Invitation à l'extension "conséquentialiste" de l'atelier Qi Gong qui aura lieu le mercredi 9 mars 2016 au café de la Commune Libre d'Aligre, 3 rue d'Aligre 75012 Paris

Un atelier de Qi Gong, auquel vous êtes tous invités, aura lieu le mercredi 2 mars 2016 au café de la Commune Libre d'Aligre, 3 rue d'Aligre 75012 Paris et sur suggestion de l'animateur de cet atelier, il se poursuivra par une réflexion sur le conséquentialisme soutenue par un texte de Jean-Cassien Billier et une réflexion sur les peintures "Liberté" et "Harmonie" de M Art'In
  • Date Le 9 mars 2016
  • Lieu Commune Libre d'Aligre 3 rue d'Aligre 75012 Paris de 9h45 à 12h
  • Réservation, inscription Aucune réservation ni inscription n'est autorisé pour les évènements culturels de la Commune Libre d'Aligre, il suffit d'arriver à l'heure pour bénéficier d'un accueil particulièrement chaleureux
  • Information Un équipement sportif n'est pas indispensable pour la pratique du Qi Gong.En ce qui concerne son extension, il suffit d'être munit d'une feuille de papier, d'un stylo et de sa sensibilité humaine.L'inscription à Mediapart est souhaitée mais non indispensable mais doit être signalée pour pouvoir être prise en compte d'une manière plus efficace.

Un atelier de Qi Gong, auquel vous êtes tous invités, aura lieu le mercredi 9 mars 2016 au café de la Commune Libre d'Aligre, 3 rue d'Aligre 75012 Paris et sur suggestion de l'animateur de cet atelier, il se poursuivra par une réflexion sur le conséquentialisme soutenue par un texte de Jean-Cassien Billier et une réflexion sur les peintures "Liberté" et "Harmonie" de M Art'In

Atteindre le ciel,
S'enraciner dans la terre.
Le corps détendu,
L'esprit calme.
Silencieux à l'extérieur,
Sérénité à l'intérieur.
cœur paisible,
Humble d'apparence.
Libre de pensée
Mon esprit s'envole dans l'azur,
Et revient se poser sur moi.
Agréable sensation de bien-être.

Chanson-poème du Zhi Neng Qi-gong

 

J’ai deux mains, l’une pour serrer la main de ceux avec qui je marche dans la vie, l’autre pour relever celui qui tombe. Jean-Marie Guyau( https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Guyau)

proxy?url=http%3A%2F%2F1.bp.blogspot.com

 

"Liberté" de M Art'In

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/m-artin/290314/expo-sur-leau

 Harmonie

poutou300.jpg

Le conséquentialisme en morale ne consiste pas à reconnaître que les conséquences de nos actes "ajoutent" à leur volonté ou à leur malice. Il consiste à soutenir que la valeur morale d'un acte est contenue tout entière ou essentiellement dans ses conséquences. En effet, il est important de noter qu'il n'est pas nécessaire au conséquentialisme de faire preuve de purisme en affirmant que seules les conséquences d'un acte entrent en ligne de compte afin d'en déterminer la valeur morale. On peut distinguer ici deux grandes façons de comprendre le sens du concept de conséquentialisme. Il y a pour commencer le conséquentialisme selon l'acceptation du sens commun, ou encore selon des théories que l'on peut qualifier d'"absolutistes", qui soutient effectivement que la valeur morale d'un acte est contenue tout entière dans les conséquences de celui-ci. Il existe ensuite une seconde forme de conséquentialisme en philosophie morale. Cette dernière ne dit en rien que les conséquences morales sont le seul critère moral de celui-ci. Elle affirme seulement que  nous devons accomplir un acte quelconque de façon à ce qu'il ait les meilleures conséquences prévisibles, afin de maximiser une valeur morale, "toutes choses étant égales par ailleurs", ce qui signifie que d'autres facteurs normatifs peuvent assurément entrer dans l'évaluation morale de l'acte mais que l'examen des conséquences est essentiel à l'évaluation morale, à titre de facteur prioritaire (Kagan, 1998,p.60, même si Kagan https://fr.wikipedia.org/wiki/Elena_Kagan défend finalement la première interprétation). Cité dans "Introduction à l 'éthique" de Jean-Cassien Billier http://formation.sciences-po.fr/en/enseignement/2013/chum/1260 : page 8

 Conséquentialisme du jour :

Equilibre+70x50cm+800%E2%82%AC+2014.jpg

Peinture de M Art'In http://blogs.mediapart.fr/blog/m-artin-m-artin?page=1

28 déc. 2015 | Par vanc'

Je remercie Al Ceste de m'avoir fait connaître la fonction Désactiver sur rue89. Pour le reste ne suis d'accord sur rien avec lui Sourire( Et ni le temps ni l'envie d'écrire des pages là-dessus). Pour la pétition d'Alexis, je suis d'accord si. Ok pour la signer, pour la demande de cette fonction" Désactiver", pour qui le souhaite, mais pas d'accord avec les deux phrases qui emploient le mot dénoncer. J'ai recopié le texte sans ces deux phrases et il me convient mieux.

