Portfolio

Mediapart à la manifestation pour sauver l’hôpital public

Vendredi 14 février 2020, Mediapart était en direct de la manifestation des personnels d'hôpitaux et de leurs patients qui battaient le pavé pour clamer leur amour à l'hôpital public. Coulisses de live et ambiance de manif à travers cette déambulation en images.
  1. Pour attirer l'attention sur le manque de moyens de l'hôpital public, celles et ceux qui y travaillent ont décidé d'adapter à leur lutte la méthode du collage, utilisée également par les féministes dénonçant les violences faites aux femmes. Reportage à 8mn50s lors de notre live. Vous pouvez trouver ce collage le long de l'hôpital Necker-Enfants malades, lieu de départ de la manifestation parisienne du 14 février.

  2. Toujours le long de l'hôpital Necker, un autre collage a été réalisé. Le 14 février 2020, vraie journée de déclaration d'amour pour l'hôpital public !

  3. Mediapart était au cœur de la manifestation. Voici une partie de l'équipe du tournage, avec les animatrices du live Valentine Oberti et Caroline Coq-Chodorge. Pas facile de marcher à l'envers durant toute la manif' tout en tenant perche et caméra !

  4. Caroline Dumortier était la première intervenante de notre live. Membre du collectif inter-urgences, elle est infirmière aux urgences de l'hôpital d'Annecy, un des premiers hôpitaux à s'être mobilisés en province. "Comme les hôpitaux parisiens, les urgences d'Annecy (comme celles de tous les hôpitaux en France), souffrent de problématiques de personnels, de manque de lits, de manque de matériel et de manque de moyens."

  5. Caroline Dumortier est venue accompagnée à la manifestation parisienne pour dénoncer la mise en danger de l'hôpital public. "Nous, on déclare notre amour à l'hôpital, pourtant on est à deux doigts du divorce."

  6. Les manifestant•es se sont réuni•es sous des ballons en forme de cœur, visibles de loin. En juin, une tribune du collectif "nos vies d'abord", réunissant de nombreux professionnels de santé, tirait la sonnette d'alarme quant à la grave crise sanitaire que traverse le pays et appellent à une mobilisation citoyenne massive.

  7. Anne Gervais, hépatologue, est membre du collectif inter-hôpitaux. "Partout en France il y a eu des actions. Ce collectif va durer pendant les municipales, pour faire monter la pétition et ça doit permettre d'obtenir un débat au parlement."

  8. Les manifestant•es font preuve de créativité dans leurs actions et leurs slogans. Sur leur dos, on lit leur ras-le-bol autrement depuis plusieurs mois

  9. Un manifestant lors du défilé pour le sauvetage de l'hôpital public, à Paris, le 14 février. 

  10. Dès le début du rassemblement devant l'hôpital Necker, dans le 15e arrondissement de Paris, l'ambiance était musicale et bon enfant. Des manifestant•es de tous âges étaient présent•es. En novembre, ils et elles estimaient déjà ne pas avoir été entendu•es par le gouvernement.

  11. Des patients•es sont aussi venu•es soutenir le service public. Une tribune est notamment parue le matin de la manifestation sur Mediapart

  12. Estelle Voisin est infirmière à Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire. Dans le livre d'Hugo Huon, elle dit redouter que sa famille ait un jour besoin de s'y faire hospitaliser. Dans le live, elle nous a expliqué : "Dans ces petites structures de proximité, il n'y a plus rien. En 10 ans, on nous a enlevé la maternité, la pédiatrie, la chirurgie. On fait quoi sans ça ? Et on ne nous donne pas les moyens de travailler sans ça..."

  13. Le visage d'Agnès Hartemann, professeur de médecine et diabétologue à la Pitité-Salpêtrière, vous dit sûrement quelque chose. Lorsqu'elle a démissionné de ses fonctions administratives comme des centaines d'autres personnels d'hôpitaux en France ce jour-là. Son témoignage, très fort, a été largement partagé. Reportage et intervention à retrouver à 15mn10 dans notre direct

  14. Les personnels d'hôpitaux publics continuent de défiler dans la rue. Ils rejoignent parfois les cortèges qui manifestent contre la réforme des retraites. Cela a notamment été le cas en décembre

  15. Hugo Huon n'est plus infirmier aux urgences de l'hôpital Lariboisière. Il a publié un recueil de vingt-et-un témoignages pour briser le silence sur les conditions de travail à l'hôpital public : Urgences, hôpital en danger. Il est aussi le président du collectif Inter-Urgences. "Ce livre est un outil de plus" pour continuer le combat mené depuis plus d'un an explique-t-il dans le live à partir de 30mn30s.

