Mais pourquoi un battement d'ailes à Mauthausen déstabilise-t-il à Madrid ?

La Généralité de Catalogne a rendu hommage, sur le site même de leur calvaire, aux déporté-es, pas seulement catalan-es, de Mauthausen. Un télescopage avec l'actualité d'une Espagne confirmant, une fois de plus, qu'elle est bien rattrapée par les démons d'un franquisme qu'elle croyait avoir définitivement refoulé, a provoqué un incident indigne...

Je recommande :

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-05-09%2Ba%25CC%2580%2B22.13.37.png

Dimanche 5 mai, en Autriche sous le ciel gris de Mauthausen, Gemma Domenech, directrice de la mémoire démocratique de la Generalitat de Catalunya, termine son discours devant la plaque de  l’institution Catalane rendant hommage aux déportés parmi lesquels figurent 1800 catalans. Une plaque inaugurée il y a deux ans par Raül Romeva alors conseiller catalan aux affaires étrangères. Depuis, le référendum catalan et la riposte judiciaire de l'état espagnol sont passés par là et Romeva, dont le procès se tient actuellement à Madrid, en est à plus d'un an et demi d'incarcération. Dans ces circonstances, difficile pour Domenech de ne pas évoquer le sort de celui qui deux ans auparavant se tenait à sa place et des autres dirigeants catalans emprisonnés. Cliquer ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.