Les banques doivent-elles appliquer des taux négatifs à leurs clients ?

Cet été 2019, des pays européens ont franchi le pas en donnant le feu vert aux banques pour appliquer des taux négatifs à leurs déposants les plus fortunés. Cette première étape, inimaginable il y a peu, pourrait être suivie d'une généralisation de cette nouvelle « taxe » bancaire à tous les comptes des déposants.

Imaginez deux situations dans laquelle vous avez la chance d'avoir 1000 € de côté et vous avez le choix : soit de garder votre argent dans la banque, soit de prêter votre argent à l'État.

Dans le premier cas, c'est le statu quo, au bout d'un an, vous vous retrouvez avec vos 1000 €.

Dans le second cas, alors que vous avez prêté à l'Etat, vous perdez de l'argent, et vous n'avez plus que 993 € sur votre compte !

Est-ce que cette situation est normale ? De prime abord, cette logique contredit complètement le fondement du capitalisme financier, à savoir la rémunération du capital en fonction du risque.

Le capitalisme financier repose sur l'idée que plus vous prenez des risques et plus vous êtes rémunéré !

Or 1000 € bien au chaud dans votre compte en banque semblent être bien moins risqués que 1000 € prêtés à l'État ou à une multinationale.

En réalité ce paradoxe n'en est pas un, car quand vous laissez 1000 € sur votre compte, vous prenez plus de risque que lorsque vous les prêtez à l'État ou à une multinationale.

En effet, peu de gens savent que cet argent en réalité n'est pas exactement en votre possession. Juridiquement, ce n'est seulement qu'une reconnaissance de dette que la banque vous fait : "la banque reconnaît vous devoir 1000 €". (Cf travaux du Pr. Richard Werner @scientificecon)

Donc si la banque fait faillite en spéculant avec votre argent, cet argent disparaît et vous vous retrouvez avec nada ! Alors que l'argent prêté à l'État vous sera rendu si l'État ne fait pas lui-même faillite.

Les marchés financiers estiment continuellement la probabilité de faillite des États, des multinationales et des banques, via des produits nommés CDS (Credit Default Swap).
Et sans surprise, les marchés financiers estiment que les banques sont bien plus dangereuses que l’État !

Donc dans la logique du capitalisme financier, il est plus que normal que votre compte en banque préserve vos 1000 €, en comparaison des 993€ que vous rend l'État. Voir même, il devrait vous rapporter de l’argent vu que la banque prend des risques lucratifs en mettant votre épargne à risque.

Soyez vigilant ! Le lobby bancaire pousse auprès du ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, pour que les comptes en banques des particuliers soient siphonnés d'intérêts bancaires négatifs au profit de ces dites banques.

Ne l'acceptez pas car votre argent n'est pas garanti puisque la banque a le pouvoir de le décupler et faire de l'argent en prenant des risques en le prêtant via des crédits ou en spéculant dans les activités de marchés !

Et surtout, n'écoutez pas l'argument fallacieux des banques qui consiste à dire que votre argent est garanti par un fond à hauteur de 100 000 €. Ce fond ne représente que 0.1% des dépôts! En cas de crise systémique, vous ne recevrez que 1€ sur les 1000 € ! (https://droit-finances.commentcamarche.com/contents/975-la-garantie-des-depots-bancaires-en-cas-de-faillite)

Au final, le paradoxe des taux négatifs dans la logique du capitalisme financier n'en est pas un dans le cas évoqué plus haut.

J'en profite pour placer un ancien article sur la nécessité de repenser la logique monétaire et bancaire : https://blogs.mediapart.fr/anice-lajnef/blog/100618/debat-citoyen-sur-la-monnaie-et-la-finance

 

Anice Lajnef, Septembre 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.