Ven.
06
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les chroniques d’un Autre monde : France terre d'écueils

Début janvier, en trois jours, on assassine la rédaction de Charlie Hebdo, des clients juifs dans un supermarché kasher et des policiers. 17 morts et de nombreux blessés.

Les chroniques d'un Autre monde : à la mémoire de Chantal

Chantal est décédée le 5 janvier au matin dans les bras de sa fille, Jill, des suites d’une longue maladie, comme on dit avec euphémisme dans les médias.

Les chroniques d'un Autre monde : on se fout de nous (mais qui s'en soucie vraiment ?)

Un rapport consacré à la fin de vie, résultat d’un travail de Messieurs Leonetti (UMP) et Claeys (PS), vient d’être rendu à François Hollande.

Les chroniques d’un Autre monde : curiosités

Vous connaissez le Manneken-Pis. Qui ne le connaît pas. C’est l’équivalent bruxellois de la tour Eiffel, en beaucoup plus petit… Cependant, qui sait qu’on peut le rencontrer rue des Augustins à Colmar ?

Les chroniques d'un Autre monde: ombres et lumières

Vacances bretonnes. À Carnac, dans le Morbihan. Dans cette Bretagne que j’affectionne tant. Surtout dans la région de Vannes, en raison de son microclimat si propice au bien-être. Cette Bretagne abreuvée d’idées reçues et autres a priori climatiques, au même titre que l’Alsace. Tant pis pour ces incrédules ignares. Nous avons eu 8 jours de beau temps et d’émerveillements. Comme à chacun de mes séjours dans cette région.

Les chroniques d'un Autre monde : contrastes

Dans ma dernière chronique, j’ai évoqué la précarité que nous avons croisée dans les rues d’Hambourg, tous ces SDF jonchant les trottoirs de la métropole dans un désœuvrement apocalyptique.

Les chroniques d'un Autre monde : luxes

Dimanche 6 juillet. 9 heures. Le ciel est limpide. Il fait chaud. Premier vrai jour d’été, après deux semaines de météo mitigée ; 12 heures plus tard, le même ciel se déchaîne, noir, d’un noir apocalyptique zébré d’éclairs éructant leur oppression

Les chroniques d’un Autre monde: sourires

Sourire affable. NHC. Nouvel hôpital civil de Strasbourg. Service Anesthésie. Je sors de consultation. On se rend à l’accueil. Une secrétaire blonde entre deux âges est derrière le comptoir, elle râle, débordée. Je lui souris de loin. Spontanément. Naturellement. Sourire est une politesse et une attention qui ne coûte rien. Il faut que j’aille très mal pour ne pas sourire.

Newsletter