“Depuis la mise en place de la nouvelle version du club de Mediapart, il existe une fonction permettant à tous, abonnés comme non abonnés, de prendre connaissance de l'ensemble des commentaires de chaque abonné par un simple clic sur l’onglet Commentaires du profil d'un abonné. 

Exposer un ou une abonné-e à la lecture par n'importe qui sur Internet de la totalité de ses commentaires, opinions, préférences, habitudes est une entaille réelle dans le contrat de confiance entre un site comme Mediapart et l'ensemble de ses abonnés.Nous soulignons que nous ne voulons nullement nous dédouaner de notre responsabilité par rapport aux commentaires que nous publions sur Mediapart. Cette responsabilité, nous l’assumons entièrement pour chaque commentaire ou billet que nous publions.

Cet outil de recensement exhaustif des commentaires, avec sa profondeur historique, n'est pas une fonction comme les autres. Elle autorise la reconstitution d'une identité subjective, de son histoire propre, de l'évolution de ses opinions, de ses réseaux relationnels, avec parfois une dimension privée, souvent manifeste dans certains fils de commentaires.

Une appropriation de cet outil à des fins de profilage par des tiers malveillants est évidemment possible, et facilitée par Mediapart qui la met à disposition de toute personne, qu’elle soit abonnée ou non à Mediapart. 

Elle entre en contradiction manifeste avec les prises de position du journal par rapport à la société de surveillance qui se construit de plus en plus un peu partout.

Nous demandons donc que le journal Mediapart donne à chaque abonné la possibilité de désactiver cette fonction.”

28 déc. 2015 | Par Marielle Billy

Présidente de CAMedia, édition est ouverte aux idées, aux envies, aux initiatives d’abonnés qui partagent notre objectif de contribuer au rayonnement de Médiapart.

Vigilante, lucide, imaginative, débattant des projets et des idées, toujours respectueuse des personnes et des sensibilités diverses.

Un lieu d’élaboration collective  où  s’échangent des points de vue, des projets, des émotions,où  l’on apprendàfaire et à réfléchir ensemble.

Un lieu où l’on cultive obstinément la délibération citoyenne et l’utopie démocratique.

Bon courage et à vos plumes !

CAMédia

Je donne mon accord avec la version de Vanc'.

Merci Alexis de vous être collé à ce travail collectif.

Marielle

28 déc. 2015 | Par Pascal Maillard

Chères toutes, chers tous,

 Merci à Alexis pour son initiative et à Vanc' pour ses amendements, auxquels je souscris. Je propose à mon tour quelques amendements de forme qui n'impliquent pas à mon sens que celles et ceux qui ont déjà validé la version de Vanc' se prononcent à nouveau. Voici mes petites propositions d'amendements :

- comme une occurrence était féminisée, j'ai féminisé la totalité du texte.

- j'ai précisé l'intitulé exact de l'onglet

- "entorse au contrat de confiance" me semblerait mieux que "entaille". Juste une question de style...

L'édition la plus appropriée pour un tel texte est effectivement, ainsi que le suggère Alexis, Meta-Mediapart. Il suffirait qu'Alexis demande à devenir rédacteur et poste la pétition. Je ne sais pas si le rédacteur en chef (Sébastien Rome) a laissé l'édition en mode ouvert ou s'il modère les publications. Il faudrait lui faire un message.

Il conviendrait d'ajouter au texte une phrase d'invitation à signer. Le chapô pourrait être simplement le suivant : "Les abonné-e-s de Mediapart en accord avec le texte ci-dessous sont invité-e-s à le signer en postant un commentaire de validation."

Le texte serait suivi de la liste des premiers signataires par ordre alphabétique.

Resterait à trouver un titre au texte. Je n'aime pas les formules négatives ("Contre...", "Non à ..."). Je suggère "Pour la maîtrise de nos commentaires". Il s'agit bien de cela : garder une liberté de gestion de notre production commentative.

Je précise enfin qu'à cette heure la rédaction n'a pas répondu à mon message. J'avais posté à Edwy Plenel, François Bonnet, aux deux responsables du Club et à une dizaine de journalistes... Pas même un accusé de réception. Les vacances n'excusent pas tout. Ceci dit, même si je suis un peu en colère, ma participation à cette démarche collective ne s'incrit pas "contre" la rédaction ou Edwy Plenel, ni dans quelque campagne que ce soit contre Mediapart. La rédaction a montré à plusieurs reprises qu'elle pouvait entendre la voix de ses abonnés. Pas assez souvent, mais parfois. A nous de faire bouger les choses, dans le débat et le respect mutuel. Même quand le respect fait défaut du côté de certains journalistes:-)

Amitiés.

