Le Syndrome du Titanic

Comment nous fermons les yeux sur la question nucléaire aujourd'hui, et sur notre incapacité à éviter les icebergs que nous avons créés nous-mêmes

A propos du dossier nucléaire entretenu par Médiapart, voir https://blogs.mediapart.fr/edition/nucleairelenjeu-en-vaut-il-la-chandelle-pour-lhumanite/article/171117/le-tour-de-passe-passe-du-nucleaire

: J'ai expliqué il y a plus de trois ans pourquoi la sortie du  nucléaire nous semble inévitable à long terme, voir http://www.comitebastille.org/2014/03/nucleaire-gaz-de-schiste-et-autres.html Il est intéressant de les revisiter car ils sont un exemple parmi mille du Syndrome du Titanic. 

Le 15 avril 1912 ce paquebot, le plus grand du monde d'alors, a heurté un iceberg pendant son voyage inaugural. Il coula en quatre heures. Des 2 220 occupants, seulement 720 ont survécu parce qu'un tel accident était supposé impossible, donc l'équipement et les procédures du navire n'y étaient pas préparées. Le drame fut vécu comme une catastrophe particulièrement dramatique dans un monde qui ignorait que, entre 1914 et 1950, cent millions d'humains de toutes conditions allaient mourir violemment. Ce navire était réputé incoulable! L'évènement est resté le symbole de l'aveuglement des entrepreneurs, financiers et ingénieurs face aux risques prévisibles provoqués par leurs méga-entreprises. Pourtant depuis 1912 leur échelle a tellement explosé que le Titanic nous semble maintenant un aimable jouet...

Quels sont les icebergs d'aujourd'hui, vers lesquels une machine réelle ou virtuelle est en train de nous précipiter? 
Survolons-en les ingrédients.

La croissance de l'espérance de vie s'essouffle en France.  Aussi aux Etats Unis, et ailleurs. Depuis 250 ans, notre espérance de vie augmentait de trois mois chaque année qui passait, en raison de l’amélioration du niveau de vie, des progrès de la médecine, de la baisse de la mortalité infantile, le tout compensant la baisse de la natalité. C'est fini. Nous sommes contraints d’économiser sur les dépenses de santé par tête, d’éducation et de justice, parce que les populations vieillissent et que trop des plus jeunes sont en chômage ou en sous-emploi précaire. Et la mortalité infantile est déjà au plus bas.

Oui, la croissance repart en Europe. L'économie francaise a créé plus de 100 000 emplois  pendant les six premiers mois de 2017. Mais ce n'est pas du tout assez pour réduire le chômage qui frappe toujours trois millions et demi de nos concitoyens, voir http://www.journaldunet.com/management/conjoncture/1038148-chomage/  Plus de PIB ne veut plus dire plus d'emplois.

Une crise financière plus lourde que celle de 2008 est annoncée par plusieurs institutions, pour 2018-2020. Les causes en seront multiples, et mondiales... Voir la suite sur http://www.comitebastille.org/2017/12/le-syndrome-du-titanic-comment-nous.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.