BAS LES MASQUES (6)

Nous étions le 30 MARS 2020 ... Du confinement à la déconfiture. Essayer de ne pas se laisser noyer dans le flot diarrhérique des médias de l'Empire, qui racontaient tout et n'importe quoi pour instaurer le peur et le désarroi ... et les lois d'exception. Essayer de garder une distance critique quand la panique s'instaurait dans les esprits.

Bas les masques © AGB Bas les masques © AGB

"LA PANDÉMIE,C'EST LA GUERRE"

 Nous sommes en 2006, et c'est Xavier Emmanuelli, cofondateur de MSF et du Samu Social qui le proclamait. Il ajoutait qu' « Accepter l’état de guerre, c’est accepter que les mesures prises soient appliquées de manière autoritaire au détriment, c’est inévitable, des libertés individuelles. » Dans un blog tenu par le Dr Christian Lehmann lors de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 de 2009, il relaie ces propos, ainsi que son intervention face à X. Emmanuelli lors du colloque de 2006, et alerte déjà sur les conséquences pour nos démocraties. Il est éclairant de le relire à la lumière de la situation actuelle. Le Dr Lehmann avait entendu X. Emmanuelli expliquer: « La seule parade face à la désorganisation sociétale consiste à désigner un responsable légitime, dont l’expérience montre que le militaire est le plus efficace. » http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2009/12/09/vaccin-et-grippe-h1n1-aux-racines-de-l-incompetence-et-de-l.html

LE RETOUR À LA NORMALE

Second article, qui aborde "l'après" confinement, et qui précise que la vague passée, des "vagues" moins importantes sont à prévoir dans les 12 à 18 mois qui viennent, rendant un retour à la normale compliqué. https://www.heidi.news/articles/covid-19-a-quoi-ressemblera-le-monde-dans-les-prochains-mois

Cela recoupe en partie ce que j'avais écrit le 22/3: Second effet du confinement, l'absence d'une large immunité dans la population et le risque d'une 2e vague bientôt. https://alternatif-bien-etre.com/maladies/vaccin-contre-le-coronavirus/?base=647&campaignId=1101805&segmentId=1112547&shootId=1148129

LE Pr. BRUNO LINA

Le virologue Bruno Lina, membre du comité scientifique qui conseille Emmanuel Macron, est très présent dans les médias depuis le début de la pandémie. https://www.ecosia.org/search?q=bruno+lina Par exemple, hier soir, au journal de 20h de France 2, à partir de la 15e mn. Il défend le confinement, le succès de la Chine qui a été "épatante" car le virus ne semble plus circuler depuis que le confinement est levé, et promet des résultats sur les essais cliniques - sans citer la chloroquine - pour la 3e semaine d'avril. https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-dimanche-29-mars-2020_3862683.html Un article d'une jeune journaliste sur le dénigrement du Pr Raoult, de la chloroquine, du rôle des médias et des experts évoque entre autres le Pr Bruno Lina. https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/290320/derriere-la-polemique-raoult-mediocrite-mediatique-et-interets-pharmaceutiques

L'article mérite d'être lu. Il est long, mais sourcé et implacable, c'est à mon humble avis le meilleur qu'il m'ait été donné de lire depuis le début de cette crise sur les conflits d'intérêts. Il cite donc Bruno Lina, membre du Comité scientifique contre le coronavirus, et rappelle qu'en 2009, au moment de la grippe H1N1, il conseillait Roselyne Bachelot en tant que président du Groupe d’Expertise et d’Information sur la Grippe (GIEG), alors financé à 100% par les laboratoires pharmaceutiques qui fabriquaient les vaccins.

Interrogé sur les conflits d'intérêts, il déclarait « Je ne vois pas où est le problème ».

Or, il se trouve que lors de nombreux tournages pour la Pandémie du Nouveau monde, nous avions interviewé Bruno Lina sur les conflits d'intérêts et la santé devenue une marchandise. En recherchant au fond de nos disques durs, nous avons exhumé un extrait de cette interview de 2010 par Nazzaréna qui confirme ce qui est écrit dans l'article pré-cité. https://youtu.be/Cl3l8rg0gE0

À suivre ...

Recherche documentaire/Texte: Christophe-Emmanuel Del Debbio

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.