Pascal Maillard

“Depuis la mise en place de la nouvelle version du Club de Mediapart, il existe une fonction permettant à toutes et à tous, abonné-e-s comme non abonné-e-s, de prendre connaissance de l'ensemble des commentaires de chaque abonné-e par un simple clic sur l’onglet "Ses commentaires/Voir tous" du profil d'un-e abonné-e. 

Exposer sans son consentement un ou une abonné-e à la lecture par n'importe qui sur Internet de la totalité de ses commentaires, opinions, préférences, habitudes est une entorse au contrat de confiance entre un site comme Mediapart et l'ensemble de ses abonné-e-s.

Nous soulignons que nous ne voulons nullement nous dédouaner de notre responsabilité par rapport aux commentaires que nous publions sur Mediapart. Cette responsabilité, nous l’assumons entièrement pour chaque commentaire ou billet que nous publions.

Cet outil de recensement exhaustif des commentaires, avec sa profondeur historique, n'est pas une fonction comme les autres. Elle autorise la reconstitution d'une identité subjective, de son histoire propre, de l'évolution de ses opinions, de ses réseaux relationnels, avec parfois une dimension privée, souvent manifeste dans certains fils de commentaires.

Une appropriation de cet outil à des fins de profilage par des tiers malveillants est évidemment possible, et facilitée par Mediapart qui la met à disposition de toute personne, qu’elle soit abonnée ou non à Mediapart. Elle entre en contradiction manifeste avec les prises de position du journal par rapport à la société de surveillance qui se construit de plus en plus un peu partout.

Nous demandons donc que le journal Mediapart donne à chaque abonné-e la possibilité de désactiver cette fonction.”

 

28 déc. 2015 | Par Alexis Flanagan

Bonjour à toutes et à tous,

Suite à mon billet, j’ai rédigé un petit texte qui pourrait servir de base à une pétition. J'essaie d'envoyer ce message à celles et ceux qui ont manifesté leur intérêt par rapport à cette démarche. Je me suis servi essentiellement pour écrire ce texte de deux commentaires, l’un de Siloë et l’autre de Pascal Maillard. Bien entendu, le texte peut être modifié s’il ne convient pas. Nous pourrions le publier dans une édition de Mediapart avec une liste des premiers signataires. Pour cela, il faudrait que chacun puisse confirmer sa signature et qu’un rédacteur de l’édition le publie. Boris Carrier avait suggéré l’édition Meta-mediapart, n’en étant pas moi-même rédacteur, je ne sais pas si je peux le faire. 
Bien cordialement,
Alexis

“Depuis la mise en place de la nouvelle version du club de Mediapart, il existe une fonction permettant à tous, abonnés comme non abonnés, de prendre connaissance de l'ensemble des commentaires de chaque abonné par un simple clic sur l’onglet Commentaires du profil d'un abonné. Exposer un ou une abonné-e à la lecture par n'importe qui sur Internet de la totalité de ses commentaires, opinions, préférences, habitudes est une entaille réelle dans le contrat de confiance entre un site comme Mediapart et l'ensemble de ses abonnés. Nous soulignons que nous ne voulons nullement nous dédouaner de notre responsabilité par rapport aux commentaires que nous publions sur Mediapart. Cette responsabilité, nous l’assumons entièrement pour chaque commentaire ou billet que nous publions. Ce que nous dénonçons, c’est la création par Mediapart d’une liste de tous les commentaires de chaque abonné. Cet outil de recensement exhaustif des commentaires, avec sa profondeur historique, n'est pas une fonction comme les autres. Elle autorise la reconstitution d'une identité subjective, de son histoire propre, de l'évolution de ses opinions, de ses réseaux relationnels, avec parfois une dimension privée, souvent manifeste dans certains fils de commentaires. Une appropriation de cet outil à des fins de profilage par des tiers malveillants est évidemment possible, et facilitée par Mediapart qui la met à disposition de toute personne, qu’elle soit abonnée ou non à Mediapart. C’est cette collecte et mise à disposition de tous les commentaires de ses abonnés par Mediapart que nous dénonçons. Elle entre en contradiction manifeste avec les prises de position du journal par rapport à la société de surveillance qui se construit de plus en plus un peu partout. Nous demandons donc que le journal Mediapart donne à chaque abonné la possibilité de désactiver cette fonction.”

https://www.youtube.com/watch?v=HTP3XDIuP24

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.