²lfd-Pousser un cri d'alarme est un devoir pour tout soldat au service de son pays

Nul ne saurait sanctionner les signataires de la tribune des Généraux, laquelle n'a Rien de factieux. Pour un soldat, pousser un cri d'alarme n'est pas un crime, mais un Devoir! Il y va de l'Unité de la Nation et de l'intérêt supérieur de la France en son intégrité. Aucun homme, aucune femme politique et aucune autorité ne peut s'approprier l'autorité malvenue de le faire.

         

             PRÉSIDENTIELLE 2022

Letre ouverte adressée à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, Chef des Armées, et à

Monsieur le Général François Lecrointre, Ched d'État-Major des Armées.

Bonjour Monsieur le Président, Bonjour mon Général. 

Cette lettre ouverte à pour but de vous rappeler que les militaires "à la retraite" ont toujours en l'esprit la hauteur des engagements pris en entrant dans l'Armée.

Nul ne saurait sanctionner les signataires de la tribune des Généraux, lequel n'a Rien de factieux. 

                             -----------

Pour un soldat, pousser un cri d'alarme n'est pas un crime, mais un Devoir! Il y va de l'Unité de la Nation et de l'intérêt supérieur de la France en son intégrité. Aucun homme, aucune femme politique et aucune autorité ne peut s'approprier l'autorité malvenue de le faire.

                             ----------

Tous retiennent, entre autres choses, de par leur formation, le sens de l'étude de facteurs de la décison".

Vous ne sauriez, Mon Général, ne l'ignorer, pour en avoir tenu compte, en votre for intérieur, lors de la prise du pont de VRBANJA.

Vous ne pouvez, Mon Général, et en aucun cas, leur reprocher "De Tirer la Sonnette"!

Ils ont et vont, encore et toujours, continuer de faire leur devoir en vous informant de la situation.

Il n'y a aucun appel factieux dans leurs écrits! C'est un cri d'alarme.

Je vous demande d'en tenir compte pour remettre, comme il se doit, tous les hommes et toutes les femmes qui font, de la politique, leur gagne pain quotidien, tout en rêvant de prendre le pouvoir, EUX!

Leurs demandes de sanctions devront, de votre part, être rejetées avec fracas.

L'Armée est l'Armée de La République.

Elle l'a démontré par le passé, du temps du Général de Gaulle, et continuera de le faire "contre vents et marées".

Je vous remercie pour l'attention particulière que vous porterez à me lire avant de prendre une décision injustifiée qui vous serait dictée par le pouvoir politique en place, ou qui souhaiterait le prendre.

PJ N° 1: Le jour où les casques bleus se sont rebiffés à Vrbanja.

PJ N° 2:  La tribune en question vue par la presse.

PJ N°3: Je suis votre Chef!

                            -----------------

                             Pièce jointe1

Le jour où les Casques bleus français se sont rebiffésEric Biegala.

Publié le 22/07/1995 à 00h42 - Modifié le 17/01/2007 à 00h42

Sarajevo « Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être au-dessus des hommes, il faut être avec eux. » Capitaine François Lecointre, 3e Rima (citant Montesquieu).

Samedi 27 mai, 8 heures 45. Sarajevo est calme. Quelques tirs isolés se font entendre : ambiance coutumière depuis la fin du cessez-le-feu, un mois auparavant. Sur le réseau radio des Casques bleus français, les échanges semblent eux aussi habituels, quoique difficilement compréhensibles pour le non-initié : « Alpha Echo, je suis prêt à déboucher dès compte rendu de Forban », crachote un poste... « Forban de Sierra Lima, appelle un autre, on est en train de s'installer sur Bravo Alpha [...], à partir de maintenant c'est toi qui donnes le top. »

Ce qu'en clair signifient ces messages codés : le capitaine François Lecointre (« Forban » sur le réseau), le lieutenant Bruno Heluin et leurs hommes sont arrivés à proximité du pont de Vrbanja. Les chars légers Sagaie et les blindés équipés de canons de 20 mm sont cachés à proximité. Encore quelques secondes : « Top départ », annonce le capitaine Lecointre d'une voix parfaitement neutre. Un premier groupe de marsouins du 3e régiment d'infanterie de marine se rue hors de la tranchée. Les chars n'ont que quelques instants avant de prendre position et de tirer sur les immeubles serbes pour couvrir les marsouins. L'assaut du pont de Vrbanja par les Casques bleus français est lancé.

Des Serbes en Casques bleus

Tout avait commencé l'avant-veille, quand les avions de l'Otan avaient bombardé un dépôt de munitions aux environs de Pale, la capitale autoproclamée des Serbes de Bosnie. Le lendemain, les Serbes font prisonniers et prennent en otages la plupart des soldats de l'Onu qui se trouvent à leur portée. Le poste d'observation du pont de Vrbanja, tenu par 12 hommes du 3e Rima, va être, lui aussi, investi vers 4 heures 30, le samedi matin, par une quinzaine de Serbes déguisés en Casques bleus.

Le poste est situé sur un carrefour, au débouché du pont de Vrbanja, dans le centre de Sarajevo. De part et d'autre de la casemate onusienne se trouvent des immeubles grêlés par la mitraille et les obus. Les deux bâtiments tenus par les Serbes ont été baptisés « Prisunic » et « Central » par les Casques bleus. En face, les Bosniaques occupent « Union Invest », la carcasse noircie d'un ancien édifice bancaire. Les combattants s'affrontent dans ces ruines depuis plus de trois ans : c'est l'endroit le plus « chaud » de la capitale bosniaque.

La radio ne répond plus

A peine vingt minutes après la prise du poste, le capitaine Lecointre réalise que quelque chose ne tourne pas rond : ses appels radio ne reçoivent pas de réponse. Vaguement inquiet, il décide d'aller se rendre compte par lui-même. Le sergent Alefonsio Taukapa, un solide Polynésien de 25 ans, l'accompagne.

A peine débarqué de son blindé, le capitaine s'engouffre dans l'obscur couloir de sacs de sable et de merlons qui fait office d'entrée. Devant lui surgit une silhouette : l'homme est bien coiffé d'un casque bleu et revêtu d'un gilet pare-balles, mais la crinière non réglementaire dépassant de son casque et sa longue barbe ne laissent guère de doute à l'officier français : ce n'est pas l'un de ses hommes.

L'inconnu pointe son arme sur le ventre du capitaine : « Leave your weapon, you are hostage » (« Lâchez votre arme, vous êtes otage »). « Impossible, je dois rendre compte à mes chefs, et je reviens », répond le capitaine au débotté. L'officier tourne alors les talons et s'apprête à rejoindre son véhicule. Un moment décontenancé, l'homme s'avance à découvert pour le rattraper et il braque son arme, mais il n'a pas le temps de poursuivre : le sergent Taukapa, qui était resté caché quelques mètres en retrait lui colle le canon de son Famas sous le menton. L'homme rejeté à l'intérieur du poste, les deux Français rejoignent leur bataillon à toute allure.

Branle-bas de combat dans la salle des opérations. Le chef de corps, le colonel Erik Sandhal, est réveillé depuis 4 heures du matin : déjà au courant du silence radio de Vrbanja, il en connaît maintenant la raison : les Serbes ont pris le poste. On en réfère immédiatement à la hiérarchie. Mais, surtout, ce qui n'est guère habituel pour ces soldats dont la mission est seulement de s'interposer, un plan de bataille est esquissé : les trente hommes de la section du lieutenant Bruno Heluin sont réveillés et se préparent. Ils ne savent pas encore ce qui se trame. Le chef de corps appelle le général Hervé Gobilliard, qui commande la Forpronu pour le secteur de Sarajevo. Il lui propose carrément une solution : reprendre le poste par une action militaire.

