Covid19 : variant indien

Après le P.1, un nouveau variant qui fait peur : le variant dit indien ou B1617. C'est actuellement le variant le plus fréquent en Inde.

Le variant P.1 est dans toute l'Amérique centrale et du Sud (85% des cas en Guyane) mais se répand aussi fortement au Canada.

En Inde, les cas flambent avec des taux de positivité de 30% à New Delhi, par exemple. Détecté en janvier 2021, le variant dit indien (B1617) y est désormais le plus répandu. Ce variant porte deux mutations inquiétantes. E484Q et L452R. Elles sont impliquées dans l'évasion à l'immunité procurée par une infection précédente (et donc aussi par les vaccins actuels ?) et à une transmissibilité augmentée.

Le Royaume-Uni fait partie des pays séquençant le plus au monde (10% des infections quotidiennes! et de manière à être représentatif de tous les cas). Par comparaison, les USA et l'Inde séquencent moins de 1%. Il est ainsi aisé de suivre la circulation des variants au Royaume-Uni, une quinzaine y sont suivis.

Circulation de variants au Royaume-Uni © Alan Emrey avec données du COG-UK Circulation de variants au Royaume-Uni © Alan Emrey avec données du COG-UK

Ce qui est inquiétant, c'est que le B1617 est apparu durant le confinement britannique et qu'il s'est répandu malgré le confinement, témoin d'une plus grande contagiosité ?

Avec de haut taux d'infection, l'apparition de mutations et donc de variants problématiques augmente. Jusqu'à présent, nous étions en présence que d'un variant problématique à la fois. Aujourd'hui plusieurs variants sont en circulation en même temps dans plusieurs régions du monde. Aussi, la probabilité qu'une personne soit infectée par deux variants différents augmente et donc la possibilité que ces variants recombinent ensemble, pouvant conduire à de nouveaux variants encore plus inquiétants.

Le mois dernier, je parlais d'une 4e vague brésilienne ou sud-africaine. Elle sera peut-être indienne.

Je vous invite à lire cet article sur un vol Delhi-> Hong-Kong. Hong-Kong requiert des tests avant vol. Ainsi les 188 passagers de l'avion ont été testés négatifs 72h avant le vol. A l'arrivée test obligatoire et mise en quarantaine de tout le monde (comme en Nouvelle Zélande, Singapour, Australie, Corée du Sud, Japon, Taïwan...). 25 personnes sont testées positives. Puis à J12 de quarantaine 22 de plus sont testés positifs ! Hong-Kong a depuis interdit tous les vols venant d'Inde.

Cela illustre :

  • qu'un test PCR effectué au mauvais moment donnera un faux-négatifs (les 25 premiers)
  • que les avions sont des nids à contamination (les 22 de J12).
  • qu'il faut de vrais contrôles à l'atterrissage et des quarantaines surveillées dans des lieux dédiés (et pas une hypothétique quarantaine de 7 jours chez soi)

Autre fait intéressant. Presque tous les vols Toronto-Inde depuis mars 2021 comptaient au moins un passager Covid+ ! Certainement pas en France, n'est-ce pas ?

Et nous, on continue avec les frontières ouvertes ? On demande des quarantaines de bonne volonté à domicile ? et le vivre avec ?  (d'ailleurs sur la route du domicile train, RER, taxi... on contamine combien de personnes ? et quel risque prend-on de se faire contaminer?) Et on parle de rouvrir les transports aériens pour les touristes américains d'ici l'été ?


Un billet sur les notions de virus, mutation, anticorps...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.