Covid19, 3 mois d’immunité pour le vaccin de Moderna selon les journalistes... ou pas

Encore un beau titre de journaliste scientifique ou de communiquant ? Je vulgarise ici les données de l'article scientifique du vaccin Moderna publié hier dans NEJM.

Hier, communiqué de presse de Moderna concernant la publication de données intermédiaires sur l'étude de phase 1 dans le NEJM ce jeudi 3 décembre 2020.

Suite à cela, tous les journalistes titrent Mediapart, Nouvelobs, Figaro, RTS (en suisse)... "Le vaccin de Moderna confère au moins trois mois d’immunité". Comme d'habitude du grand travail de copier/coller d'une pseudo dépêche AFP sans lecture de l'article scientifique pourtant gratuit et court.

Voici ce que l'on lit dans le communiqué de presse de Moderna : "COVID-19 vaccine candidate, retained high levels of neutralizing antibodies through 119 days following first vaccination (90 days following second vaccination)" 119 jours après l'injection de la première dose du vaccin (90 après la seconde), des grandes quantités d'anticorps bloquants sont observés.

Vous avez vu quelque part le mot immunité ? Sûrement que pour les journalistes au bac littéraire, anticorps = immunité ? Faut peut-être s'informer un peu avant d'écrire. Ah ben.. non, ça demande du travail ou de la compétence. Un copier//coller, ça laisse du temps pour tweeter.

Passons au contenu de l'article scientifique, il s'agit d'une mise-à-jour du suivi des participants de l'essai clinique de phase 1 (119 jours après l'injection de la première dose du vaccin (90 après la seconde)).

34 participants, répartis en 3 classe d'âge. 18-55 ans (15 participants), 56-70 ans (9) et ≥71 ans (10).

1e partie : Déterminer la quantité d'anticorps dans le sang capable de reconnaître Spike (le vaccin a été élaboré pour cibler la protéine virale Spike). Après 3 mois tous les participants ont bien des niveaux d'anticorps reconnaissant Spike (panel A de la figure). Regardons plus attentivement, l'échelle des ordonnées en en Log10 et on observe qu'entre J36 (maximum de la réponse) et J119, tous les patients perdent 1 Log10 dans leur titre d'anticorps. C'est-à-dire qu'ils ont 10 fois moins à J36.

Par comparaison, une étude a montré que 60 jours après infection par le SARS-Cov2, les titres d'anticorps dirigés contre SARS-Cov2 diminuent fortement. Alors ces données sont-elles si belles ?

2e partie : Après 3 mois tous les participants ont des anticorps capables d'inhiber le virus (panel B, C et D de la figure). Cependant, on constate une capacité en baisse de 2 à 4 fois (c'est-à-dire de 50 à 80%) entre J43 et J119 dans les essais d'inhibition de virus. Et si on regarde plus attentivement, on observe que certains patients ont des réponses vraiment très affaiblies (panel B, 2 personnes dans le groupe 18-55 ans et 1 personne dans le groupe 56-70 ans). Vu les faibles échantillons, ça représente 10/20% des groupes. Pour un vaccin se vantant à la va-vite à J15 de 95% d'efficacité... quelle est l'efficacité à 3 mois (J119) ? Peut-être faudrait-il attendre ces données avant de se lancer dans des autorisations et des campagnes de vaccination en panique ?

Dommage, que les auteurs ne se soient toujours pas intéressés à la réponse cellulaire. Pourtant, c'est pas compliqué pour les chercheurs d'astrazeneca/oxford l'évalue.

Points positifs :

  • aucun effet indésirable grave chez ces 34 participants. D'un autre côté... grave, c'est flou et 34, c'est pas terrible pour la confiance statistique.
  • les 3 groupes d'âge répondent grossièrement de la même manière mais encore une fois les échantillons sont faibles (15 personnes versus 9 versus 10)

Heureusement, il y a un essai de phase 3 en cours avec 30.000 personnes. Dommage, qu'avec seulement 200 infections (soit 0,66% des participants) avec un recul de 2 semaines et aucune recherche des asymptomatiques, on se mette à évaluer des demandes d'autorisation de mise sur le marché.

Ce n'est pas comme cela qu'on instaure de la confiance et que l'on informe les gens.

 

NOTE : Je suis pro-vaccin.

ll faut accorder du temps à la recherche pour obtenir des données fiables sur la sûreté et l'efficacité de ces vaccins,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.