Le général réfléchit quelques minutes. « J'ai essayé d'analyser les risques techniques, psychologiques, opérationnels, politiques, locaux. Je me suis mis dans la peau du capitaine qui allait conduire l'assaut ; ça pouvait très bien se terminer en carnage. Je me suis demandé si je n'étais pas en train de franchir la ligne qui sépare un Casque bleu d'un soldat en guerre, et puis je me suis dit que l'enjeu était trop important », se souvient aujourd'hui le général. L'enjeu, en effet, était double : d'une part, l'honneur bafoué qu'il fallait recouvrer ; de l'autre, les conséquences militaires de ce coup de main. Si les Serbes tenaient le pont de Vrbanja, ils pouvaient, en moins de trois minutes, amener leurs chars devant la présidence bosniaque...

« OK, feu vert ! » entend le colonel dans son combiné. Le capitaine François Lecointre fonce alors jusqu'aux quartiers de sa compagnie et apostrophe le lieutenant Heluin : « On reprend le site. Vous avez une demi-heure pour régler les détails avec vos hommes », lui dit-il.

Les risques sont énormes

L'action n'est pas facile et se jouera au centimètre près : le poste de Vrbanja fait 65 mètres de long. Complètement recouvert de sacs de sable, défendu par des réseaux de barbelés, ce n'est qu'une succession de recoins obscurs et de couloirs étroits. Les risques de confusion sont énormes : les Serbes ont apparemment revêtu les équipements des Casques bleus et, dans la pénombre, il sera difficile de les identifier. Autre inconnue : où sont les Français prisonniers ? Dans le poste ? Dans l'un des deux immeubles tenus par les Serbes à proximité ? Envisageant cette dernière hypothèse, la hiérarchie demandera aux appuis d'artillerie de modérer leur feu sur ces deux bâtiments.

Parallèlement à la section du lieutenant Heluin, en effet, le peloton blindé du capitaine Labuze se prépare. Son rôle : appuyer au plus près l'assaut des marsouins à l'aide de ses chars légers Sagaie. Ils devront faire feu sur les immeubles « Prisunic » et « Central », à la mitrailleuse essentiellement. De l'autre côté de la rivière Miljacka, le capitaine Jean-Pascal Giorda déplace ses blindés équipés chacun d'un canon de 20 mm. Lui aussi devra « traiter » les deux immeubles serbes, qu'il connaît bien, et pour cause : ses hommes sont normalement chargés de riposter aux tirs des snipers serbes qui partent de ces bâtiments et qui font des ravages parmi la population civile de Sarajevo.

Dans la tranchée bosniaque, les hommes du lieutenant Heluin, rejoints par le capitaine Lecointre et le sergent Taukapa, sont prêts à l'assaut. Devant eux, un réseau de barbelés, puis un découvert de 50 mètres et enfin les merlons du poste.

Bloqués par les barbelés

Tout le monde retient son souffle. Au « top » du capitaine, un premier groupe saute hors de la tranchée et se retrouve emmêlé dans les barbelés. Tout de suite, les Serbes s'aperçoivent de la présence des Casques bleus. Depuis les immeubles, ils font feu sur le groupe aux prises avec les barbelés. Les chars français « arrosent » alors les bâtiments à la mitrailleuse lourde : la façade de « Prisunic » se couvre de fumée, impacts et départs de tir confondus.

Dans la tranchée, le lieutenant Heluin s'apprête à lancer un second groupe à l'assaut. « Où vais-je mettre le pied pour ne pas me retrouver pris dans le fil de fer ? » se demande-t-il. L'obstacle est pourtant franchi sans encombre, et le jeune officier se lance dans le découvert. Arrivé à proximité immédiate du poste, il veut faire feu... « Clic », la rafale ne part pas.

Mur de feu

« Si je m'arrête maintenant, les autres ne vont pas suivre », réfléchit Bruno Heluin. Il choisit de poursuivre jusqu'au premier merlon. Une grenade dans l'ouverture, et la progression reprend. Le lieutenant est maintenant à l'entrée du premier couloir. Sur sa gauche, à moins d'un mètre, un Serbe tire depuis une casemate, mais il ne peut pas ajuster son feu, les autres Casques bleus tirant pour couvrir la progression du lieutenant. A l'intérieur de l'étroit boyau, un autre Serbe se replie, échaudé par la grenade qui vient d'exploser. Un coude à gauche... personne ; un second coude... deuxième grenade à l'intérieur de la minuscule casemate, et les Casques bleus entrent en rafalant. Le combattant serbe n'a pas eu le temps de répondre : il est mort, criblé par les balles et les éclats. Le capitaine Lecointre a rejoint son lieutenant et ses hommes. Ils sont dix dans une cour minuscule. Les Serbes tirent depuis un couloir, quelques mètres devant les Casques bleus. Deux marsouins grimpent sur le toit de la cour pour essayer de couvrir la progression des autres, mais, depuis « Prisunic », les Serbes les ont vus. Des rafales claquent. Le caporal-chef Cyril Jego reçoit plusieurs balles dans son arme ; le choc le fait tomber du toit.

Trois cents mètres en retrait, les blindés du capitaine Labuze ont repéré les tirs. « Bâtiment rouge, la fenêtre juste au-dessus : tirs de mitrailleuses », annonce l'observateur sur le réseau. « Envoyez un obus s'il recommence », répond le chef de corps, qui se trouve dans son blindé à proximité. Pendant ce temps, à l'intérieur du poste, le lieutenant Heluin, le capitaine Lecointre et six autres Casques bleus poursuivent l'assaut. Ils sont maintenant arrivés à la « zone vie » : trois conteneurs posés côte à côte devant lesquels a été aménagée une « popote ». Un rideau blanc empêche de voir ce qui se passe dans cette cuisine improvisée. Le lieutenant écarte le rideau, lance une grenade. L'explosion est énorme et un mur de feu se dresse devant l'officier : la grenade a fait éclater une bouteille de gaz.

A la même seconde, le capitaine et le sergent Taukapa voient avec horreur une gerbe de sang éclabousser le rideau. Lorsque le lieutenant se retourne, il a une plaie béante au milieu du front et s'écroule aux pieds des deux hommes. « Ils m'ont tué mon lieutenant ! » s'écrie le capitaine Lecointre sur le réseau radio. Le corps inanimé de l'officier est traîné le long du rideau. Ce faisant, le sergent Taukapa et son capitaine passent à quelques centimètres d'un Serbe embusqué derrière la tenture. L'homme écarte le voile, fait pivoter son arme en direction des trois Casques bleus penchés sur leur compagnon. Le sergent Taukapa est plus rapide : son Famas crache une courte rafale. Touché, le Serbe se réfugie dans le fond de la « zone vie », où la bouteille de gaz brûle toujours. Sergent et capitaine se ruent à sa poursuite. L'homme braque à nouveau son arme de la main gauche, sa droite ayant été partiellement arrachée. Le sergent l'ajuste à nouveau et fait feu : le Serbe s'écroule pour de bon.

Mètre par mètre

Entre-temps, les Casques bleus se sont aperçus que le lieutenant était toujours en vie. Quelques hommes sont laissés face aux conteneurs avec la mission de les fouiller ; trois Serbes y seront découverts et faits prisonniers. Le capitaine, le radio, le sergent Taukapa et les autres continuent en direction de la dernière partie du poste : la redoute « ouest ». Les Serbes tentent bien de contre-attaquer : deux d'entre eux avancent dans le couloir à la rencontre des Français. Le capitaine arme son pistolet, se décale et tire. L'un des deux est touché au pied. Dans le même temps, un marsouin lâche une rafale qui blesse à nouveau le même homme et tue le second. Le couloir est impraticable : trop risqué.

Le capitaine décide de passer par l'extérieur, de longer le mur de sacs de sable jusqu'à la redoute. Les hommes progressent mètre par mètre. En face, les Serbes ont compris. Ils jettent une grenade ; tout le monde se couche, personne n'est touché. On continue ; deuxième grenade, nouveau plaquage au sol, explosion, on se relève. Le capitaine demande alors un appui. Depuis l'autre rive de la Miljacka, les canons de 20 mm se mettent à tirer quelques mètres devant le groupe pour interdire aux Serbes même de risquer un oeil.

« Ne tirez plus, nous sommes français »

A ce moment, des cris partent de la redoute : « Ne tirez plus, nous sommes français ! » Les Serbes ont placé les deux Casques bleus qu'ils détiennent en otage aux entrées de la redoute. Comprenant qu'il ne peut pas poursuivre davantage sans mettre en péril la vie des deux hommes, le capitaine demande l'autorisation de cesser le combat et de tenter un échange de prisonniers. Le chef de corps accepte et se rend immédiatement sur les lieux avec un interprète et le médecin du bataillon.

Stricto sensu, l'assaut est terminé. Il aura duré un quart d'heure, durant lequel les Casques bleus ont réussi à reprendre 70 % du poste. Les négociations, elles, se poursuivront pendant toute la journée. Finalement, les Serbes évacueront la redoute à la faveur de la nuit, offrant à leur dernier prisonnier, le caporal-chef Chapdelaine, l'occasion de s'évader et de rejoindre les siens.

LE BILAN DE LA BATAILLE

L'assaut sur le poste de Vrbanja aura coûté cher aux Serbes : quatre morts, deux blessés et quatre prisonniers. Sur quatorze hommes présents, seuls quatre s'en sortiront indemnes. Mais les Français ont également payé leur tribut : deux morts et dix-sept blessés.

Le marsouin Jacky Humblot, qui était monté sur le toit du poste pour couvrir ses camarades, a été touché à l'abdomen et à la jambe par des tirs venant de l'immeuble « Prisunic ». Il est déjà mort quand ses camarades arrivent à le descendre de sa position. Le soldat Marcel Amaru, lui, est touché à la tête par un sniper serbe alors qu'il couvre la progression des combattants français à l'aide de sa mitrailleuse lourde. Evacué d'urgence sur le groupe médical de campagne des Casques bleus, il décède en arrivant au bloc opératoire.

Quant aux blessés, huit d'entre eux (dont le lieutenant Heluin) seront évacués en France pour y être soignés, les autres ne souffrant que de blessures légères.

LES TCHETNIKS DE « PRISUNIC »

Les Serbes qui ont pris le pont de Vrbanja sont bien connus : ils font partie de la bande de Slavko Aleksic, dit le « duc » Aleksic ; il s'agit en fait d'un ancien facteur de Sarajevo. Tous arborent barbe et cheveux longs, de rigueur chez les « Tchetniks », les combattants nationalistes serbes de la Seconde Guerre mondiale.

Orthodoxes quasi fanatiques, n'obéissant qu'à leurs propres règles, ils sont dangereux et redoutés même par la population de Grbavica, le quartier serbe de Sarajevo dans lequel ils sévissent.

La bande d'Aleksic a élu domicile dans un bâtiment que les Casques bleus n'appellent plus que « Prisunic », à cause de sa couleur rose. A partir de ses fenêtres, les Tchetniks d'Aleksic tirent à la fois sur les immeubles contrôlés par l'armée bosniaque et sur les civils qui s'aventurent le long de la rivière Miljacka.

Au nombre d'une quarantaine environ, ces hommes portent un écusson noir orné d'une tête de mort et de deux sabres. Sur certains de leurs drapeaux, on voit parfois écrit « Fraternité slave universelle ».

Les Bosniaques soutiennent que de nombreux volontaires russes en font partie. E. 

                        -------------------

                         Pièce jointe N° 2.

     La Tribune des Généraux vue par la presse.

La tribune des militaires enflamme le débat depuis une semaine : une polémique en 7 actes

Tour à tour soutenue par l’extrême droite et dénoncée par la gauche et le gouvernement, la tribune de militaires publiée le 21 avril dans « Valeurs actuelles » continue d’alimenter le débat politique autour du devoir de neutralité de l’armée.

Par Maud Cazabet

Publié le 27 avril 2021 à 14h10 Mis à jour le 27 avril 2021 à 15h03

Temps de lecture 5 min

Florence Parly, ministre des Armées, dans le Val-de-Marne le 3 mai 2019. (NICOLAS MESSYASZ/SIPA)Florence Parly, ministre des Armées, dans le Val-de-Marne le 3 mai 2019. (NICOLAS MESSYASZ/SIPA)

En l’espace d’une semaine, elle a enflammé le débat politique. Une tribune qui critique avec virulence le « délitement » de la France signée par une vingtaine de généraux de l’armée a été publiée mercredi 21 avril dans l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles ».

La première personnalité politique à l’avoir défendue médiatiquement a été Marine Le Pen, mais des représentants de la gauche et des membres du gouvernement dont la ministre des Armées Florence Parly ont ensuite conspué le texte et demandé des sanctions. « L’Obs » retrace les différentes prises de parole autour de cette publication controversée.

Acte I. Une tribune très critique

La tribune, signée par « une vingtaine de généraux, une centaine de haut gradés et plus d’un millier d’autres militaires », selon l’hebdomadaire, appelle Emmanuel Macron à défendre le patriotisme. Les militaires y dénoncent le « délitement » qui frappe la patrie et « qui, à travers un certain antiracisme, s’affiche dans un seul but : créer sur notre sol un mal-être, voire une haine entre les communautés ». Ils se montrent prêts à intervenir et disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation.

« On le voit, il n’est plus temps de tergiverser, sinon, demain la guerre civile mettra un terme à ce chaos croissant, et les morts, dont vous porterez la responsabilité, se compteront par milliers. »

Ces généraux qui ont l’oreille des patrons

La tribune a été publiée soixante ans jour pour jour après le putsch des généraux contre le général de Gaulle. Elle intervient une semaine après que l’hebdomadaire a déjà publié une tribune de Philippe de Villiers titrée « J’appelle à l’insurrection ».

Acte II. Le silence du gouvernement

Dans les cinq jours ayant suivi la publication de la tribune, aucun membre du gouvernement n’a réagi aux propos tenus par ces militaires.

Certains internautes ont manifesté leur incompréhension sur les réseaux sociaux : « Macron devrait réagir, et vite s’il ne veut pas être déposé par l’armée », témoigne un internaute sur Twitter le 22 avril.

Acte III. Marine Le Pen soutient les généraux

Vendredi, « Valeurs Actuelles » a publié une réponse de Marine Le Pen : « Je vous invite à vous joindre à notre action pour prendre part à la bataille qui s’ouvre (…) qui est avant tout la bataille de la France ». « Comme citoyenne et comme femme politique, je souscris à vos analyses et partage votre affliction », écrit-elle.

Acte IV. La gauche monte au créneau

En revanche, une partie de la gauche a fortement critiqué le texte et le manque de réaction du gouvernement, dès samedi. Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) a fustigé sur Twitter la « stupéfiante déclaration de militaires s’arrogeant le droit d’appeler leur collègue d’active à une intervention contre les islamogauchistes ».

                                                   ----------------

                                                Pièce jointe N° 3.

JE SUIS VOTRE CHEF! Fermez la! A dit le Président @EMacron_ @Elysee aux Armées 

La politique de défense du Président Macron? La location de matériels militaires à des sociétés civiles (Délaration dans l'Hémicycle AN le 14.10.2014) et, ne l'oublions, pas, sa promesse de campagne de créer un service militaire de un mois pour les jeunes! A côté de cela, L'ARNAQUE AUX "CHARGES" SOCIALES DES ENTREPRISES fera son chemin pour ruiner l'économie du Pays! DEMONSTRATION: Alain Saiche.

                      *Bonjour Toulemonde, Bonjour La France, Bonjour L'€urope.

                                           *MISE A JOUR AU: 17.04.2018

                             *AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*

Bonjour La France, Françaises, Français,

Je fais ce que j'ai dit, pérore le Président Emmanel Macron, Président de la République, au cours de ses entretiens télévisés médiatiques en compagnie des journalistes.

Le Président Emmanuel Macron serait il une girouette qui a perdu la direction du vent qui tourne? Au cours de ses voeux aux Armées, le 19.01.2019 à Toulon, il a déclaré que le Service Militaire Universel verrait bien le jour au cours de son quinquennat et serait financé par un budget distinct de celui des Armées. 

