²vtp-Voici pourquoi il faudra aller VOTER EN MASSE CONTRE LES "TOUS POURRIS"!

La gamelle présidentielle que trainera derrière lui le Président la République Française, Monsieur Emmanuel Macron, sera celle d'avoir créé l'Union des Français en colère contre sa gestion monocratique des affaires sociales et la désunion manifestement constatée à provoquer la colère d'une partie de la population contre les forces de l'ordre. Cela est inadmissible.

   *PRÉSIDENTIELLE 2022*

          RÉGIONALES 2021.

  

LE PROGRAMME EURÊKA-BINGO, C'EST LE PROGRAMME ÉCONOMIQUE QU'IL VOUS FAUT!

LA PEDAGOGIE est l'Art de l'éducation. C'est l'ensemble des méthodes et pratiques d'enseignement requises pour transmettre des compétences: Un savoir, un savoir faire ou un savoir être. Faire preuve de pédagogie signifie aptitude à enseigner et transmettre à un individu ou à un groupe d'individus un savoir et une expérience par l'usage des méthodes les plus adaptées à l'audience concernée.

C'est la raison j'ajoute ce qui suit, après la remise du rapport Tyrole Blanchard, que ma Gestion par la Méthode du Révisinnisme économique que je préconise est compatible avec la création d'un Revenu universel, de manière mathématique et indiscutable que je suis en mesure d'expliquer au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, de vive voix, et de lui laisser les mains libres d'en négocier la teneur avec les partenaires sociaux et la population, au cours de son tour de France  Présidentielle 2022, de véritables débats qui ne seraient, en aucun cas, des "soliloques habituels.  

Après lecture, nul doute: vous serez fixé sur la manière dont la population, en son entièreté, se fait manipuler l'esprit actuellement. 

   

Il y a deux manières de conquérir et asservir une nation: L'une par l'épée, l'autre par la dette.

  

La PENSEE DU JOUR et de ceux à venir: "Il y a deux manières de conquérir & asservir une nation. L'une est par l'épée. L'autre est par la dette". (John Adams, 1735-1826, deuxième président des Etats Unis).

  

La dette de la France était de 2 250 910 000 000 € au 10.11.2017, chiffres en cours de progression constante de 2 665 € par seconde. La BCE, planche à billets des banques, enrichit les Riches!

  

Prenez garde à  "La Vérité économique des affaires fiscales et sociales sortant du puits": Cliquez sur le lien suivant:

** "La Vérité sortant du puits armée de son martinet pour châtier l’humanité" de     

                gerome-verite-sortant-1164289357b.1288274461.jpg.

Tous les hommes et toutes les femmes politiques ont une sainte trouille de cette Vérité qui les dérange.

                                    ----------

Le sujet est brûlant. PLUS, MÊME,     

        IL EST EXPLOSIF!

Je vais vous le démontrer de manière magistrale incontestable en m'adressant directement à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République

Bonjour Monsieur le Président.

Sans changement de politique économique, Monsieur le Président, vous resterez sur le chemin du Dégagisme 2022.

Cette lettre ouverte a pour but de vous ramener à nos échanges épistolaire 2017-2018-2019, et en particulier sur la copie intégrale d'un passage de nos échanges, comme par exemple ce que vous m'avez écrit ci-après.

Copie intégrale du message.

.../... Vous m'avez écrit, le 06 août 2017 .../...
Copie intégrale du message:

Emmanuel Macron 

Bonjour Alain. As tu écrit à François Hollande sur le sujet? La première fois que j'ai vu tes écrits, c'est quand tu m'as montré. Pour moi, personne n'est au dessus de la loi et tout le monde devrait être puni pour l'avoir violé, même les grandes entreprises qui violent les gens en "jouant le jeu" tel que nous le connaissons. C'est toujours du vol. Je ne le défendrai pas et quand je les trouverai et je le ferai. Ils ont fini avec. Je commence à la maison avec des politiciens corrompus, en les nettoyant, car sans une politique appropriée, ils continueront à s'en tirer avec leurs crimes parceque les corrompus les couvriront. Cela a-t-il du sens? C'est complexe, il faut  être intelligent à ce sujet. Vous devez vous débarrasser de la protection avant de pouvoir la voir, puis vous l'éliminez et vous vous en débarrassez aussi. Tenez-les à leurs crimes.

                         -----  

Vous venez de lire la copie intégrale du message de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française, qui fait partie de ses échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi.

Vous pouvez remarquer, électrices et électeurs, que Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, reconnait de manière l'on ne peut plus explicite, que les entreprises ne payent aucune cotisation sociale pour financer financer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, etc, etc...

Bien enrtendu, sa reconnaissance explicite ne s'est pas passée du jour au lendemain, car nos échanges épistolaires ont été longs. Le Président avait bien insisté sur le fait que "je devais le convaincre".  

Au travers de cet article, à destination du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, c'est également et surtout pour vous que j'écris; pour vos enfants et tous les enfants de France nés et à naître.

Vous trouverez, ci après, quelques uns de mes articles sur les Arnaques aux cotisations sociales des entreprises. Elles ont été reconnues par le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, en personne, lors d'échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi. Vous en trouverez l'essentiel en cours de lecture. Il lui reste à présent à se remettre sur le bon chemin.

L'idéal intellectuel est de faire d'emblée le comparatif entre ce que m'a écrit ci-dessus le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, et la manière dont ont négocié les partenaires sociaux jusqu'à présent. Cliquez sur le lien ci-après:

J'ajoute, pour plus de précisions, que ma Gestion par la Méthode du Révisinnisme économique  est compatible avec la création d'un Revenu universel, de manière mathématique et indiscutable que je suis en mesure d'expliquer au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, de vive voix, et de lui laisser les mains libres d'en négocier le teneur avec les partenaires sociaux et la population, au cours de son tour de France de véritables débats qui ne seraient, en aucun cas, des "soliloques habituels.  

Après lecture, nul doute: vous serez fixé sur la manière dont la population, en son entièreté, se fait manipuler l'esprit.

                                  ----------

   

Après lecture (ou avant), prenez le soin de cliquer sur l'article qui vous fera VOTER EN MASSE CONTRE le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, président de fait du parti "en marche". Cliquez sur le lien suivant:  

Vous comprendrez alors pourquoi IL NE FAUDRA, EN AUCUN CAS, VOTER POUR LE PARTI "la république en marche", CAR LA RÉPUBLIQUE EST FRANÇAISE!

   

Vous pouvez à présent continuer votre lecture pour parfaire votre opinion de VOTER EN MASSE CONTE LES "TOUS POURRIS".

     

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230 ST Vincent de Tyrosse.

                           ----------     

« Tous pourris » : d’où vient la croyance en la corruption des élites politiques ?

12 février 2018, 22:25 CET

Auteur

  1. Pierre Bréchon

    Professeur émérite de science politique, Sciences Po Grenoble, Auteurs historiques The Conversation France

Déclaration d’intérêts

Pierre Bréchon ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.

Partenaires

Voir les partenaires de The Conversation France

CC BY ND

Nous croyons à la libre circulation de l'information

Reproduisez nos articles gratuitement, sur papier ou en ligne, en utilisant notre licence Creative Commons.Republier cet article

file-20180212-58335-1hxwmbd.jpg?ixlib=rb-1.1.0&q=45&auto=format&w=926&fit=clip

L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, lors de son procès en appel, le 12 février 2018, au Palais de justice de Paris. Eric Feferberg/AFP

De multiples sondages montrent, depuis quelques années, que de nombreux Français sont enclins à croire en la corruption massive des hommes politiques. Nous chercherons ici à comprendre d’où vient cette croyance.

Bien sûr, elle est fondée en partie sur les informations données par les médias sur des affaires qui montrent l’implication de certains hommes politiques dans des faits délictueux – qu’il s’agisse de détournements pour financer une formation politique ou d’enrichissement personnel d’élus.

De ce point de vue, l’affaire Cahuzac est emblématique puisque c’est le ministre du Budget, héros de la lutte contre la fraude fiscale, qui se révèle l’avoir pratiquée à grande échelle : il est titulaire de comptes non déclarés à l’étranger, a reçu des honoraires de laboratoires médicaux pour une activité de conseil, et dément pendant plusieurs mois les informations qui le visent. Les médias avaient là une affaire de rêve pour dénoncer un homme politique.

Mais cette dénonciation – normale – par les médias n’entraîne pas chez tous les citoyens le même jugement pessimiste sur la moralité des élus. Nous allons mettre en évidence certains ressorts favorisant la croyance en la corruption des élus et des fonctionnaires à l’aide de l’enquête de l’International Social Survey Programme(ISSP), réalisée en France en 2016, et reprenant des questions identiques de 2006.

Le tableau publié ci-dessus permet déjà de dégager plusieurs conclusions intéressantes. Ainsi, à peu près un Français sur deux juge que « beaucoup », ou « presque tous » les hommes politiques, sont corrompus. Alors que seulement 14 % d’entre eux jugent que « presque tous » les élus sont honnêtes. Les jugements sont beaucoup moins négatifs concernant les fonctionnaires. La comparaison avec les résultats obtenus en 2006 ne montre pas d’évolution nette.

Moins de corruption, plus d’opinions négatives

Cependant, d’autres enquêtes dessinent une tendance quelque peu différente. TNS Sofres a demandé, chaque année depuis 1977, si les hommes politiques étaient « plutôt honnêtes » ou « plutôt corrompus ». Jusqu’à la fin des années 1980, la croyance en leur corruption tournait autour de 40 %, en leur honnêteté autour de 35 %, alors qu’autour de 25 % étaient sans opinion.

C’est à la fin des années 1980 que la corruption politique devient un sujet d’actualité plus important, en lien avec la révélation d’affaires mais aussi avec une évolution des valeurs, les individus devenant plus critiques à l’égard de la politique et se montrant plus soucieux de moralité publique.

C’est très probablement ce qui explique une baisse des non-réponses et une montée de la croyance en la corruption, qui atteint 65 % en 1991 et oscille par la suite entre 52 et 64 %.

Un nouveau palier est franchi en 2011 avec 72 % de Français jugeant globalement les hommes politiques « plutôt corrompus », un taux qui grimpe même jusqu’à 75 % en 2016 (selon le baromètre Cevipof/Opinionway de la confiance politique).

Or, on peut penser qu’il y a plutôt moins de corruption qu’autrefois du fait des mesures qui ont été prises depuis quelques années afin de contrôler les responsables politiques et les finances des partis. Toutefois, des affaires retentissantes ont continué de sortir, aussi bien sous les quinquennats de Nicolas Sarkozy que de François Hollande, alors qu’autrefois la délinquance financière restait largement cachée ou avait peu d’écho dans l’opinion.

La médiatisation des affaires contribue certainement à augmenter la croyance en une corruption assez généralisée.

Fonctionnaires et faits de corruption

L’enquête ISSP indique aussi le pourcentage de personnes qui ont constaté elles-mêmes, ou entendu parler par leur famille, d’une tentative d’extorsion d’un pot de vin ou d’une faveur par un fonctionnaire depuis cinq ans. Sur le tableau ci-dessus, on note que seulement 14 % des enquêtés ont eu connaissance directe ou indirecte d’un fait de corruption de la part d’un fonctionnaire (pourcentage décomposé en 1 % « souvent », 5 % « de temps en temps », 8 % « rarement »). La constatation est donc nettement plus rare que la croyance.

Par ailleurs, les réponses à cette question objective sont très peu corrélées à ce que sont les répondants. Autrement dit, quels que soient le groupe social et les opinions politiques des individus, les différences sont très faibles dans les niveaux de corruption observée, beaucoup plus faibles que pour la corruption perçue.

Vu du haut et d’en bas de l’échelle sociale

La croyance en la corruption des hommes politiques et en celle des fonctionnaires sont liées : plus on croit en l’une, plus on croit aussi en l’autre. Ce qui autorise à construire un indice simple de la corruption perçue des élites publiques, qui cumule les deux questions et qui permet ensuite de distinguer trois catégories selon qu’elle serait rare, moyenne ou fréquente.

La croyance en la corruption des élites publiques est plus fréquente chez les femmes, chez les 25-49 ans (alors qu’elle apparaît plus rare pour les plus de 65 ans) et dans les catégories sociales défavorisées : la corruption des élites publiques est jugée fréquente par 54 % des ouvriers, mais seulement par 34 % des cadres supérieurs, par 56 % de ceux qui se perçoivent en bas de l’échelle sociale mais par 33 % seulement de ceux qui se considèrent en haut.

Il semble donc bien que l’expérience de la précarité ou d’une condition sociale modeste entraîne un jugement nettement plus négatif sur la moralité des élites.

À cette explication socio-économique, il convient d’ajouter des explications plus politiques, que le tableau ci-dessous met en lumière.

La droite plus critique

Ce sont les individus les plus à droite (en 9 et 10 de l’échelle gauche droite) qui sont les plus nombreux à considérer que la corruption des élites est fréquente, alors que les personnes de gauche sont plus mesurées dans leur critique. On a probablement là beaucoup de personnes qui partagent le discours de la droite radicale sur le « tous pourris ».

De plus, moins on s’intéresse à la politique et moins on se sent compétent sur les questions politiques, plus on estime fréquente la corruption des élites. L’éloignement des préoccupations politiques s’accompagne donc de jugements négatifs à l’égard des élites, sans qu’on puisse véritablement dire si l’éloignement produit la critique ou si c’est la critique qui explique l’éloignement. Il est possible que, selon les individus, ce soit plutôt l’un ou plutôt l’autre qui soit explicatif.

Enfin, la croyance en la corruption est fortement liée au jugement porté dans d’autres domaines sur ces élites. Si on estime que les hommes politiques ne tiennent pas leurs promesses ou que les hauts fonctionnaires ne sont pas dignes de confiance pour défendre l’intérêt du pays, on juge très souvent que ces catégories sont aussi corrompues. Alors que si on a une image plus positive, on estime la corruption nettement plus rare.

Discrédit général

La croyance très répandue en la corruption des hommes politiques tient, évidemment, à l’existence de certains scandales bien réels, qui sont fortement médiatisés et réprouvés par les opinions publiques. Mais la force et l’étendue de cette croyance dépendent fortement de ce que sont les individus. Les catégories populaires, les gens plus éloignés du monde de la politique, les personnes proches de la droite radicale et plus critiques à l’égard des élites, sont aussi beaucoup plus souvent croyantes en leur corruption.

En définitive, la fréquence élevée de la croyance en la corruption des élites exprime surtout le discrédit assez général qui les frappe.


L’enquête ISSP est pilotée en France par le CNRS depuis le laboratoire de sciences sociales PACTE, avec le soutien de la TGIR PROGEDO et de l’ADISP/CMH. Elle porte chaque année sur un sujet différent mais répliqué environ tous les dix ans. Échantillon aléatoire auto-administré postal. 1501 réponses en 2016. Résultats détaillés des enquêtes annuelles sur www.issp-france.fr.

                           ----------

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.