Amélie Poinssot
Journaliste à Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2017

Soutien au journaliste polonais Tomasz Piątek

La liberté de la presse est de plus en plus attaquée en Pologne. Tomasz Piątek est poursuivi depuis des mois par le pouvoir pour un livre d'enquête sur le ministre polonais de la Défense. Rencontre avec celui qui s'est vu remettre le prix « journaliste » 2017 de Reporters sans frontières.

Amélie Poinssot
Journaliste à Mediapart

Il a une quinzaine de procès sur le dos ; le ministère de la Défense entend le conduire devant un tribunal militaire ; il reçoit régulièrement des menaces et se sait suivi à la trace ; des mensonges ne cessent de circuler sur sa vie privée... Qu'importe. Il continue son activité de journaliste et prépare déjà un nouveau livre. Le Polonais Tomasz Piątek, du quotidien Gazeta Wyborzca, était invité à Paris par l'Association de Défense de la Démocratie en Pologne ce lundi 13 novembre. L'occasion pour moi de rencontrer celui qui s'est vu décerner le prix « Journaliste » 2017 de Reporters sans Frontières (RSF), et qui ne baisse pas les bras malgré une atmosphère de plus en plus répressive en Pologne.

L'origine de cette cabale contre Tomasz Piątek ? La publication, en juin dernier, du livre d'enquête Macierewicz et ses secrets (Macierewicz i jego tajemnice, édition Wydawnictwo Arbitror). Dans cet ouvrage, le journaliste révèle les liens qu'entretient le ministre polonais de la Défense, Antoni Maciereiwicz, avec les lobbies et les services spéciaux russes. Ce n'est pas le moindre des paradoxes : Macierewicz, nationaliste proche des milieux ultracatholiques, affiche publiquement une position très hostile à Moscou – de la même manière que son gouvernement, dirigé par le parti Droit et Justice (PiS).

Dans son ouvrage qui reprend une série d'articles préalablement publiés dans Gazeta Wyborcza, Tomasz met en évidence une dizaine d'exemples où l'on voit le ministre en contact étroit avec des hommes d'affaires ou les services spéciaux russes. Il raconte notamment comme le ministre a coopéré de manière étroite entre les années 1980 et 2010 avec un agent des services secrets polonais connecté au renseignement soviétique, puis russe – alors que Macierewicz s'affichait comme un opposant radical au bloc soviétique. Il détaille également la relation du ministre avec un activiste polonais pro-Kremlin (Robert Rękas) ainsi qu'avec un think tank pro-russe, le Centre National d'Etudes stratégiques (NCSS).

Le livre est aussitôt devenu un best-seller, il s'est déjà vendu à plus de 200 000 exemplaires et fait partie des meilleures ventes depuis des années du libraire Empik (équivalent de la Fnac en Pologne).

« Le ministre n'a pas osé ouvrir de procès civil ni porté plainte pour diffamation dans un procès pénal. Il préfère m'accuser de terrorisme. Le parquet militaire parle en effet de participation à un crime terroriste. Ce qui est absurde. Je n'ai jamais rencontré le ministre ni tenté d'utiliser une quelconque force physique à son égard. » Tomasz encourt jusqu'à trois années de prison. « Le but principal de cette accusation est de faire peur aux journalistes, bloggeurs, citoyens. Autrement dit, le ministre utilise les méthodes du pouvoir russe actuel pour cacher ses liens avec Moscou ! »

Plusieurs personnes et sociétés liées à la mafia russe en Pologne ont par ailleurs ouvert des poursuites contre le journaliste, qui raconte à quel point il se sent surveillé et menacé. Dernièrement, l'une de ses sources avec qui il avait rendez-vous a été contactée avant qu'ils ne se retrouvent. « N'allez pas à votre rendez-vous. Trop de savoir peut tuer », a-t-on dit à cette personne. Ambiance.

Les persécutions visant Tomasz ne surgissent pas ex nihilo. Depuis l'arrivée du PiS au pouvoir, il y a deux ans, les médias publics polonais ont été complètement repris en mains. Plus de 220 journalistes ont été écartés de la télévision publique TVP, sa direction a été complètement changée, et l'information qui y est diffusée tient aujourd'hui du bulletin de propagande. Les médias privés, comme Gazeta Wyborcza, étaient jusqu'à présent relativement préservés de cette chape de plomb, mais les pressions se sont multipliées dernièrement, et une loi est en préparation pour interdire les capitaux étrangers dans les médias – une mesure visant particulièrement la presse régionale, où les investisseurs allemands sont importants.

Signe que le pouvoir est désormais déterminé à s'attaquer à la presse indépendante : à la suite de la manifestation d'ultranationalistes pour la fête d'indépendance de la Pologne, le 11 novembre dernier, le président du Sénat a déclaré qu'il allait déposer plainte contre le journaliste de Gazeta Wyborcza Piotr Stasiński parce que ce dernier a dénoncé les slogans racistes apparus dans le cortège. Autre cas : la présidente du Tribunal constitutionnel va poursuivre Wojciech Czuchnowski (du même journal) pour diffamation après que celui-ci a révélé les liens passés de trois des nouveaux juges de ce tribunal avec les anciens services communistes polonais.

Tomasz Piątek © RSF

Il est rare que RSF remette le prix « Journaliste » à un membre de l'Union européenne. Si cette distinction est une récompense bienvenue pour le travail remarquable de Tomasz Piątek, il est très inquiétant sur l'état de la liberté de la presse sur notre continent.

  • Retrouver le communiqué de la Société des Journalistes de Mediapart qui demande l'arrêt des atteintes à la liberté de la presse en Pologne (décembre 2016)
  • Retrouver notre reportage qui raconte le début de la mainmise sur les médias et la résistance qui s'organise (septembre 2016)
  • Retrouver quelques images de la manifestation d'ultranationalistes du 11 novembre dernier

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine