Tortionnaire franquiste. Le PSOE donne la becquée à Podemos !

Depuis 2007, une loi dite de la "Mémoire Historique" autorise, mais les difficultés politiques, pour que cela se traduise dans les faits, restent énormes, que soient mis des contrefeux à la logique d'amnésie qui a fondé le retour de la démocratie. Devenu parti de gouvernement, Podemos vient de prendre sa part aux dites difficultés avant de se voir obligé de rétropédaler, "une erreur, pardon !".

En français ça se dit "avaler des couleuvres"...

C'est l'heure de manger

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2020-02-06%2Ba%25CC%2580%2B19.58.55.png

Source

Dessin publié suite au récent cafouillage de Podemos à la réunion des porte-paroles des partis représentés au Congrès des Députés : il a voté avec le PP, Ciudadanos, le PSOE et les franquistes de Vox, pour que soit refusée la publication de la feuille de service du tortionnaire franquiste Billy el Niño. Lequel savoure toujours son impunité (jusque là on pouvait dire, sur la question, merci au seul PSOE, ce parti du régime se réclamant de la "gauche") ainsi que les bons revenus qui lui sont "royalement" octroyés en tant que retraité de la Police !

Unidas Podemos (incluant Izquierda Unida, sorte de Front de Gauche) aura cependant fini par faire une volte-face assez pathétique devant le tollé soulevé parmi les associations pour la Mémoire Historique mais aussi par le courant Anticapitalistas de Podemos qui, opposé à la coalition entre le PSOE et Podemos, voit dans ce méchant couac le signe que Podemos a décidément bien perdu sa boussole politique (lire ici).

On aura compris, dans ce dessin, que dans l'assiette il y a les "principes" et que, tout sourire, Pedro Sánchez accompagne la cuillerée qu'il donne à son "petit", Pablo Iglesias, particulièrement mal en point, d'un sonore "Allez, celle-là c'est pour Billy el Niño". Nous, en français, on parle d'"avaler des couleuvres" !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.