Primaire socialiste, un gros flop dans les quartiers populaires

Parmi les observations faites sur les résultats du premier tour de la primaire socialiste, le désintérêt repéré dans les quartiers populaires confirmera dans ses propositions la "boîte à idées" la plus cohérente avec la logique social-libérale du PS, Terra Nova (1)
Parmi les observations faites sur les résultats du premier tour de la primaire socialiste, le désintérêt repéré dans les quartiers populaires confirmera dans ses propositions la "boîte à idées" la plus cohérente avec la logique social-libérale du PS, Terra Nova (1) : partisans que celui-ci s'écarte définitivement du coeur de cible traditionnel de la gauche, les classes populaires, qui de toute évidence se sont écartées d'elles-mêmes du socialisme d'exclusion qui s'est "épanoui" depuis 1983, les terranoviens poussent à un ancrage, irréversible et sans état d'âme "archaïque", de leur parti dans la supposée "moyennisation" de la société française. Une moyennisation pourtant fictive rappelle le sociologue Roland Pfefferkorn (2). Voici ce que Mediapart a relevé dans la primaire de dimanche dernier :
  • Quartiers populaires: l'échec de la participation

C'est le principal enseignement du premier tour. Comme lors des derniers scrutins européens et locaux, la mobilisation électorale dans les quartiers populaires est très, très faible. Malgré un fort nombre de bureaux de vote (estimé à près de 1.000, sur 9.500), l'échec est patent. Un rapide regard sur quelques bureaux de vote emblématiques montre l'ampleur de la désaffection: Villiers-le-Bel, 190 votants ; la cité des Cosmonautes à Saint-Denis 44 votants ; 178 à la cité des Francs-Moisins ; à Ogermont-Epinay 228 votants ; à la cité Vert-Galant de Tremblay 297 votants ; 94 à Bobigny ; Les Ulis-République recueillent 87 votes ; 139 voix à Grigny-Salle des fêtes, 130 à Vaulx-en-Velin Mairie...

 

Tiré dePrimaire socialiste: qui a voté, où, pour qui?

 

(1) Terra Nova revendique avec fierté avoir été à l'initiative de la primaire. Détail qui doit aider à bien cerner le sens politique de cette initiative. Voir pour une critique de ces primaires : Les fausses évidences démocratiques de la primaire et Primaire socialiste: une fuite en avant qui fragilise la gauche

 

A lire également : Primaire PS: la fin du parti militant?

Extrait : "Ces primaires sont des espèces de «sondages en grand» ou, tout au moins, elles viennent confirmer et renforcer l'effet de ces sondages. Ceux-ci ont d'abord fabriqué DSK; ils sont ensuite venus à la rescousse d'un Hollande qui fut d'abord hostile aux primaires. Bref, les primaires d'aujourd'hui, malgré la participation réjouissante, risquent de vider le débat politique de tout sens pour le remplacer par un match entre images et «égos»."

 

(2) Socialistes, leurs primaires et leur cours social-libéral...

 

12_10_11_Chimulus_PS.jpg

Illustration : 111010‑primaire‑socialiste‑1‑tour.jpg

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.