  16. Hugo Huon dans le MediapartLive : "Ce qu'on peut dire à l'heure actuelle, c'est qu'à force de faire des économies, ça nous coûte plus cher. Toutes les conditions ont été faites de manière à limiter le travail, à le transformer, et donc à faire des erreurs et que le patient soit moins bien pris en charge. Le choix qu'à fait le gouvernement au bout de onze mois, c'est de préférer la dépense publique au détriment de la santé de la population. Alors qu'eux-mêmes ne seront jamais tributaires des files d'attente, puisqu'ils auront toujours des passe-droits ! Est-ce que c'est juste ?"

  17. Dans la manifestation pour l'hôpital public du 14 février. 

  18. Nawale Hadouiri, interne et vice-présidente de l'intersyndicale nationale des internes. "Pour moi, l'hôpital public, c'est la définition de la médecine en France. S'occuper de patients sans question d'argent, sans regarder l'appartenance sociale... C'est offrir le maximum de ses compétences au service de la population."

  19. Agnès Buzyn n'allait plus rester ministre des Solidarités et de la Santé encore longtemps. Son nom revenait souvent sur les pancartes lors de la manifestation, définitivement marquée par la Saint-Valentin.

  20. Oriane Plumet, vice-présidente du collectif inter-urgences. "S'engager dans l'hôpital public, c'est parce qu'on est attaché aux valeurs d'humanisme. C'est aussi une forme de sécurité de l'emploi, dire qu'on arrête la compétition de l'emploi, on est tous sur une grille, ça devrait lisser les inégalités."

  21. En plus des musiques diffusées dans les enceintes des camions des syndicats, une fanfare a également égayé la manifestation !

  22. Ali Yacine, à gauche de la photo, est ancien aide-soignant et désormais élève infirmier. Il a voulu devenir soignant pour "porter assistance à tout un chacun, qu'il ait eu un accident de la vie, qu'il souffre d'une pathologie." Son intervention et celles de Nawale Hadouiri et d'Oriane Plumet sont à écouter et voir à partir de 49mn30s. 

  23. 1100 personnes ont démissionné de leurs fonctions administratives pour dénoncer les conditions de travail dans l'hôpital. Sur le manque de moyens, mêle des directeurs d'établissement sont sortis de leur réserve. https://www.mediapart.fr/journal/france/130220/crise-de-l-hopital-meme-des-directeurs-sortent-de-leur-reserve

  24. Ali, Oriane et Nawale sont encore jeunes et continuent de vouloir travailler dans l'hôpital public malgré des conditions très difficiles. "On est prévenu des l'école", explique Ali. Pour Oriane, à il y a tout de même un vrai décalage "entre les raisons de sa vocation et l'école face à la façon dont est organisée l'hôpital, la façon dont sont gérés les budgets, et comment les politiques de santé sont décidées." Nawale réaffirme malgré tout cela son désir de faire sa carrière à l'hôpital public. Mais "sera-t-il en capacité de faire que je puisse m'épanouir professionnellement ? Je veux continuer mais j'ai peur qu'à un moment, ce système craque."

  25. Avec le manque de moyens et des horaires de travail qui s'enchaînent, les équipes soignantes ont peur de commettre de erreurs qui peuvent parfois être fatales. 

  26. Sur les grilles de l'hôpital Cochin, à mi-parcours, des banderoles étaient également déployées en soutien à la grève et pour dénoncer la situation de l'hôpital public. 

  27. Le mouvement de défense de l'hôpital public s'inscrit dans une mobilisation générale pour la défense sur service public (écoles, transports, hôpital) et contre la réforme des retraites, ainsi que le rappelle l'affichette de cette manifestante. 

  28. Les manifestant•es ont battu le pavé sans encombre jusqu'à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans le 13e arrondissement de Paris. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.