Cela étant, en annonçant que le budget des Armées serait augmenté de 1,7 milliard € par an -sans préciser "en €uros constants"- pendant son quinquennat, ce qui est un effort qualifié "inédit", il oublie d'ajouter que le "glissement des dépenses/recettes" d'une année sur l'autre, l'augmentation du coût des matériels -en €uros constants- et la charge entière des OPEX se traduiront, in fine, par une augmentation Zéro! 

Cela est complètement contradictoire en matière de défense qui est un domaine régalien réservé au Président de La République.

A titre d'exemple, le service "militaire" de un mois prévu par le candidat Macron, en ce début d'année 2018, a été annoncé mis sous le boisseau au profit d'un service civique d'une semaine par an "en lycées et collèges" à partir de la rentrée 2019.

Puisque cela a bien été dit, croyons ce que l'on voudra, mais basons nous sur des faits: Je vous propose donc de revenir sur mon article consacré au budget de la Défense en rappelant ce qui suit préalablement:

*Si Emmanuel Macron n'a pas d'argent pour la Défense, il en a retiré au budget de l'Etat en supprimant l'impôt sur la fortune pour le plus grand bénéfice de ceux qui en veulent toujours plus pour leurs propres besoins et en augmentant la CSG des retraités de 1,7 points pour l'attribuer au "SALAIRE NET" des salariés en lieu et place des financiers-patrons d'entreprises qui en demandent et en redemandent.

Une précision s'impose alors à méditer, l'augmentation globle de la TVA est de 20 milliard € dont 7 milliards serviront à augmenter le salaire des salariés du privé et le reste, soit 13 milliards, à redistribuer sous forme compensatoire aux "autres salariés ou non salariés" tous secteurs. 

                             I-----------------------I 

*Il y a deux manières d'asservir et de conquérir une nation, l'une est par les armes, l'autre est par la dette. (Citation du deuxième président des Etats-Unis John Adams. (1797-1801)

Du côté de la dette, Monsieur Emmanuel Macron, nous y sommes: 2 250 910 000 000 Milliards € à la date du 10.11.2017, et en progression constante de 2 665 millions € par seconde jusqu'à...? Nous asservir? 

Du côté militaire, vous nous affaiblissez avec le budget de la Défense réduite à la portion congrue selon mes critiques qui suivent et ne sont pas faites pour vous plaire: Ce sont les servitudes et les grandeurs militaires qui vous manquent!

Cela étant, mes critiques, pour être constructives, se veulent exemplaires dans la présentation qui en est faite, en commençant par ma critique sur L'ARNAQUE AUX CHARGES DES ENTREPRISES qui vous fait réduire le budget de la Défense (tout comme les autres budgets) pour tenter d'équilibrer  les comptes "à pertes", ce que vous entretenez économiquement, sans en prendre conscience du côté militaire de par votre absence totale de connaissances en la matière.

*En maintenant le budget de la Défense artificiellement au même niveau en supprimant une "économie" de 700 à 850 millions € ordonnée sur le budget 2017 tout en l'augmentant en TROMPE-L'OEIL, "par années glissantes" comme vous le faites, vous affaiblissez Votre pays, la France, militairement.

Il vous faut donc Impérativement, pour gouverner sagement, mettre en oeuvre ma METHODE DE GESTION PAR LE REVISIONNISME ECONOMIQUE destinée à redresser l'économie de Notre Pays, cette méthode que je vous préconise depuis 2012, du temps où vous étiez Secrétaire général Adjoint à l'Elysée avec le Président François Hollande, à partir de L'AXIOME de base suivant: "LES ENTREPRISES NE PARTICIPENT EN RIEN AU FINANCEMENT DES DEPENSES SOCIALES": Il est donc inutile et destructeur pour l'économie réelle d'augmenter les impôts et taxes pour leur donner des subventions, (50 milliards avec le pacte de "responsabilité"), au prétexte fallacieux que leurs charges sont trop élevées!

Cela étant, "La Méthode de Gestion par le Révisionnisme économique" que vous refusez de mettre en application depuis plus de 5 ans est la seule qui vous permettrait d'équilibrer les comptes de l'Etat France tout en augmentant véritablement le budget de la Défense. 

*Il y a pluq de 5 ans...J'y reviendrai plus loin.

Mon article, pour être constructif, pédagogique et concret, portera sur 9 points: Les lecteurs et lectrices pressés de me critiquer sont priés de se rendre directement au point N°8 comme désigné ci après:

Point N°1: Du concept mathématique du Capital, de Karl Marx, à l'esclavagisme moderne du XXIè siècle,

Point N°2: La méthode de gestion par le Révisionnisme économique,

Point N°3: De l'annonce "trompe-l'oeil" sur l'augmentation du budget de la Défense,

Point N°4: L'Apostrophe de Emmanuel Macron au Chef d'Etat Major des Armées, Pierre de Villiers,

Point N°5: Du cynisme de Emmanuel Macron, homme politique,

Point N°6: Un peu d'économie rationnelle à présent,

Point N°7: Souvenons nous,

Point N°8: Le remède idéal pour se sortir du marasme économique,

Point N°9: Conclusion.

                                        I------------------------------I

                                                   *Point N°1*

*DU CONCEPT MATHEMATIQUE DU CAPITAL" de Karl Marx, pour se rendre dans ce qu'est "L'ESCLAVAGISME MODERNE DU XXIè siècle" appelé "Mondialisation", en passant par l'augmentation de la CSG des retraités, CORNE D'ABONDANCE Macron pour augmenter, sur "les feuilles de "paye" , le salaire "Net" des salariés, la suppression de L'ISF pour les plus fortunés et la suppression de l'impôt sur les transactions financières, OU, de manière générale, "comment prendre aux "Pauvres" pour donner aux "Riches" et aux "Plus Riches" et "augmenter "LEUR "CAPITAL" en oubliant ce qui fait l'indépendance et la force d'un Pays: Son indépendance financière et la puissance des ses forces armées. 

27.12.2017: Florence Parly annonce ce qui suit par un twitt de valeur zéro: "Dégel de 700 millions d'€uros, je m'y étais engagée, je l'ai obtenu. Le budget des armées confirme sa remontée en puissance. On avance".

08.11.2017: Florence Parly, Ministre des Armées a annoncé que le budget avait été augmenté de 1,8 milliards € par rapport à l'année précédente, passant ainsi à 32,4 milliards €.

Effort considérable, dit la Ministre, oubliant de préciser qu'une partie de cette somme sera amputée de 700 millions € minimum au titre du manque 2017 pour le financement des OPEX! In fine, l'augmentation sera de Zéro, de par les "années glissantes", spécialités de l'Elysee, Matignon et Bercy pour "gagner des délais"! 

La situation de Notre Pays, LA FRANCE, est catastrophique, gérée par des hommes et des femmes politiques asservis à notre adversaire "LaFinance". Il n'y a RIEN à attendre d'eux en économie!

Le remède pour redresser les finances publiques est pourtant MATHEMATIQUE et très simple à mettre en oeuvre: C'est ce que j'entends vous démontrer de manière pragmatique, concrète et pédagogique, sans détour et droit au but, "à la militaire"!

 *IL AUTAIT FALLU, IMPERATIVEMENT:

1- SUPPRIMER L'I.S.F. (Impôt Sur la Fortune) tant décrié, créé pour rechercher l'équilibre des comptes à tout prix et ne rapporte pas assez: Elle ne sert qu'à polémiques politiques..., et..., "en même temps...

(A noter que depuis la parution de mon article, il y a nombre de mois, l'ISF a été supprimé par vote des députés le 25.10.2017)... et...

..."en même temps", pour plagier le Président Emmanuel Macron, "en même temps" donc, (il faut) il aurait fallu...:

2- NATIONNALISER  les financements sociaux Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc..., en permanence déficitaires, PAR MA METHODE DE GESTION  basée sur LE REVISIONNISME ECONOMIQUE pour équilibrer le budget de l'Etat et permettre de financer sans difficultés particulières le budget nécessaire à la Défense avec toute la pérennité qui devrait être de mise, car je le rappelle:

"Les entreprises, qui se font tembourser toutes leurs cotisations sociales-"charges" par les employeurs, ne participent en RIEN au financement des dépenses sociales puisqu'elles se les font rembourser par les consommateurs, mais, de plus, perçoivent des subventions"!

C'est ce que je vais vous expliquer ci après de manière rationnelle, pédagogique et constructives, au point N° 

                                    I-------------------------------I

                                               *Point N°2*

*La méthode de gestion par LE REVISIONNISME ECONOMIQUE:

Tout a été essayé, tout a échoué! Il ne reste qu'une seule solution radicale: LA MIENNE:

"LA METHODE DE GESTION PAR LE REVISIONNISME ECONOMIQUE du XXIè siècle" qui vous est expliquée au Point N°5: "Le remède à apporter". 

*Pour ce faire, il faut commencer par DERADICALISER le Président Macron de son NEGATIONNISME ECONOMIQUE*

Le NEGATIONNISME ECONOMIQUE qui l'anime provient de SON DENI MATHEMATIQUE de reconnaitre L'AXIOME élémentaire de base en économie: "Les entreprises se font rembourser Toutes leurs cotisations sociales (Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, etc, etc...), qu'ils et elles appellent improprement "charges", par les consommateurs qui achètent leurs marchandises, produits et services! 

Pour ce faire, les entreprises incorporent Toutes leurs cotisations-"charges" dans les CALCULS DES PRIX DE REVIENT et de vente, ce qui est comptablement légal et justifié. Ce qui l'est moins et pas du tout, c'est de clamer que "les charges des entreprises sont trop élevées", je vais augmenter les impôts et taxes pour leur "donner" des subventions"!

Les impôts et taxes des contribuables augmentent, les dividendes des actionnaires de même, tout comme le chômage qui devient "de masse"! 

En ce qui concerne la Défense, le Président Emmanuel Macron applique la même politique du NEGATIONNISME ECONOMIQUE envers elle, pensant avoir affaire à des civils déguisés qui dépensent sans compter l'argent de l'Etat dont il est détenteur à son bon vouloir de "CHEF DES ARMEES" sans savoir ce qu'est un véritéble CHEF MILITAIRE qui pense d'abord à sa mission et à ses hommes sans connaitre le prix d'un pain au chocolat qu'il ne trouverait pas dans les domaines stratégiques de réflexions militaires.

Il appartient donc aux Parlementaires: Députés de l'Assemblée nationale et sénateurs de DERADICALISER Emmanuel Macron DE SON NEGATIONNISME ECONOMIQUE qui le fait Président des riches au détriment "des autres"!

Vous trouverez par ailleurs, au point N°8 de mon article, "La solution miracle" pour remédier à l'incompétence économique d'analyse statégique du Président Emmanuel Macron, Chef des Armées.

                                      I------------------------------I

                                                *Point N°3*

*De l'annonce "trompe-l'oeil" sur l'augmentation du budget de la Défense,

                                         *CELA ETANT:

Le 30.09.2017: Le budget de la défense va augmenter de 1,8 mds € en 2018, clament le Président Emmanuel Macron, le Premier Ministre Edouard Philippe et Florence Parly, Ministre des Armées!  

*En réalité, cela est FAUX car s'il augmente, c'est par AJOÛT DE CHARGES! Il n'est pas dans les mêmes conditions financières que les années passées où chaque ministère contribuait au financement des OPEX! 

Après le moins 850 millions € de l'année 2017 S'AJOUTENT, pour 2018, LE FINANCEMENT INTEGRAL des OPEX et le l'opération Sentinelle! A combien se monteront elles, quand on sait que les coûts budgétaires sont toujours sous estimés à l'époque de la présentation du budget à l'Assemblée nationale?  

Ce qui reste éventuellement disponible pour les équipements est reporté d'année en année par le système des "Années glissantes" qui consiste à reporter les prévisions d'achats des besoins matériels et d'équipements d'une année sur l'autre!

Bref, le compte n'y est toujours pas!

*L'essentiel, pour les politiques, est de BIAISER tous les Français, quels que soient les partis politiques, pour rester au Pouvoir le plus longtemps possible! C'est mieux que d'être au chômage ou dans la merdouille en OPEX!

*La situation internationale n'est pas au mieux ni au beau fixe; ce n'est pas le moment de baisser la garde pour des raisons économiques sans valeur face à la sécurité nationale qui n'a pas de prix! 

De ce qui précède, afin de vous faire une idée plus précise sur le sujet, j'ai préparé cet article qui a pour but de faire découvrir aux 67 millions de Français, dont les 47 millions d'électeurs, que le Président de la République, Emmanuel Macron, pose de graves problèmes économiques d'Amateur quant à la bonne marche de la politique de défense qui sied à notre grande Nation, La France.

                                     I-----------------------------I

                                              *Point N°4*

*L'Apostrophe du Président Emmanuel Macron au Chef fes Armées Pierre de Villiers: 

Lettre ouverte en date du 13. 07.2017 au Président de La République ainsi qu'au Peuple de France et au Chef d'Etat Major des Armée

L'Apostrophe du Président Emmanuel Macron au Chef d'Etat Major des Armées en date du 13 luillet 2017, veille de notre fête nationale, ou: LE FIASCO DEFENSE DE Emmanuel Macron, Président de la République, "Chef des Armées":

LA CONFIANCE, Emanuel Macron, Président de la République, se mérite: LA CONFIANCE, inconditionnelle se définit comme suit: "Croyance spontanée ou acquise en la valeur morale, affective, professionnelle d'une autre personne... qui fait que l'on est incapable d'imaginer de sa part Tromperie, Trahison ou incompétence". Elle s'acquière au vu et constats des actes et comportement dans le cadre professionnel et de la vie de tous les jours.

Or en matière de Tromperie, de Trahison et d'incompétence, vous avez déjà démontré ce dont vous étiez capable depuis votre élection à la tête de l'Etat, tant dans le domaine de l'Economie que de la Défense.

Voyons donc ce qu'il en est plus en détails.

Bien entendu, comme après toutes mes critiques destructrices, vous trouverez au Point N°5 les remèdes à apporter aux maux que vous causez par des remèdes y adaptés, les miens.

Outre cela, vous avez, bien entendu, comme tout citoyen, "Droit de Réponse".

 

Le 19/07/2017: Le Général Pierre de Villiers, Chef d'Etat Major des Armées, (CEMA), annonce sa démission.

Le jour même, il est remplacé par le Général François Lecointre, qui était Chef du cabinet militaire de Edouard Philippe, Premier Ministre.

Cela ne change absolument RIEN à la situation telle qu'elle était avant la démission du Général Pierre de Villiers: Il s'agira, pour le nouveau CEMA, d'expliquer au Peuple de France "comment, avec un budget réduit", il pense pouvoir atteindre Tous les objectifs impartis aux Armées.

Voici donc, pour le Général Lecointre, la situation telle qu'elle se présente à lui, vue "de l'extérieur".

 

INEDIT: (14.0742017): Admonester les Armées en leur rappelant publiquement et colériquement à la face du monde en leur parlant, le 13 juillet, veille de Notre fête nationale du 14 juillet 2017: "Je suis votre chef", relève d'une "faute grossière" irréfléchie qui ne fait que l'aggraver en public.

*Peu leur chaut que vous parliez de la sorte aux militaires: Les militaires, Emmanuel Macron, savent TOUJOURS qui est leur chef! Ils ont été formés pour, contrairement aux hommes et femmes politiques formés, eux, par L'Ego, le fric et le cul!

Les militaires ne sont plus des gamins auxquels les parents refusent une sucette, Emmanuel Macron, MAIS des hommes murs et réfléchis qui savent de quoi ils parlent et ce qu'il doivent faire pour Leur Patrie! Ils n'ont pas besoin de vos conseils pour ce faire!

Ils savent également, selon une citation de Chateaubrilland, que:

"PLUS L'HOMME AU POUVOIR EST PETIT, PLUS IL CONVIENT A TOUTES LES PETITESSES "! (Chateaubriand) 

Je vous rappelle, Monsieur le Président, que: "Votre Chef, C'EST LA FRANCE"! Pas la Finance"! Et pour la cas où vous n'auriez pas compris le sens de mes critiques destructrices à votre encontre, relisez moi: Merci. Pour La France!

 Pour autant, cet article a pour but de faire découvrir aux 47 millions d'électeurs et aux 67 millions de Français LA FOLIE et l'INAPTITUDE financières de tous les dirigeants politiques en commençant par vous et le parti nouvellement au pouvoir, le parti @enmarchefr et @laRepubliqueEM: Vous, Emmanuel Macron,  Président de la République élu le 07 juin 2017 par une minorité d'électeurs inscrits qui s'élève à 45,56% des voix compte tenu du nombre record d'abstentions et qui disposez d'une majorité relativement "minoritaire" avec 17,88% des électeurs iscrits!

Il n'y a vraiment pas de quoi pavoiser! Ni tomber en pâmoison! 

*Cela étant, OUI, Monsieur le Président Macron: Vous êtes un Trou du cul en économie et un Charlot en vos prises de position sur la Défense. J'entends vous le démontrer par vos inconséquences graves sur les financements de L'Armée et des dépenses sociales qui détruisent L'Economie de Notre Pays, La France. HONTE à vous!

Comble de la malséance qui vous caractérise, vous qualifiez à l'hebdomadaire "Le Point", le 30 août 2017, de "Tempête dans un verre d'eau" votre inconvenence à l'encontre du Chef d'Etat Major des Armées le 13 juillet 2017: Cela démontre encore une fois, s'il en fallait, le peu de cas que vous manifestez à l'encontre de ceux qui ne courtisent personne et ne vous courtisent pas: Les militaires chargés de la défense de Notre Patrie, La France!  

                                            I------------------------------I

                                                      *Point N° 5*

                        Du cynisme de Emmanuel Macron, homme politique: 

 *AVANT PROPOS: Du Cynisme et de l'inaptitude du Président de la République, Emmanuel Macron, à gérer La France et les finances de La France, ne serait ce qu'en prenant le dernier exemple connu à la date du 08 juillet 2017 où, en son allocution à l'issue du G 20 à Hambourg, en bon élève de la béatitude puérile qui sied aux élèves de 6ème qui rêvent de se croire au dessus de ceux "qui ne sont RIEN", déclare: "On ne peut pas lutter contre le terrorisme sans action résolue contre le réchauffement climatique"! (Sic)!

 *INTRODUCTION 1: L'Assemblée nationale ne sera respectée QUE si elle est respectable, a délaré son nouveau Président François de Rugy au cours de son allocution de Président de L'AN nouvellement élu, le 27 juin 2017.

Cela est fort bien dit et a le mérite de me permettre de dédier cet article à François de Rugy tout en lui demandant de ne pas faillir à l'éthique commerciale du respect des consommateurs-contribuables ou non qui ne doivent, en aucun cas, être pris pour des vaches à lait ignares en économie par les députés sans cervelle souvent victimes du panurgisme politique "familial".

Il doit en être de même envers les contribuables qui ont le droit de ne pas se faire spolier par des augmentations d'impôts injustifiées comme à partir de 2014 avec le pacte de "responsabilité" élaboré par Emmanuel Macron lorsqu'il était secrétaire général adjoint de L'Elysee, de 2012 à 2014, sous la présidence de François Hollande, augmentation inconsidérée qui a réduit leur pouvoir d'achat et enrichi les actionnaires avec 50 milliards € en subventions injustifiables et injustifiées.

 *INTRODUCTION 2: "En chacun de nous, il y a un cynique qui sommeille", a déclaré Emmanuel Macron, Président de la République, au cours de son allocution aux Parlementaires réunis en congrès le 03 juillet 2017 à Versailles.

"MoiCitoyen", Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, je crois pouvoir dire que vous avez parfaitement raison, Monsieur le Président, d'autant que vous l'affirmez vous même, en pleine Assemblée: "En chacun d'entre nous", cela signifie:"Vous compris"!

Vous connaissez bien et vous savez parfaitement ce qu'il en est en matière d'ARNAQUE AUX "CHARGES" DES ENTREPRISES, avec le pacte de "responsabilité" et l'augmentation des impôts 2013 qui a permis de dégager 50 milliards d'impôts en provenance des contribuables pour les offrir, en guise de "subventions, Marge de manoeuvre Macron", aux entreprises pour les années 2014-2015-2016.

Cette même somme, pacte de "responsabilité" terminé, sera engrangée au même rythme par Bercy pour les années 2017-2018-2019! Il est donc IMPOSSIBLE de dire qu'il manque 8 milliards € pour boucler le budget 2017, sauf à CYNIQUEMENT mentir!

*Cela étant, j'ai une pensée particulière pour l'AUGMENTATION DE LA CSG de 1,7% à venir qui ne sera, encore une fois, qu'arnaque financière légale qui affaiblira le pouvoir d'achat des retraités qui méritent le respect, non le "racket" contribuable permanent par le mensonge permanent, puisque la suppression de la taxe d'habitation sensée "compenser" la hausse de la CSG se fera sur 3 ans, ALORS que l'augmentation de la CSG se fera d'un seul coup à partir de 2018 sur l'imposable 2017! Encore une fois, cherchez la faute!

                                        I-------------------------I 

                                                *Point N° 6* 

                UN PEU D'ECONOMIE RATIONNELLE A PRESENT:

Ce 3ème point a pour but de démontrer aux 67 millions de Français et A LA MINORITE des 47 millions d'électeurs qui ont élu Emmanuel Macron Président de la République le 7 mai 2017 à une minorité écrasante et à TOUS les parlementaires dont ceux de @laRepubliqueEM, élus de la même manière, qu'il y a un problème de fond en ce qui concerne le budget de L'Etat en général et de celui de la Défense en particulier.

C'est la raison pour laquelle je tiens personnellement à appeler l'attention des 67 millions de Français sur le comportement du Président Macron sur ses rapports avec "La finance" dévastatrice de Notre économie , pour le plus grand bien des uns -les riches actionnaires- et le plus grand malheur moral, social et sociétal "des autres", les salariés, les retraités, les jeunes et les enfants de France. 

 Voyons d'abord les chiffres.

Déclarer urbi et orbi en cours de campagne électorale vouloir assurer la sécurité des Français ne s'improvise pas: Cela relève du professionnalisme politique, économique, militaire, sécuritaire, social et sociétal, ce qui n'est absolument pas le cas de EmmanuelMacron qui fait, en la matière, plutôt figure d'Amateur! De grand Amateur!

Après avoir fait "cadeau" de 50 milliards € de subventions aux entreprises en pure perte entre 2014-2015-2016 dans le cadre du pacte de "responsabilité", il n'y a plus RIEN actuellement, dit il,  pour le budget de l'Armée et Bercy envisage de l'amputer de quelques 2,7 milliards pour l'année 2018! 

*Or, ne l'oublions pas: Le seul Porte Avions que nous possédons, le "Charles de Gaulle", est rentré en France le 08.02.2017 pour une période de 18 mois! Pendant ce temps, La France, Notre Pays, n'aura aucune flotte aéronavale opérationnelle pour assurer la défense de ses intérêts où que ce soit dans le monde!

Et SOUVENONS NOUS: Le coût d'un Porte Avions est de 4 à 5 milliards! Avec l'argent dispendié en pure perte par Emmanuel Macron avec le pacte de "responsabilité" (oui, il s'appelle comme ça), nous aurions pu financer non pas 10, mais au moins 1 Porte Avions Nucléaire du type "Charles de Gaulle"!

Il nous faut donc lancer la construction d'un nouveau Porte Avions dès cette année 2017, compte tenu des délais de conception et de mise à l'eau opérationnelle!

Un demi point de PIB représente la somme de 10 milliards € si mes renseignements sont bons: Pour un nouveau Porte Avions, cela représente environ un quart de PIB.

Emmanuel Macron a envisagé de passer le budget des Armées de 1,5% du PIB à 2%, d'ici à 2025, soit dans 8 ans, c'est à dire, en moyenne et en € constants, de 1,25 milliards €/an.

C'est prendre le Chef d'Etat-major des Armées (CEMA) et les officiers généraux de L'Etat-major des Armées aguerris pour des enfants débiles qu'ils ne sont pas, car Bercy veut revoir le budget 2018 "à la baisse" de 2, 7 milliards d'€uros! 

Faites le calcul vous mêmes et vous constaterez que, si le budget est abaissé de 2,7 milliards en 2018, il sera difficile au Trio Lemaire-Darmanin-Macron de certifier que ce même budget augmentera de manière telle qu'il sera effectivement "à la hausse" en 2019 par rapport à 2017, soit de plus de 2,7 milliards, faute de quoi il ne retrouverait QUE son niveau de 2017, sans tenir compte de la dévaluation!

Voilà encore un nouveau feuilleton destiné à faire croire que Emmanuel Macron, Chef des Armées, aura à "trancher", ALORS QUE LES MOYENS FINANCIERS EXISTENT déjà, car les impôts n'ont pas diminué depuis l'année 2017 et continueront d'être engrangés au même rythme que pour les années 2014-2015-2016 qui avaient permis d'accorder 50 milliards de "subventions" aux entreprises:

*En CLAIR, cela signifie que la même somme (50 milliards) va entrer dans les caisses de l'Etat France, à Bercy, pour les années 2017, 2018 et 2019 compte tenu de l'augmentation des impôts 2013 qui a appauvri les classes dites "moyennes" (entre 15 et 17 milliards/an hors pacte de "responsabilité"qui a fini d'être payé en 2016) et servira, au même rythme, de nouvelle "marge de manoeuvre Macron"!

*Tout était prévu à l'avance, avec François Hollande, depuis 2013: Baisse d'impôts pour ceux qui n'en payaient pas, fruits de la croissance à "redistribuer", la relance qui frémit, le chômage qui frétille à la baisse, etc, etc, le tout sur l'air de: Grâce au pacte de "responsabilité" sic! Il suffisait d'y penser!

Cela étant, Emmanuel Macron est devenu, depuis le 14 mai 2017: Président de La République, "CHEF DES ARMEES", lui qui voulait sous traiter les équipements militaires à des entreprises privées par "manque de moyens financiers", déclaration faite par lui aux Députés dans l'hémicycle de L'Assemblée nationale, le 07.10.2014 lorsqu'il était alors Ministre de l'économie!

En outre, vouloir faire effectuer un service militaire de 1 mois à raison de 800 000 jeunes de 18 à 25 ans relève de la fantasmagorie et ne repose, chacun en conviendra, sur vraiment RIEN de bien sérieux!

Aussi, de par le passé, un seul motif, s'il n'en fallait qu'un et un seul pour ne pas accorder la confiance à Emmanuel Macron, sera ce qui est contraire aux intérêts fondamentaux de Notre Pays, La France, avec LE BUDGET REGALIEN DE LA DEFENSE NATIONALE pour les années à venir!

                                        I------------------------------I

                                                  *Point N°7*

                                           SOUVENONS NOUS:

*Le 07.10.2014, il y a quatre ans, Emmanuel Macron déclare, tout sourire, aux députés dans l'hémicycle de L'Assemblée nationale, sortant en cela, comme un magicien faisant une bonne farce à des gamins, avec le sérieux d'un pape:

     "Le budget militaire de 31 milliards (et quelques millions) ne pourra pas être bouclé du fait du retard pris dans la vente de biens d'Etat et des cessions reportées à plus tard".

     "Pour le boucler, il sera fait APPEL A DES ENTREPRISES PRIVEES POUR LE FINANCEMENT DES MATERIELS DESTINES A EQUIPER NOS SOLDATS"!

Moi Citoyen, je dis à Emmanuel Macron: Plus jamais ça!

*Alors, lors de votre visite à L'Île Longue, le 03 juillet 2017, pour vous racheter, annoncez que vous avez compris et passez commande pour lancer un 2ème Porte Avions nucléaire!

                                    I---------------------------I

                                            *Point N°8* 

           *Le remède idéal pour se sortir du marasme économique,

Il vous faut, Monsieur le Président, mettre au rancart vos recettes économiques d'un autre âge et vous mettre au goût du jour en économie moderne, celle du REVISIONNISME ECONOMIQUE RATIONNEL DU XXI ème siècle basée sur les CALCULS DES PRIX DE REVIENT et de vente des marchandises, étant entendu que L'Etat France n'est pas une entreprise destinée à faire des bénéfices, MAIS un Etat chargé d'assurer le bien être de sa population en recherchant l'EQUILIBRE DES COMPTES avec reports d'une année sur l'autre en cas d'excédent.

Par REVISIONNISME, j'entends commencer par sa définition: "Terme qui désigne l'attitude de ceux qui remettent en cause de manière rationnelle les fondements d'une doctrine, d'une loi, d'un jugement, d'une opinion couramment admise en histoire, ou même de faits établis".

En la matière, JE REMETS EN CAUSE LES FAITS ETABLIS EN ECONOMIE par les hommes et femmes politiques dont vous faites partie, ainsi que par les économistes, les journalistes et les entreprises qui consistent à dire et faire croire à la population: "Les "charges" sociales des entreprises sont tropp élévées et alourdissent le coût du travail": Il faut donc leur accorder des subventions pour faire baisser les coûts de revient, augmenter les ventes et faire baisser le chômage"!

*JE CONTESTE non pas l'erreur,mais LA FAUTE, qui consiste à faire croire que les charges des entreprises sont trop lourdes, ALORS QUE ce sont les consommateurs qui payent les charges des entreprises en les remboursant aux entreprises à l'achat de leurs marchandises.

Pour ce faire, en effet, les entreprises, comptablement et légalement, incorporent Toutes leurs "charges" sociales (Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Chômage, Vieillesse, Dépendance, Tickets restaurant, Chèques déjeûner, Habillement, etc, etc) dans les CALCULS DES PRIX DE REVIENT et de vente et se font même de substanciels bénéfices correspondants à la marge bénéficiaire qu'elles souhaitaent obtenir! Ce sont des placements à très courts, courts, moyens ou longs termes en fonction du type de marchandidses!

Cela étant, ce n'est pas ce procédé de calculs des prix de revient et des vente que je dénonce et remets en cause, mais LA TROMPERIE qui fait croire qu'elles ont trop de charges, ALORS QU'ELLES n'en ont pas et SE LES FONT REMBOURSER!

C'est ce que j'appelle: "L'ARNAQUE UNIVERSELLE AUX "CHARGES" SOCIALES DES ENTREPRISES, car les entreprises ne participent EN RIEN aux financements des dépenses sociales! Ce sont les salariés, les retraités et les consommateurs qui payent TOUT! 

De plus, c'est TOUJOURS le contraire aux prévisions qui se produit: "Les prix ne baissent JAMAIS et les impôts augmentent TOUJOURS, appauvrissant en cela toutes les classes de la population"!  

De ce qui précède, pour arriver à boucler le budget de l'Armée par l'équilibre des recettes de L'Etat France, il vous faut Monsieur le Président de la République, REMETTE A PLAT le mode de financement des recettes sociales pour retrouver, dans un premier temps, l'équilibre des comptes sans amputer à chaque fois le budget de l'Armée: 

La méthode d'application du REVISIONNISME ECONOMIQUE RATIONNEL que je vous préconise pourrait être la suivante:

*APRES VERIFICATION DE LA CONFORMITE DES RECETTES ET DES DEPENSES actuelles, il vous faudra organiser de grands débats publics médiatiques: 

          1- Avec les partenaites sociaux que sont le patronat et les syndicats,

          2- Des associations de consommateurs, à définir,

          3- Des représentants du Gouvernement et

          4- Des Services de l'Administration fiscale,

          5- Des représentants des partis politiques.

*Il s'agira alors de définir, "EN MÊME TEMPS" que LA SUPPRESSION DE L'I.S.F., le QUI PAYERA QUOI, COMMENT ET COMBIEN.

     A- Pourcentages cotisations salariales, par retenues salariales, ce qui se fait déjà,

     B- SUPPRIMER et  TRANSFERER INTEGRALEMENT TOUTES LES "CHARGES" sociales DES ENTREPRISES, ligne budgétaire par ligne budgétaire (Chômage, Retraites, Sécurité sociale, Retraites complémentaires et Complémentaires santé, etc, etc...) sur une TVA SOCIALE à créer, ligne budgétaire par ligne budgétaire qui sera payée par les consommateurs, ce qu'ils font déjà sans le savoir.

     Les nouveaux PRIX DE REVIENT des produits et services Hors TVA et Hors TVA SOCIALE auront alors L'OBLIGATION morale PATRIOTIQUE de baisser d'autant que le montant des sommes transférées des "charges" sociales des entreprises sur la TVA sociale! 

     D- Le BUT DE CETTE OPERATION est de:

               D-1: Rendre les entreprises LES PLUS ATTRACTIVES et COMPETITIVES des pays industrialisés pour la vente à l'exportation,

               D-2: Obtenir des commandes supérieures à celles enregistrées auparavant,

               D-3: Redresser la balance commerciale,

               D-4: Embaucher pour satisfaire les carnets de commandes en temps et en heure,

               D-5: Faire baisser le chômage lentement, mais sûrement, sans, pour cela, arriver au "plein emploi" que veulent vendre les épouvantails politiques en mal d'ego à la conquête du pouvoir qui ne tiennent pas compte de la démographie!

     E- Pourcentages  TVA sociale créée, ligne budgétaire par ligne budgétaire, qui sera payée globalement par les consommateurs à l'achat des produits, c'est à dire ce que les consommateurs payaient déjà sans le savoir et sans s'en rendre compte pour rembourser les charges sociales des entreprises!

Le montant de cette TVA sociale apparaitrait alors sur les tickets de caisse, dans la plus grande JUSTICE ET EQUITE. 

               E-1: Prix de vente Hors Taxes:    Tant:          €

               E-2: TVA %:                                Tant:          €

               E-3: TVA SOCIALE %:               Tant:         €

                                                       TOTAL: Tant:         €€€          

     F- Pourcentages d'un "IMPÔT SOCIAL" à créer, distinct de l'impôt sur les bénéfices pour les entreprises, après négociations avec les partenaires sociaux et débats au Parlement (les entreprises ne "déboursent" RIEN actuellement). Tout le monde doit participer: 

                F-1: Les salariés par retenues sur leurs salaires, "FRUIT" de leur travail et qui payent en plus l'impôt sur le revenu,

                F-2: Les consommateurs par la TVA SOCIALE, opération "blanche", sans douleur financière, puisqu'ils payent déjà les mêmes sommes pour rembourser les entreprises,

                F-3: Les entreprises par un IMPÔT SOCIAL distinct de l'impôt sur les bénéfices, "FRUIT" du travail du capital, tout en leur rappelant qu'elles n'ont jamais RIEN payé, ont touché et touchent encore en plus des subventions!

     *RAPPEL: Il est bien entendu que le transfert INTEGRAL des cotisations sociales entreprises transférées sur la TVA sociale entrainerait IMMEDIATEMENT la baisse des nouveaux PRIX DE REVIENT Hors TVA et TVA SOCIALE d'autant: La marge bénéficiaire serait laissée à l'appréciation des entreprises pour tenir compte de la compétitivité liée aux marchés commerciaux à l'exportation ainsi que des marchés locaux, régionaux et nationaux.

     *Les prix de vente locaux, régionaux et  nationaux resteront stables compte tenu de la concurrence et pourraient même baisser un peu, à marge bénéficiaire constante! Les Services fiscaux et de la consommation y veilleraient.

*Et si vous n'avez pas encore compris, Emmanuel Macron,  Hommes et femmes politiques toutes tendances, rendez votre tablier et retournez à l'école apprendre ce qu'est un CALCUL DES PRIX DE REVIENT ainsi que ce qu'il faut y mettre OU ne pas mettre pour être compétitif! 

                                        I-----------------------------I

                                                  *Point N°9*

                                                 Conclusion:

*TOUT LE MONDE DOIT PARTICIPER aux financements des dépenses sociales! Si vous n'avez pas compris, relisez moi à nouveau.

La mise en application de cette REMISE A PLAT pourrait se faire en 2018, sans augmentation d'impôts, chiffres révisés en septembre 2018 pour l'année 2019, soit... "à la baisse... soit à la hausse.... Qui peut le savoir? Personnellement, bien contrôlée, j'ai un net penchant pour une stabilité qui pourrait aller...en  s'améliorant.

Bien entendu, "en même temps, (simultanément), il vous faudra, Monsieur le Président, faire montre de beaucoup d'autorité pour faire comprendre aux autres pays membres de l'Union €uropéenne que la BCE doit cesser d'être la PLANCHE A BILLETS des banques lobbies de Bruxelles qui empruntent à un taux de 0% sur 4 ans à -0,4% sur le long terme, une aubaine pour elles, puisqu'elles prêtent ensuite à la France à un taux de 0,37% depuis le début de l'année 2017.

Or la France devrait emprunter 185 milliards en 2017: Si vous faites le calcul, vous trouverez tout comme moi, sauf erreur, que cette manipulation des prêts de la BCE en passant par les banques va coûter à la France la modique somme de 684 500 000 € pour le remboursement de l'emprunt aux banques lobbies de Bruxelles!

VOUS DEVEZ EN CONCLURE, tout comme moi, que la BCE doit cesser d'être la Banque des Banques lobbies et devenir la banque des Etats, dont la France, qui pourraient bénéficier directement de la ristourne faite aux banques!

Ajoutez à cela le fait que la BCE a racheté des dettes d'Etats pour un montant de plus de 1 000 milliards d'€uros! Quelle crédibilité accorder à une banque centrale percluse de dettes de clients qui ne la rembourseront jamais?

J'en resterai là pour aujourd'hui tout en vous faisant ressortir, mais vous le savez déjà, que la limitation des déficits d'investissements fixés à 0,5% du PIB est destinée à favoriser les banques lobbies "de Bruxelles", lesquelles pourront se porter Partenaires, dans le cadre des "Partenariats-Publics-Privés" selon ce qui est appelé "règle des 3 P" pour arriver, IN FINE, à la privatisation totale des biens de l'Etat!

Bref, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Mesdames et Messieurs les 36 000 Maires de France et Mesdames et Messieurs les élus de toutes les tendances, si vous n'avez pas bien compris le sens de mes écrits, il suffit de me relire et d'apprendre par coeur:

"L'ARNAQUE AUX "CHARGES" SOCIALES DES ENTREPRISES DOIT CESSER, la banque centrale €uropéenne doit prêter directement aux Etats et la limitation des déficits d'investissements fixée à 0,5% du PIB doit être supprimée!

Cela implique que le Président de la République et son Gouvernement doivent ne pas prendre toutes leurs vacances cette année et se mettre au boulot sans tarder pour rattrapper le temps perdu en enfumages politiques sur la révision des traités €uropéens. 

                                 *POUR LA FRANCE*

Armand deFranceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230 St Vincent de Tyrosse.  .

 PS: Vous voudrez bien noter que je suis Gaulliste, plus encarté pour garder mon indépendance d'esprit!

LE FIL DU BLOG 1

MOTS-CLÉS

LE FIL DU BLOG 2

seg?add=7301483&t=2 seg?add=7301466&t=2 px?id=959596&seg=11452229&t=2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.