Abur
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 mai 2020

Abur
Abonné·e de Mediapart

De la chloroquine pour toute l'Armée française sauf le personnel civil

Suite au décret du 26 Mars, les français n'ont pas la possibilité d'être traité à l'hydroxychloroquine sauf à l'hôpital et s’ils sont déjà sous aide respiratoire. Ce décret ne s'applique cependant pas à tous. En effet, l'Armée a récupéré le 1er Avril en Chine des quantités suffisantes pour traiter tous les militaires à l'exception notable des civils. Ce n'est pas un poisson d'Avril !

Abur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un post précédent de mon blog (ici), je commentais la video de YouTube révélant que la Pharmacie centrale des Armées avait commandé à la Chine 70 kg de phosphate de chloroquine.

Hier, le dernier numéro du Canard Enchainé daté du 06/05/2020 nous apprend que ce n'est pas seulement 70 kg mais plus d'une tonne que l'Armée a récupérée le 1er Avril. Et ce n'est pas un poisson d'Avril :

Extrait du Canard Enchainé du 06 Mai 2020

Comme l'Armée est une grande muette, c'est bien connu, je vais essayer de faire parler les chiffres : 1070 kg de phosphate de chloroquine correspond à 1114 kg de sulfate d'hydroxychloroquine HCQ.

Si l'on suppose que chaque traitement consiste à donner 600 mg/j de HCQ pendant 9 jours qui semble être la durée nécessaire d'après le collectif de médecins "Laissons les médecins prescrire" pour la résolution des symptômes du COVID-19, je déduis que l'Armée a de quoi traiter 206 310 militaires.

Comme les effectifs militaires de toutes les Armées représentaient en 2018 exactement 206 317 militaires dans les troupes régulières, on peut en conclure que l'Armée est aujourd'hui prête à combattre efficacement le COVID-19 .... sauf pour les 60 000 français qui constituent le personnel civil de l'Armée (Lien vers wikipedia).

En Allemagne, les médecins ont bien le droit de prescrire et surtout les pharmaciens n'ont pas l'interdiction de délivrer de l'hydroxychloroquine aux malades COVID+ (Lien vers l'article de Libération).

Je pose donc de nouveau toujours les mêmes questions au Ministère de la Santé :

1) Pourquoi seuls les militaires français ont le droit aujourd'hui à une politique de prévention contre le COVID-19 et pas tous les français ?

2) Quand le Ministre de la Santé Véran décidera enfin d'abroger le décret mortifère du 26 Mars empêchant les français d'être soignés par l'hydroxychloroquine si leur médecin traitant pense en leur âme et conscience que c'est le bon traitement ?

3) Faut-il attendre que l'épidémie soit terminée pour de nouveau avoir l'autorisation d'être soigné en France si on est malade COVID+ ?

Ce sont des questions vitales au sens propre et les français ont le droit d'avoir des réponses au plus vite.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard
Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes