²fdc-L'institut supérieur du travail, arme principale du recul de l'âge des retraites

Infos: Directeur des études en 1984 et directeur depuis 1992 de l’Institut supérieur du travail (IST), j’assiste depuis plus de 40 ans à tous les congrès de toutes les confédérations syndicales. Ainsi, je suis régulièrement invité, en tant qu’expert, à fournir mon analyse de l’actualité sociale dans la presse ( 300 à 400 sollicitations par an). (Ainsi se décrit le directeur de l'IST).

                             

           PRÉSIDENTIELLE 2022

                  LE FIL DU BLOG

PARLONS DES NÉGOCIATIONS SOCIALES SUR LES RETRAITES, LA SÉCURITÉ SOCIALE, LE CHÔMAGE, LA VIEILLESSE, LA DÉPENDANCE et de la création d'un REVENU UNIVERSEL.

                    ------

PARLONS SURTOUT DES PARTENAIRES SOCIAUX CHARGÉS DE NÉGOCIER LA RÉFORME DU FINANCEMENT DES RETRAITES, DE LA SÉCURITÉ SOCIALE, DU CHÔMAGE, DE LA DÉPENDANCE, DE LA VIEILLESSE ET DE LA CRÉATION D'UN REVENU UNIVERSEL ET DU PLAN DE RELANCE DE L'ÉCONOMIE.

                              ---------

ET PARLONS DES INFORMATIONS FOURNIES PAR LE MEDEF À L'ÉTAT FRANCE!

                              ----------

LA RÉFORME DU FINANCEMENT DES RETRAITES EST, POUR L'INSTANT, MAL ENGAGÉE.

Pour le Medef, il s'agit de reculer l'âge de la retraite, de travailler plus longtemps et de recevoir toujours plus de subventions.

Qu'importe que les salariés et la population en général s'appauvrissent: ce n'est pas leur problème, qui est de faire toujours plus de profits.

1- Les Cadres du Medef ont un bon organisme de formation. Cliquez sur le lien N° 1 suivant:

Le Président de l'IST se définit comme suit:

Infos: Directeur des études en 1984 et directeur depuis 1992 de l’Institut supérieur du travail (IST), j’assiste depuis plus de 40 ans à tous les congrès de toutes les confédérations syndicales. Ainsi, je suis régulièrement invité, en tant qu’expert, à fournir mon analyse de l’actualité sociale dans la presse ( 300 à 400 sollicitations par an).

Il est aisé d'en déduire que lorsque le Président du MEDEF, Monsieur Géoffroy Roux de Bézieux se présente à l'Élysée, à Matignon, à Bercy et à toutes les réunion de négociations salariales nationales et aux réunions de négociations sur les financement des Retraites, de la Sécurité sociale,du Chômage, de la Vieillesse et de la Dépendance, il tient le mêmelangage que celui qu'il a tenu auprés du pouvoir.

2- Et le pouvoir répète les mêmes arguments que ceux du Medef, relayé par le COR-Retraites, le CESE: des arguments mercantiles faussés par les Arnaques aux cotisations sociales des entreprises! Cliquez sur le lien N° 2 ci-après:

 

Tous les hommes et toutes les femmes politiques ont une sainte trouille, de cette Vérité!

Les faits sont les faits! Le pouvoir régalien, le pouvoir politique et économique, et tous les candidats à l'élection présidentielle ont toujours menti jusqu'à présent avec la France et les Français!

                   

                    Je vais vous expliquer comment.

                                -------------------

3- Commençons par nous mettre dans l'ambiance et Cliquez sur le lien N° 3 suivant:

                              -----------

4- Après lecture, voyons ce qu'est la gestion par la Méthode du Révisionnisme économique. Cliquez sur le lien N° 4 suivant:

                              ----------

5- Voyons à présent ce que sont les Arnaques fiscales et sociales auc cotisations sociales des entreprises. Cliquez sur le lien N° 5 suivant:

                              ----------

6- Les économistes eux mêmes sont pris au piège des Arnaques aux cotisations sociales des entreprises! Cliquez sur le lien N° 6 suivant:

                              ----------

7- Faudrait il à présent que le Président s'amuse à "jouer les "Madoff" avec l'héritage qui sera abandonné à tous les enfants et petits enfants de France? Cliquez sur le lien N° 7 suivant:

                              ----------

8- Car n'oublions pas la "Marge de manoeuvre Macron", et le pacte de "responsabilité, qui a fait perdre 50 milliards aux contribuables! Cliquez sur le lien N° 8 ci-après:

Souvenez vous: Monsieur Emmanuel Macron était alors Secrétaire général adjoint à l'Élysée, chargé de l'économie, de 2012 à 2014, puis Ministre de l'économie, de 2014 à 2016, pour ensuite démissionner et fonder son parti "en marche", et... se faire élire Président de la République.

 Enfin, j'estime que de grands débats doivent s'inscrire dans la logique des choses à l'Assemblée nationale et au Sénat, à commencer par une enquête parlementaire sur "Qui paye effectivement, de des propres deniers,  pour financer les dépenses des Retraites, des Retraites complémentaires, du Chômage, de la Dépendance, etc, etc...?

                              ----------

9- C'est pourquoi j'ai relancer le député Lionnel Causse, député de la 2è circonscription de StVincent de Tyrosse, ou je suis électeur, via le Maire de St Vincent de Tyrosse, pour initier une demande d'enquête sur les financements sociaux. Cliquez sur le lien N° 9 suivant pour le découvrir:

                              ----------

10- Il y a pourtant une solution connue du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, pour devenir un bon Président et un véritable Homme d'Etat. Cliquez sur le lien N° 10 suivant:

 .²pr²°²²-Devenir Président de la République, avec un bon programme économique2 AVR. 2021 PAR ALAIN SAICHE

Il vous reste à présent à passer le reste du confinement et à téfléchir sainement et de manière mathématique et rationnelle à vous imprégner l'esprit de toutes les Arnaques organisées sur la gestion des cotisations sociales des entreprises et à vous préparer à voter en masse pour le candidat ou la candidate qui vous semblera le ou la meilleure.

                              ----------

11-  Mais la Cavalerie organisée au niveau de l'Union européenne avec le financement des Etats obligés de passer par les banques lobbies financées par la Banque centrale européenne (BCE) pose un véritable problème de fond. Cliquez sur le lien N° 11 suivant pour le découvrir: 

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230 St Vincent de Tyrosse.

                            --------------------

                              ANNEXE 1 

          L'INSTITUT SUPÉRIEUR DU TRAVAIL.

Institut supérieur du travail

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir IST.

Institut supérieur du travail

L'expert des relations sociales et syndicales

HistoireFondation

1969Voir et modifier les données sur Wikidata

OrganisationDirection

Bernard Vivier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Site web

www.istravail.com

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

L'Institut supérieur du travail (IST) est un centre privé français de recherche, de formation et d'expertise sur les relations sociales et syndicales qui a son siège à Paris.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

L'institut a été fondé en 1969 par Claude Harmel1, ancien journaliste collaborationniste puis militant anticommuniste2, sous l'égide de l'Institut d'histoire sociale (IHS), de la Faculté libre de droit, d'économie et de gestion (FACO), en partenariat avec le Groupement des industries métallurgiques de la région parisienne (GIM). L'idée qui préside à la création de l'Institut est une professionnalisation des formations bénévoles qu'exerce déjà Harmel auprès des entreprises, concernant l'histoire du syndicalisme, de ses méthodes et de l'usage que les syndicats font des droits qui leur ont été accordés (à la suite de la reconnaissance des sections syndicales dans les entreprises après mai 1968). Harmel s'appuie notamment sur son ami Georges Lefranc, également ancien collaborateur et spécialiste de l'histoire du syndicalisme1. Cette professionnalisation, bénéficiant plus tard de la loi sur la formation professionnelle du 16 juillet 1971, permet à l'IST de renflouer les caisses de l'IHS.

L'institut est donc voué à la formation des cadres et ingénieurs en entreprise sur la formation sociale et la lutte antisyndicale3, tout en alimentant les caisses patronales. Il verra notamment dans ses murs des anciens militants d'extrême-droite comme Alain Madelin, Xavier Raufer (qui en sera le secrétaire général en 1973), Hervé Novelli… La plupart des grandes entreprises françaises y envoient leurs cadres2,1.

L'Institut supérieur du travail est actuellement dirigé par Bernard Vivier4,3. Membre du Conseil économique, social et environnemental5, Bernard Vivier est également professeur à la FACO, dont il a été le vice-président à partir de 2002 et qu'il préside depuis janvier 2016. Il a été un dirigeant de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) : secrétaire général (1987-1991), président (1991-2000), puis président d’honneur du syndicat des journalistes CFTC, conseiller confédéral (depuis 1993, réélu en novembre 20156), secrétaire général adjoint (1998-2002) et vice-président de la CFTC (2002-2008)7. Vivier est candidat à l'élection législative de 1978 dans le Puy-de-Dôme et obtient un financement de Jean-Marie Le Pen8.

Positionnement[modifier | modifier le code]

L'IST se définit comme étant « au carrefour des entreprises, des organisations syndicales et patronales et des acteurs de la vie sociale ».

L'IST est proche du grand patronat2. L'Humanité le considère comme « une officine du patronat »9.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ↑ Revenir plus haut en :a b et c Benoît Collombat (dir.), David Servenay (dir.), Frédéric CharpierMartine Orange et Erwan Seznec, Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours : le vrai visage du capitalisme français, La Découverte/Arte éditions, coll. « Cahiers libres », 2014 (1re éd. 2009), 889 p. (ISBN 978-2-7071-8511-2lire en ligne [archive]).
  2. ↑ Revenir plus haut en :a b et c Abel Mestre, « Claude Harmel, figure de l'anticommunisme, fondateur de l'Institut supérieur du travail », Le Monde,‎ 29 novembre-1er décembre 2011 (lire en ligne [archive]).
  3. ↑ Revenir plus haut en :a et b Pierre-Henri Lab, « Le quinté de tête des chiens de garde du patronat » [archive], sur humanite.fr, L'Humanité, 10 novembre, 2014 (consulté le 2 mai 2019).
  4.  Voir sur le site de la CFTC-Paris [archive].
  5.  « Bernard Vivier » [archive], site du CESE.
  6.  « L'équipe dirigeante de la CFTC, à la suite du 52e congrès confédéral, Vichy 17-20 novembre 2015 - Conseil confédéral (autres membres) / membres élus (par ordre de suffrages) au titre du collège E » [archive] [PDF], sur cftc.fr, CFTC (consulté le 3 mai 2019).
  7.  Patrick N’Golin et Émilie Wright, « Bernard Vivier et son frère. Un portrait des actionnaires de l'Institut supérieur du travail », 3 décembre 2014.
  8.  « Un dirigeant de la CFTC dont la mémoire flanche » [archive], L'Humanité, 17 novembre, 1999 (consulté le 24 août 2016).
  9.  « Une honteuse entreprise de réécriture de l’histoire » [archive], L'Humanité, 10 mars 2010 (consulté le 24 août 2017).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Catégorie : 

[+]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.