Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2014

Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

Ukraine: d'autres visages

Le Maïdan a gagné. Le président s’est enfui, les badauds affluent dans sa résidence hier encore gardée par les militaires pour se faire photographier dans les dorures. Le retour à la Constitution de 2004 qui rétablit l’équilibre des pouvoirs a été voté, les députés et les administrations passent peu à peu du côté révolutionnaire.

Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Maïdan a gagné. Le président s’est enfui, les badauds affluent dans sa résidence hier encore gardée par les militaires pour se faire photographier dans les dorures. Le retour à la Constitution de 2004 qui rétablit l’équilibre des pouvoirs a été voté, les députés et les administrations passent peu à peu du côté révolutionnaire.

On a commémoré les morts. Kiev est en deuil et le restera encore longtemps.

La révolution est pourtant loin d’être terminée. Ce qui se passera désormais sera encore plus opaque pour les observateurs extérieurs, car les classements en gentils/méchants, pro-européens/pro-russes, pouvoir/opposition, déjà pas très opérants ces derniers mois, perdront ce qui leur reste de pertinence.

Le Maïdan, mouvement non partisan et acéphale, appelle à un renouvellement de la classe politique. En face, les politiciens professionnels tentent dès aujourd’hui une simple redistribution des fauteuils.

L’agacement contre les leaders des partis politiques d’opposition est monté dans chez manifestants en même temps que la colère et la tristesse. De plus en plus systématiquement, le trio de tête (Yatseniuk, Klytchko et Tyahnybok) se fait siffler sur scène. A l’échelle du sacrifice des combattants du Maïdan, les politiciens paraissent petits ; le charisme est aujourd’hui du côté de la foule.

Le retour sur la scène politique de Youlia Timochenko, opposante mise en prison par Yanoukovtich et libérée aujourd’hui, n’enthousiasme pas non plus les Ukrainiens qui la tiennent pour responsable de la dégradation politique du pays ayant conduit Yanoukovitch au pouvoir. Dans les réseaux sociaux, on commente : « Youlia a besoin de soins : envoyons-là faire une très longue cure à l’étranger ». L’égérie à la tresse aura du mal à convaincre dans la nouvelle Ukraine qu’elle ne connaît pas et qui ne la reconnaît plus.

D’autres noms et d’autres visages forcent aujourd’hui le respect du Maïdan.

Celui de Lesya Orobets, très jeune députée d’opposition qui a été sur les premières lignes du front à organiser la logistique des secours et les circuits d’information. "Fille de" à ses débuts, cette femme politique a gagné en autonomie et en conviction, devenant pour les manifestants du Maïdan un symbole de la nouvelle génération qui doit prendre le pouvoir.

Celui du député Andriy Parubiy, intendant du campement Maïdan devenu commandant des forces armées des manifestants qui s’est efforcé de maintenir l’ordre dans ses troupes. L'une des figures qui étaient déjà présentes sur le Maïdan en 2004, cet homme politique a aussi un passé nationaliste: il était en 1991 l'un des fondateurs de ce qui allait devenir le parti nationaliste "Svoboda". Parubiy a changé de camp en rejoignant des partis plus modérés, cependant ce passé est sans doute ce qui lui a permis d'être entendu par les franges les plus radicales des manifestants.    

Certains lecteurs s'appuieront sur ce que je viens d'écrire pour clamer que la protestation ukrainienne a des relents néonazis. Avant de le faire, je vous remercie de lire cette lettre ouverte des meilleurs chercheurs travaillant sur l'Ukraine contemporaine.  Des figures comme celles de Parubiy sont en effet là, mais elles sont plus complexes qu'il n'y paraît à premier abord.

En dehors de ces deux politiciens professionnels, les figures symboliques du Maïdan viennent plutôt d'autres mondes.

Ainsi de la chanteuse Ruslana Lyjichko qui de starlette glamour est devenue le porte-drapeau et la voix des manifestants, entonnant quotidiennement l’hymne national sur scène.

L’infirmière bénévole Olesya Zhukovska, atteinte au cou par un tireur armé, est aussi devenue une figure symbolique du Maïdan. L’histoire de cette jeune fille ordinaire dont le premier réflexe dans l’ambulance a été de tweeter « je suis en train de mourir », a secoué les réseaux sociaux.

Tetyana Tchornovol, journaliste tabassée pour avoir enquêté sur la corruption entourant le pouvoir de Yanoukovitch, a été dès les débuts des manifestations une incarnation de la victime insoumise du régime.

Aujourd'hui, les manifestants s'appuient également sur les figures des opposants morts au combat à qui l'on a donné le nom d'« escadron céleste ».

Les vivants que les opposants acclament sont des héros de guerre plus que des professionnels de la politique. Ou plutôt, c'est en tant que combattans qu'ils sont légitimes auprès des manifestants.

Le Maïdan aujourd’hui ne reconnaît qu'eux. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome