²lfa-La France d'après @covidFrance sera pire que celle d'avant

C'est une guerre au retour des équilibres buddgétaires du futur que le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, doit mener. Pas contre des moulins à vents politiques tous horizons qui reculeront au fur et à mesure que la France s'appauvrira et que les Français iront inéluctablement vers l'esclavagisme moderne du XXIè siècle.

        

LA FRANCE D'APRÈS COVID FRANCE SERA             PIRE QUE CELLE D'AVANT,                       SAUF CHANGEMENT DE POLLITIQUE                               ÉCONOMIQUE.

Il n'y a pas de secret. La situation économique catastrophique dans laquelle nous nous trouvions avant l'apparition du virus Covid France ne peut aller qu'en empirant.

Il est inconcevable pour qui que ce soit de prétendre le contraire.

La dette, déjà faramineuse, est devenue astronomique avec le "quoi qu'il en coûte" à reporter sur le dette qui sera abandonnée par la présente mandature à tous les parents de France et à leurs enfants née et à naître.

Cela est mathématique, et je défie quiconque de prétendre le contraire.

Voici donc la situation dans laquelle nous sommes.

1- La france est en guerre, nous le savons, le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, nous l'a annoncé solennellement.   Cliquez sur le lien suivant pour se le rappeler:

2- Il est indispensable de changer de politique économique pour, lentement, mais sûrement, rebondir de manière adéquate. Il y a un autre système de gestion que la pratique des Arnaques aux cotisations fiscales et sociales des entreprises, comme cela se développe actuellement. 

Pour connaitre cette nouvelle méthode de gestion que le Président de la République connait bien pour l'avoir "étudiée" avec moi, Cliquez sur le lien suivant:

 

Bonne lecture à toutes et à tous.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230 St Vincent de Tyrosse.

                           -------------------

 

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.