Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Portfolio 9 avr. 2021

«AESH en colère, on ne va pas se laisser faire!»

Les Accompagnant·es d’élèves en situation de handicap, les AESH, étaient mobilisé·es le jeudi 8 avril. Malgré le confinement la journée de manifestations et de rassemblements s’est maintenue tant la colère est forte. À Paris, plus de 500 personnels ont manifesté, AESH et leurs soutiens syndicaux. Pour le respect de leur métier, un vrai statut, un vrai salaire.

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. T. R.

    Être AESH c’est travailler 24 heures par semaine en moyenne pour un salaire de 760 euros par mois. C’est en dessous du seuil de pauvreté.

    Les AESH sont 110 000 dans l’Éducation nationale.

    La revalorisation salariale et la reconnaissance de leur temps de travail est un puissant moteur de la mobilisation, ça n’est pas le seul. La dignité est au cœur de leur combat.

  2. T. R.

    « Un vrai métier, un vrai statut, un vrai salaire ». Le triptyque est porté et décliné partout (une soixantaine de rassemblements étaient appelés le 8 avril).

    C’est une exigence forte de respect qui se fait entendre avec la mobilisation des AESH.

    Le mépris c’est de ne pas avoir versé la prime REP/REP+ à cette catégorie de personnel (comme les AED), de ne pas leur avoir versé la prime d’équipement informatique.

    Ce qui n’a pas empêché le Rectorat de Paris d’envoyer le 7 avril, veille de la journée de mobilisation, un courrier indécent disant aux AESH qu’elles et ils étaient « tenus » au télétravail. En plein bug des serveurs de l’Éducation nationale tant qu’à faire (pardon, en pleine « cyberattaque de l’étranger »…).

    La reconnaissance passe par la création d’un véritable corps de fonctionnaire permettant aux AESH de sortir de la précarité.

  3. T. R.

    Une des revendications est également l’abandon des PIAL (pour Pôles inclusifs pour l’accompagnement localisé) qui « mutualisent » les services des AESH : en clair c’est faire travailler une même personne en lui faisant suivre plus d’élèves sur plus d’établissements.

    Là encore, un mépris du métier.

  4. T. R.

    Près de 90 % des AESH sont des femmes. Obtenir un vrai statut pour les AESH, c’est permettre à 100 000 femmes d’en finir avec les contrats précaires.

    C’est ce que SUD éducation a rappelé le 8 mars, journée de lutte pour les droits des femmes.

  5. T. R.
  6. T. R.
  7. T. R.
  8. T. R.

    La mobilisation des AESH s’organise autour d’un travail intersyndical (CGT, FO, FSU, SUD éducation...) mais aussi de collectifs locaux et départementaux (comme ici dans le 95).

  9. T. R.

    Arrivée à son terme, la manifestation parisienne était attendue par un barrage de Forces de l’ordre (mais de quel ordre ?). Est-il normal de déployer des hommes en armes face à une manifestation de précaires de l’éducation ? Est-il normal de devoir négocier pour faire les derniers mètres du cortège, à l’angle de la rue de Grenelle, même pas sous les fenêtres du ministère ?

  10. T. R.

    Le ministre Blanquer n’était pas oublié des manifestant·es, dynamiques et déterminé·es. Il doit écouter les revendications des AESH, elles sont justes et légitimes. Nous continuerons pour cela à nous organiser, à résister ensemble, à nous entraider.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt