S'il vous faut un ennemi...

Une tirade mégalomaniaque et misanthrope, pour se détendre...

Puisqu'il semble que les humains avancent dans l'adversité. Puisqu'il parait que la cohésion est plus simple et plus évidente lorsqu'on sait à qui ou à quoi s'opposer. Puisque nous passons notre temps à constituer des communautés excluantes, qui existent essentiellement par opposition à d'autres. Puisque je ne me reconnais dans aucune d'entre elles, bien que ce ne soit faute d'avoir essayé. Puisqu'il est donc besoin de définir clairement les contours de cet opposition, alors que ma misanthropie me donne la possibilité, si ce n'est la nécessité, de rejeter chacune des formes de groupes sociaux que j'ai pu approcher... S'il vous faut un ennemi, je serai celui là.

En ébauchant la formulation de ma pensée, réfractaire à toute morale, donc en particulier à toute religion, je serais anti-juifs, anti-chrétiens (sans exception, j'insiste), anti-musulmans. Mais je serai également anti-bouddhistes, anti-hindouistes, anti-chintoistes, anti-taoistes. Je serai anti-paganistes, anti-chamanistes, anti-animistes... Bref, je serai anti-sacré, anti-divin, car ces notions mêmes me semblent des artifices, utilisés partout pour refuser de réfléchir, de chercher à "se" comprendre. Traduisez "se" comme vous voulez... Il faut bien un peu se comprendre soi pour essayer de comprendre les autres... Reste une sorte de choix sur la méthode pour se connaître, finalement.

Ma simple existence sera donc une insulte à toute les formes de cultes et de sacralité. Cette attitude devrait raisonnablement suffire à démontrer l'inexistence de toute divinité... Puisque s'il existait une quelconque forme de pouvoir ou d'essence "supérieure", mon irrespect fondamental, viscéral, mériterait d'être sanctionné... Alors que je la moque ouvertement. Continuer de l'écrire, de le porter, définitivement, fera de ma vie une preuve. Ma simple existence sera la démonstration, pure et simple, de l'ineptie de toute spiritualité.

Je m'attaquerai également aux formes de la domination masculine, en ayant plus précisément pour cible toutes celles qui paraîtraient laïques... Les autres ayant déjà perdu, du fait de leur nature cultuelle, tout crédit de sérieux. Aucune forme de différentiation ne sera jamais légitime à user d'une forme de domination. Mais je n'oublierai pas pour autant de m'en prendre éventuellement aux féminismes, lorsqu'ils cèdent à la coercition, dans le but affiché d'une émancipation. J'attaquerai tous les hommes, ainsi que toutes les femmes, au sujet de leurs paradoxes et de leurs aberrations.

J'attaquerai également les écologistes, que je connais assez bien pour les avoir beaucoup fréquentés... Qui très souvent cèdent à une forme de sacralisation de l'environnement. La nature, belle et juste, n'a jamais existé que dans les yeux de celles et ceux qui ne la rencontre que par le biais des biocoops, de nature et découverte, ou de la (toute aussi inepte) biodynamie. C'est une vaste et niaise chimère qui ne peut être acceptée que par celles et ceux qui n'ont pas voulu voir qu'on l'avait dessinée sur leurs oeillères. La nature est triste, aussi, elle est injuste, violente, stupide et inepte... Au moins autant qu'elle est belle et parfaite. Elle est tout et son contraire, ce qui permet seulement de mettre en lumière le manque d'intérêt, ou d'attention, de celles et ceux qui y donnent un sens, ou y cherchent une forme de justification.

J'attaquerai encore les militants politiques, de droite ou de gauche, dès que l'occasion m'en sera offerte. Je n'aurais aucune indulgence, en particulier, envers celles et ceux qui se trouveront un individu providentiel. Celles et ceux qui trouveront une personnalité séduisante, dont ils accepteraient les travers, car la fin justifie les moyens, car il faut bien passer sur quelques paradoxes pour avoir une chance de l'emporter, de "vaincre les autres". Je serai sans pitié et saisirai toute occasion de disputer, de discuter, de dénoncer ou de sanctionner, celles et ceux qui y prêteront le flan... Surtout lorsque la politique est travestie en show et en stratégie, perdant tout intérêt, perdant surtout de vue ses fondements éthiques.

Il faudra me garder à l'oeil, se méfier, se défendre, puisque rien ni personne ne trouvera grâce à mes yeux. Car oui, même s'il existait des personnes qui répondent d'une façon cohérente à tout ce que j'ai déjà évoqué, je les affronterai tout de même... Par principe. Je serai à la fois le petit chaperon rouge et le grand méchant loup. Ou peut-être un loup déguisé en chaperon... Je serai surprenant et inattendu, donc forcément dangereux.

Alors, peut-être serait il judicieux de vous rassembler... D'estomper vos divergences et vos différences, pour faire front. Je n'aurais ni soutiens, ni allié, ni renfort... Il ne sera donc pas besoin de douter de tous les autres. Plus besoin de croire en d'éventuels complotismes, d'éventuels ennemis de l'intérieur, puisque je ne serai pas parmi vous et que je serai seul. Vous pourrez oublier les clivages d'hier, les divergences et les tensions internes, car vous aurez bien assez à faire contre moi.

Je compte enfin sur vous le cas échéant, pour me trouver un successeur. Mais n'oubliez jamais qu'il devra t'être seul. Il devra être exclus, mais déterminé et sans concessions. Puisqu'il vous faut un ennemi, pour vous rassembler contre lui, il devra rassembler tout ce qui vous gêne, vous dérange, vous répugne... Pour que toutes celles et tous ceux qui restent puisse bénéficier de votre indulgence. Le combattre devra représenter la lutte essentielle qui fait disparaître toutes les autres. Cette tâche primordiale induira la nécessité, pour vous, pour les autres, de faire toutes et tous ensemble.

Je vous propose l'union, le rassemblement... Dissiper parmi vous les injustices et les inégalités. Vous rassembler coûte que coûte, contre l'ennemi commun, puisqu'il semble que vous ayez besoin de lui... S'il vous faut un ennemi, je serai celui là!

 

PS: cet article a une suite... Une fois que vous aurez digéré cette première partie, vous pouvez donc lire ceci.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.