Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2009

Saint-Denis : Grève de la faim pour le droit à l'existence

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Bertho Alain
© Bertho Alain
© Bertho Alain

Poussez la porte du 76 rue Gabriel Péri en plein centre de Saint-Denis, à deux pas de la mairie et de la basilique. Dans un immeuble vétuste et sans eau, adossé à un séchoir classé du XVII° siècle qui menace de s’écrouler, vivent une quarantaine de familles depuis près de dix ans. Sans-papiers ou simplement exclus du logement social en raison d’un revenu trop faible ou de la discrimination raciste opérée par les bailleurs, ces familles ont trouvé là un refuge périlleux qui a déjà connu un incendie en 2004. Mais le principal danger a menacé les enfants : une trentaine d’entre eux sont atteints définitivement de saturnisme même si les plus gravement malades ont été aujourd’hui éloignés de l’immeuble

Depuis des mois, le comité de résidents et le comité de soutien composé d’organisations mais aussi d’habitants et de voisins réclament qu’une solution de relogement soit trouvée dans l’urgence et dans la dignité. Une telle solution passe bien sûr par la régularisation d’une cinquantaine de personnes en situation irrégulière, parents d’enfant malade, conjoints de personne en situation régulière, résidents parfois depuis très longtemps en France.


A force de mobilisation, de pétition, de conférences de presse, de rencontres avec le sous-préfet et le préfet de Seine Saint-Denis, appuyées par le député Patrick Braouezec, le maire Didier Paillard, Mouloud Aounit, le vice président du Conseil général Bally Bagayoko, des artistes comme Tiken Jah Fakoly et Layonne, les habitants du 76 Péri semblent obtenir satisfaction. Les 14 et 16 avril, 55 dossiers de régularisation sont déposés en sous-préfecture. En juillet on leur donne oralement l’assurance que 35 d’entre eux recevront une suite favorable. L’espoir renaît. Et les travaux palliatifs commencent sous la responsabilité de la DDE en attendant la mise en place d’une « MOUS »[1] et le relogement définitif à l’automne.

Tout l’été, tout le mois de septembre, les habitants ont attendus les récépissés promis en juillet. Pendant ce temps les travaux palliatifs sont menés à bien au mépris de l’état réel du bâtiment : appartement après appartement, les planchers s’écroulent. L’absurdité de la situation est totale : en écartant le danger sanitaire, on rend une partie de l’immeuble inhabitable.


Les habitants alertent les autorités, demandent à rencontrer le préfet, soulignent l’urgence qu’il y a à leur transmettre les récépissés avec autorisation de travail et à engager les procédures de régularisation promises, condition sine qua non à tout relogement.

Silence obstiné de la préfecture.

Les travaux se terminent. La responsabilité de l’Etat en matière de danger sanitaire est dégagée. Ils ne sont plus des interlocuteurs. A l’espoir succède le sentiment d’avoir été dupés ou trahis.

Le 7 octobre, 10 habitants ont décidé d’entamer une grève de la faim : « Pour garder l’honneur devant leurs familles, pour obtenir la possibilité de vivre décemment en France et pour exiger le respect de la parole donnée, il ne reste à ces hommes que leur corps. »

Visitez le site http://76peri.wordpress.com

photo Raphaële Bertho



[1] Maîtrise d’oeuvre urbaine et sociale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire