alaincastan
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2021

Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?

Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.

alaincastan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu. Le gouvernement et les représentants de l'état colonial font planer la menace de troubles et envoient des renforts militaires. Connaissent-ils d'autres réponses ?

Autant dire que le peuple kanak qui a su éviter la disparition, qui a su retrouver son unité, aura besoin plus que jamais de la solidarité de toutes et tous. Or c'est là que le bât blesse. Depuis des semaines nous savons que tous les moyens seront utilisés pour empêcher l'indépendance de Kanaky-Nouvelle-Calédonie : la propagande de la peur ( peur de la violence, peur de l'isolement et difficultés économiques, des « menaces extérieures » de la Chine, voire de l'Australie ou des Etats-Unis!), choix unilatéral de la date du référendum sans tenir compte de l'avis de toutes organisations représentatives du peuple kanak, particulièrement touché par la pandémie et en pleine période de deuil, intimidations militaires...

Cependant les manifestations de soutien sont rares : un appel de solidarité de quelques centaines de signataires, quelques tribunes dans la presse et des rassemblements de rue, souvent confidentiels. Autant dire que la mobilisation a été faible et les appels des organisations du peuple kanak peu relayés même par des militants mobilisés sur d'autres sujets sociaux, antiracistes ou des droits humains. Pourquoi ?

Probablement parce que nous n'avons toujours pas intégré que ce qui se joue là-bas ce n'est pas « simplement » le sort d'un territoire de moins de 20000 Km2 et peuplé d'un peu plus de 270 000 habitants, mais la survie de l'impérialisme français. Que représenterait, en effet, le capitalisme français, à l'échelle mondiale, sans ses dernières colonies du Pacifique, des Caraïbes, de l'Océan indien qui font de la France, en terme de domaine maritime, la deuxième puissance maritime mondiale, présente dans tous les Océans. Que représenterait-il également sans le domaine réservé des anciennes colonies d'Afrique et les nombreuses interventions militaire de la France, sans les ventes d'armes ? Sans entretenir la racisme et la xénophobie, prenant racine dans l'idéologie coloniale. Comment ferait alors l'état français alors pour maintenir ici «  la paix sociale » et la remise en cause globale du capitalisme.

Les représentants de l'état, eux, l'ont bien compris, lorsque Macron déclare «la France ne serait pas la même sans la Nouvelle-Calédonie» et ajoute que la Nouvelle-Calédonie joue un rôle essentiel dans l'axe indo-pacifique de la France !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves