A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 déc. 2021

Le coq n’est pas sportif, le combat est truqué

Le monde change mais la République reste immobile. Il devient pourtant de plus en plus évident que le scrutin majoritaire à deux tours a, lui, besoin d’un « grand remplacement ». Les « débats démocratiques » ne sont qu’un jeu de rôle sans conséquence dont le seul intérêt semble être de divertir un public vaincu d’avance.

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si tout était jadis plus clair avec un pays parfaitement bipolarisé et une démocratie poisson rouge qui ne respirait que par sa branchie gauche ou par sa branchie droite, les extrêmes ne sont aujourd’hui plus des quantités négligeables et la diversification des courants politiques, dont on ne peut que se réjouir, réduit sans cesse le sacro-saint « seuil d’accession au second tour ». Encore situé légèrement au-dessus des 20 pour cent à la présidentielle de 2017, il menace aujourd’hui de passer sous cette barre, déjà révélatrice du caractère obsolète et antidémocratique du scrutin majoritaire à deux tours. Il suffira donc peut-être au prochain président ou la prochaine présidente d’avoir rassemblé au premier tour les suffrages de 8 des 48 millions de votants derrière son nom pour avoir le privilège de pouvoir d’imposer « son programme » aux 40 millions d’électeurs qui n’en voulaient pourtant pas mais qui n’ont eu de choix qu’entre la peste ou le choléra. Ce malaise a été vaguement évoqué ce weekend par deux polémistes rémunérés sur LCI (Luc Ferry et Daniel Cohn-Bendit) qui ont comme à leur habitude fait semblant de se disputer en parlant des capacités des candidats à faire ou non des « compromis », mais se sont bien gardés de mettre sur la table la question du scrutin.

Cette philosophie de la « stratégie gagnante » à adopter pour « battre » les autres en « volant » des voix ici ou là semble être la doxa de tous les candidats. « Gagner pour régner sans partage », le plus souvent aux prix de promesses dont chacun sait depuis longtemps qu’elles ne sont que mensonges, telle est la devise. Le fait que ce mécanisme de l’élimination à deux tours se retrouve également au niveau des partis pratiquant la « primaire » n’a rien de rassurant et aggrave même le constat qui précède. Il en va en effet au sein des partis comme au sein du pays : the winner takes it all, comme chantait ABBA, celui qui gagne remporte toute la mise et impose « son programme », car il y a au sein d’un même parti politique autant de programmes que de candidats à la primaire. Yannick Jadot gagne et s’assied sur les idées de Sandrine Rousseau, Valérie Pécresse gagne et « trace sa ligne » au grand dam de Ciotti. Imaginons que cette dernière arrive à être présidente et elle imposera à la France entière un programme qui n’avait en fait séduit qu’un quart des militants de son parti, soit environ 25 000 personnes.

Avec de telles perspectives, difficile d’imaginer que la paix revienne un jour au sein d’une population que l'on s’emploie ainsi à découper en lambeaux pour mieux les opposer, porter les uns aux nues, jeter l’opprobre sur les autres.

Il suffit pourtant de regarder autour de nous pour constater que la France est le seul pays de l’Union Européenne à ne pas tenir compte de la diversité des opinions qui pourraient faire respirer à pleins poumons la démocratie dans l’hexagone en acceptant que le pouvoir soit issu d’une élection parlementaire à la proportionnelle (voir Démocratie et pensée binaire). Pourquoi s’entêter par ailleurs à vouloir élire un président au suffrage universel et lui laisser tant de pouvoirs, dont il peut si aisément abuser ? Est-ce un hasard si nous avons pour mascotte le coq ? La démocratie est une fête orchestrée par un chef qui a pour nom le compromis non une guerre dont le peuple vaincu paiera tous les dommages. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse