Sam.
28
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

De l'hostilité d'un monde hostile (suite)

Dans Libé, on pouvait lire hier  qu'un "car de touristes belges avait fait un détour de 1.200 kilomètres en France", le pilote du car ayant branché son GPS sur La Plagne, mais les La Plagne étant tous situés - en France du moins - dans les montagnes, le-dit GPS a envoyé le car, ses touristes et le chauffeur vers un La Plagne des Pyrénées plutôt que vers le La Plagne alpin.

De l'hostilité d'un monde hostile

Peut-on rire de tout ? Evidemment, je dis oui ! "Les huit victimes françaises participaient au tournage de « Dropped », une émission de télé-réalité de TF1 dans laquelle des équipes doivent survivre dans un milieu hostile." Peut-on lire dans Le Monde qui - mais c'est marginal - ne mentionne qu'à peine la mort de deux Argentins, et on s'en fiche des Argentins, qu'elle dirait ma chatte si elle se réveillait.

Juste une cambille...

Il y a des jours où l'on se demande, franchement, si l'on n'échangerait pas son statut d'humain, bipède sensé être l'espèce dominante du monde connu et de ses banlieues, contre celui d'un poulpe qui, lui, ne connait que le monde marin - et encore n'y fréquente-t-il peu - ou elle s'il s'agit d'une poulpe, mais l'humain ne sachant pas faire la différence, on s'en fiche.

Comment devenir chèvre, ou ne pas...

Il arrive parfois des moments où l'on se dit qu'il vaudrait mieux se taire que d'aller traire la chèvre, tant la parole est vaine, superflue, inutile, voire totalement stérile ; ou parfois qu'elle vous cloue entre une envie de rire de joie et un dégoût à vous faire vomir -tiens, comme lorsque le lait de la chèvre a tourné ; quelquefois aussi - souvent - parce que les mots vous étranglent tant vous semblez étranger en ce monde étrange qui est pourtant le vôtre, un peu comme si vous alliez traire la chèvre en costard-cravate.

C'est dur...

Après quelques temps d'arrêt, je m'étais dit hier que j'allais recommencer à poster quelques unes des mes humeurs, à commencer par un truc du genre "Youpi, bonne année, et coucou me revoici-voilà, et que merdre, que cette année va zêtre chouette comme dit le hibou à ma chatte qui s'en fiche comme de sa première branche de hêtre, puisque qu'il hêtre de ne pas être (le hêtre), ou l'inverse, et qu'elle s'en fiche aussi qu'elle dit à la cigale qui s'en va rapporter ses propos (et les miens par conséquent) à la fourmi qui lui demande ce qu'elle a foutu tout l'été maintenant que l'hiver est revenu et qu'on se pèle toujours les joncs, sauf aux zéquateurs et dans ces régions pauvres et arides, dès que l'hiver s'en revient et qu'il faut se fêter la bonne année à grands coups de papouilles baveuses, de champagne aux petits fours, arrosés de gueule de bois et enfarinée(s), avec ou sans féminin, jusqu'à l'année suivante et que ça recommence, et tout ça pour quoi

Mort aux cons !

Reiser avait coutume d'utiliser cette expression, et elle dit ce qu'elle veut dire. Malheureusement, l'on sait que si l'espèce bipédique en compte des milliards, il en est parmi ceux-ci qui défient toutes les lois de la connerie. C'est sans doute parmi eux que l'on trouverait ceux qui ont massacré aujourd'hui Charb, Cabu, Wolinski et pratiquement toute la rédaction de Charlie Hebdo. Alors "mort aux cons !", oui, mais outre qu'il y aurait un sacré boulot, peut-on simplement qualifier de  cons ces sinistres microcéphales assassins sanguinaires qui savent mieux utiliser un couteau d'égorgeur ou une kalach qu'ils ne savent aligner deux phrases, voire deux mots en dehors d'un Allah akbar dont ils ne connaissent même pas le sens.

Les mathématiques de la vie

Connaissiez-vous Alexandre Grothendieck ? Non ? Et vous auriez raison. Parmi les innombrables écrits que cette éminent - mais tout aussi ignoré - mathématicien écrivit, l'on peut en effet lire ce qui suit et que mon langage écrevisse est incapable de traduire :

C’est dans cet acte de "passer outre", d’être soi-même en somme et non pas simplement l’expression des consensus qui font loi, de ne pas rester enfermé à l’intérieur du cercle impératif qu’ils nous fixent - c’est avant tout dans cet acte solitaire que se trouve "la création". Tout le reste vient par surcroît."

Peur sur les bourses

Rassurez-vous, je ne vais pas vous conter une histoire porno, juste une histoire de "spirale baissière" que, si vous saviez ce que c'était, moi non, mais que l'on apprend aujourd'hui que les bourses suivent une spirale baissière, sans que l'on nous dise ce qu'est le positif - ou le négatif, si vous préférez d'une telle baissière.

De l'art de descendre…

De son arbre, ou d'y remonter...

Le tyrannosaure est-il monté dans un arbre afin d'engendrer les oiseaux, de même que le poisson pour enfanter les singes qui, en y descendant, ont pondu le sapiens ?

Newsletter