Sam.
18
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La COP21 financée par des champions des énergies sales ?

Le gouvernement français souhaite que 20% de la facture totale de l'organisation de la Conférence internationale de l'ONU sur le réchauffement climatique qui se tiendra à la fin de l'année à Paris soit financée par des entreprises privées. BMW et Vatenfall, champions des énergies sales et du lobby contre la transition énergétique, seraient sur les rangs, ainsi que d'autres multinationales apôtres du greenwashing.

Gaz de schiste : pourquoi j'ai renoncé à participer au groupe d'experts de la Commission européenne

 La Commission européenne a mis sur pied un groupe d'experts sur les hydrocarbures non-conventionnels. Invité à le rejoindre, j'ai renoncé à participer à un groupe de travail qui revient à donner « carte blanche » aux industriels et à l'exploitation des hydrocarbures de schiste en Europe.

Gaz de schiste : de dangereux climato-sceptiques sortent du bois !

Il y avait Claude Allègre (and co) qui niaient le réchauffement climatique ou son origine anthropique. Il y a dorénavant des climato-sceptiques bien plus dangereux : ceux qui ne prennent pas au sérieux les exigences climatiques et qui soutiennent l'exploitation des énergies fossiles, comme l'illustre le débat autour du rapport commandé par Arnaud Montebourg.

Avec Naomi Klein, "changeons le système, pas le climat" !

Naomi Klein publie son nouveau livre, Tout peut changer et montre comment prendre au sérieux le changement climatique « change tout » (nom du titre du livre en anglais, This changes everything) et implique de remettre en cause le cœur même du capitalisme. A cette occasion, deux conférences-débats ont été organisées à Paris et Saint-Denis par Attac France, 350.org France, Médiapart, Basta et Actes Sud.

La loi biodiversité confie la protection de la nature aux banques et à la finance 

Le projet de loi relatif à la biodiversité vient d'être voté en première lecture à l'Assemblée nationale. Malgré les plus vives réserves de plusieurs associations, les députés ont institué des obligations de compensation et des banques de biodiversité qui transforment la nature en actifs financiers.

L'appel de Manille est sans ambition et régressif ! Analyse

Beaucoup ont parlé de l'appel de Manille lu par Marion Cotillard lors du voyage présidentiel de François Hollande aux Philippines. Peu l'ont analysé avec précision, sauf à dire qu'il ne contenait rien de spectaculaire. Ce n'est pas vrai. Il est spectaculairement sans ambition et régressif. Analyse.

Climat: l'agenda des mobilisations avance plus vite que celui des négociations !

Du 8 au 13 février, les représentants des pays membres de l'ONU étaient à Genève pour « nettoyer » le texte de négociation en vue de la conférence de Paris en décembre 2015. Résultats : le texte a doublé de volume et aucun point dur n'est levé. De leur côté, les mouvements pour la justice climatique viennent de finaliser un agenda commun de mobilisations pour l'année 2015.

TAFTA : sous couvert de transparence, l'UE sacrifie le climat !

La Commission européenne le claironne haut et fort : « les négociations du Tafta ne sont pas secrètes, elles sont sur note site ». A y regarder de plus près, cela ressemble à de la transparence. Mais c'est juste un trompe-l'œil, visant à masquer l'essentiel. Exemple sur le secteur de l'énergie.

Climat : Davos fait partie du problème pas de la solution

Ce vendredi, François Hollande est à Davos, au Forum économique mondial, pour appeler à une réponse « globale » sur le climat. Comme si la lutte contre les dérèglements climatiques pouvait être menée efficacement par celles et ceux qui en portent la responsabilité.

« Déclaration sur les droits de l'humanité pour préserver la planète » : Hollande fait fausse route

Lors de ses voeux, François Hollande a affirmé vouloir une « déclaration sur les droits de l'humanité pour préserver la planète » à l'occasion de la Conférence climat 2015. En plus d'être un non sens sur le fond, cette proposition est une tentative de diversion malvenue. Hollande ferait mieux de réfléchir à introduire les « droits de la nature » dans la Constitution française.

Newsletter