Danièle Obono : Quand on bourde on bourde

Danièle Obono a estimé lundi 11 juin que les députés « pourraient avoir les moyens de se loger s’ils avaient une indemnité suffisante pour le faire ». Elle n'évoquait pas sa situation puisqu'elle habite Paris, mais la situation des députés provinciaux qui bénéficie d'une indemnité parlementaire de 1 200€ qu'elle a jugé insuffisante sur le plateau de BFMTV.

capture-du-2018-06-12-19-10-33

Habitant Paris, Danièle Obono ne bénéficie pas de cette indemnité de 1 200€, mais elle connaît très bien le marché parisien et pensait peut être naïvement défendre les députés provinciaux en précisant que cette indemnité lui semblait insuffisante.

Danièle Obono est une jeune députée, peu habituée au plateau de télévision et lundi matin face à un Jean-Jacques Bourdin très incisif, elle a reconnu avoir fait une bourde en disant  « les députés  pourraient avoir les moyens de se loger s’ils avaient une indemnité suffisante pour le faire ». Durant l'interview elle avait également fait une intervention brillante sur les migrants : «Il faut secourir les gens» à bord de l’Aquarius.

S'agissant d'une députée France Insoumise et en plus de Danièle Obono, les chiens de garde se sont immédiatement déchaînés et son intervention sur les migrants est passée à la trappe. Une polémique comparable à celle que l'on avait connu lorsqu'elle avait refusé sur les injonctions des journalistes de dire " Vive la France " sur un plateau de télévision. "De quel droit somme-t-on Danièle Obono de crier 'Vive la France' ?

Danièle OBONO - "Vive La France" BOF " Nique la France " Liberté d'expression © Gizor

Il y a un an cette situation avait soulevé une vague d'indignation sur Médiapart, et Danièle Obono, abonnée, avait écrit l'un des plus beaux textes que j'ai eu l'occasion de lire sur ce média :

Ma France insoumise

« Black, confident, cocky; my name, not yours; my religion, not yours ; my goals, my own; get used to me. » Ou dit autrement : j’y suis, j’y reste, je ne partirai pas ! J’y suis, j’y reste et je ne marcherai pas au pas. J’y suis, j’y reste et je ne me soumettrai pas. « Get. Used. To. Me. » Je suis la…

Sur lequel j'avais posté ce commentaire : ( un commentaire sur les 262 et 252 recommandés )

capture-du-2018-06-12-19-37-36

Extrait du commentaire de JLMFI : "Jamais on ne les voit lorsqu'on tabasse un ouvrier, un salarié, un manifestant... non ils sont là pour guetter le moindre débordement, le moindre mot de travers, et s'il n'en est pas ils le fabriquent pour mieux nous cracher dessus ."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.