Qu'elle dit ma chatte.

L'anaphore des abysses...

Une anaphore rhétorique consiste à commencer chaque phrase ou paragraphe d'un discours, ou chaque vers ou ensemble de vers d'un poème par le même mot ou par le même syntagme - un syntagme étant, en gros - un groupe de mots. Ainsi, lorsque vous commencez par exemple, tous vos paragraphes d'un discours par "Moi président…", vous êtes un anaphorique de la rhétorique

67P (ou l'inverse)

Le noyau de la comète 67P serait le résultat "d'un baiser cosmique de deux petits corps !" peut-on lire dans Le Monde. C'est'y pas beau la cosmétique, pardon la cométique ? Par contre, comme 67P est un nom assez improbable, le bipède a complété son nom par Tchourioumov-Guerassimenko, ce qui étant tout aussi improbable et même imprononçable

Cris de victoire...

J'ai deux pieds, auxquels je n'ai jamais pu coller d'ailes, deux bras, avec des mains et des doigts aux bouts qui ne prendront jamais racines, une tête qui bringueballe au gré du vent et de ses humeurs, un cul qui ne saura jamais où se poser, même à l'entre deux chaises, un truc à l'entre-jambes qui fonctionne au gré de ses… allez savoir quoi parfois. J'ai aussi un nez avec deux trous qui se bouchent souvent, même lorsqu'il ne fait pas froid, des yeux qui portent des lunettes auxquelles il ne s'habituent pas… Et je ne vous parle pas de l'intérieur qui…

De la disparition des rouquins

Tout le monde connaît la chondrite qui ne fait ni référence aux bipèdes - il faudrait enlever le "h" -, ni n'est une maladie virale ou infectieuse, mais une simple météorite. En gros, un truc qui faisait hurler les gaulois quand le ciel leur tombait sur la tête.

Les mots pour... (cartes postales de Cancerland 84)

Bernard Kouchner veut bannir le terme « euthanasie » à cause du mot "nazi", peut-on, lire dans Libé ou Le Monde. On se demande parfois ce qu'elles et ils ont appris à l'école, nos chères élites ; entre nasi et nazi, il y a un "s" et un "z" de différence.

Etats d'âme, à géométrie variable

"Une géométrie ne peut pas être plus vraie qu'une autre, elle peut simplement être plus commode." disait Henri Poincaré. 

Bon, je ne vous demanderai pas comment un point, qui est généralement rond, peut être carré, ni s'il peut être à géométrie variable. Pas plus que de me dire comment une ligne peut relier un point rond à un point carré. Mais… Allez savoir parfois.

Par intermittences...

Comme on ne parle presque que de foot, en ce moment, qui sait qu'à Bonn, chez nos amis les teutons, viennent d'avoir lieu des négociations internationales dans le cadre de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC), où l'on devait parler, par exemple - ou peut-être - du sort des 33 îlots pacifiques de Kiribati  qui risquent d'être bientôt submergés avec leurs 110000 habitant - sans compter les bestioles.

Tatouez-vous… mais en Tatouazie.

Vous connaissez la transestérification à l'hydroxyde de sodium ? Moi, je ne connaissais pas, mais c'est un procédé qui permet de fabriquer du Diester, un biocarburant à base d'ester méthylique d'huile végétale.

Pas étonnant que tes huiles végétales aient une odeur de pétrole ! Qu'elle dit ma chatte.

Newsletter