Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2009

Saint-Denis : Grève de la faim pour le droit à l'existence

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Bertho Alain
© Bertho Alain
© Bertho Alain

Poussez la porte du 76 rue Gabriel Péri en plein centre de Saint-Denis, à deux pas de la mairie et de la basilique. Dans un immeuble vétuste et sans eau, adossé à un séchoir classé du XVII° siècle qui menace de s’écrouler, vivent une quarantaine de familles depuis près de dix ans. Sans-papiers ou simplement exclus du logement social en raison d’un revenu trop faible ou de la discrimination raciste opérée par les bailleurs, ces familles ont trouvé là un refuge périlleux qui a déjà connu un incendie en 2004. Mais le principal danger a menacé les enfants : une trentaine d’entre eux sont atteints définitivement de saturnisme même si les plus gravement malades ont été aujourd’hui éloignés de l’immeuble

Depuis des mois, le comité de résidents et le comité de soutien composé d’organisations mais aussi d’habitants et de voisins réclament qu’une solution de relogement soit trouvée dans l’urgence et dans la dignité. Une telle solution passe bien sûr par la régularisation d’une cinquantaine de personnes en situation irrégulière, parents d’enfant malade, conjoints de personne en situation régulière, résidents parfois depuis très longtemps en France.


A force de mobilisation, de pétition, de conférences de presse, de rencontres avec le sous-préfet et le préfet de Seine Saint-Denis, appuyées par le député Patrick Braouezec, le maire Didier Paillard, Mouloud Aounit, le vice président du Conseil général Bally Bagayoko, des artistes comme Tiken Jah Fakoly et Layonne, les habitants du 76 Péri semblent obtenir satisfaction. Les 14 et 16 avril, 55 dossiers de régularisation sont déposés en sous-préfecture. En juillet on leur donne oralement l’assurance que 35 d’entre eux recevront une suite favorable. L’espoir renaît. Et les travaux palliatifs commencent sous la responsabilité de la DDE en attendant la mise en place d’une « MOUS »[1] et le relogement définitif à l’automne.

Tout l’été, tout le mois de septembre, les habitants ont attendus les récépissés promis en juillet. Pendant ce temps les travaux palliatifs sont menés à bien au mépris de l’état réel du bâtiment : appartement après appartement, les planchers s’écroulent. L’absurdité de la situation est totale : en écartant le danger sanitaire, on rend une partie de l’immeuble inhabitable.


Les habitants alertent les autorités, demandent à rencontrer le préfet, soulignent l’urgence qu’il y a à leur transmettre les récépissés avec autorisation de travail et à engager les procédures de régularisation promises, condition sine qua non à tout relogement.

Silence obstiné de la préfecture.

Les travaux se terminent. La responsabilité de l’Etat en matière de danger sanitaire est dégagée. Ils ne sont plus des interlocuteurs. A l’espoir succède le sentiment d’avoir été dupés ou trahis.

Le 7 octobre, 10 habitants ont décidé d’entamer une grève de la faim : « Pour garder l’honneur devant leurs familles, pour obtenir la possibilité de vivre décemment en France et pour exiger le respect de la parole donnée, il ne reste à ces hommes que leur corps. »

Visitez le site http://76peri.wordpress.com

photo Raphaële Bertho



[1] Maîtrise d’oeuvre urbaine et sociale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce finalement à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Orpea s’effondre en Bourse après les révélations de Mediapart, l’ex-directeur financier limogé
À la suite d’une enquête publiée ce matin par Mediapart et Investigate Europe, Orpea a annoncé avoir limogé son ex-directeur financier Sébastien Mesnard, visé dans notre article. L’action a chuté de 19 % en une journée.
par Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA