Covid: sortir enfin de la confusion

Tous les signes convergent pour indiquer que l'épidémie de Covid-19 reprend de la vitesse en France mais aussi en Espagne et en Allemagne. Il faut agir rapidemment

covid-de-pistage
Les nouvelles mesures prises par le ministère de la santé afin de faire baisser la diffusion du virus dans certaines régions et dans de nombreuses métropoles particulièrement touchées par l'épidémie doivent pouvoir s'appliquer.

La réaction des élus marseillais est destructrice, car elle incite à ne pas suivre des règles élémentaires de santé publique. Elles ouvrent la voie aux " explications " complotistes déjà largement répandues, selon lesquelles il s'agirait d'une vengeance gouvernementale contre le Pr Raoult...

La posture de Michèle Rubirola est particulièrement inquiétante. La maire de Marseille, élue de la coalition de gauche Printemps marseillais et médecin elle-même manipule des positions douteuses. Elle a déjà tenu une conférences de presse commune avec la dirigeante de la droite locale Martine Vassal et Raoult afin de jouer la carte " Marseille contre Paris". Rappelons que ce dernier attribue la responsabilité du développement de l'épidémie à Marseille aux " mariages chez les Roms et aux fêtes dans la communauté juive". Rubirola avait déjà approuvé des campagnes " anti-vaccins" venues des confins de l'extrême-droite et initiées par le Pr Joyeux qui en est fort proche.

Pour autant la conduite du gouvernement est également condamnable: enfermé dans ses convictions successives, il a oscillé entre le laxisme sur les masques et les coups de menton autoritaires, sans concertation réelle avec les élus locaux ni dialogue démocratique et social.

La situation dans les hôpitaux est plus que jamais problématique.

Le ministre de de l'Intérieur Darmanin multiplie les initiatives de division et de provocation en pleine pandémie. Il traque les fumeur de joints, couvre les bavures policières et théorise un prétendu "ensauvagement" .

Il en de même pour Blanquer qui mène l’Éducation nationale vers une crise grave et un risque de catastrophe sanitaire.

Quant à Macron il est obsédé par la perspective de la prochaine présidentielle et veut apparaître comme le chef de la droite. Son projet d'une loi provocatrice " contre le séparatisme" en est le symbole. Le plan de relance économique est tout entier tournée vers les exigences du MEDEF qui l'a d'ailleurs déclaré publiquement. Les contreparties sociales sont minimes voire inexistantes.

Face au virus, les exigences du moment sont claires et doivent s'imposer en priorité absolue :

- investir en urgence et de manière massive dans l'hôpital public et les EHPAD

- distribuer gratuitement des masques à toute la population,comme nous le demandons depuis plusieurs semaines

- équiper les lieux de travail, les écoles, les facultés surchargées de lavabos et de distributeurs de gel

- Stabiliser une filière de tests à résultats rendus rapidemment permettant de réaliser les préconisations de base: tester, tracer, isoler.

Le sort de la population et notamment des plus vulnérables dépend de ces mesures de santé publique. C'est pourquoi la gauche et tous ceux et celles qui se préoccupent de l'avenir de la population ont une responsabilité importante.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.