Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

991 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 déc. 2011

Paroles de socialiste sarkozyen

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après DSK (Il faut politiser l'"affaire DSK" !) penchons-nous, par la grâce d'une actualité éclairante, sur un autre superbe emblème du social-libéralisme français.

Jean-Pierre Jouyet est un proche parmi les plus proches de François Hollande (1) au passé mitterrandien puis jospinien et enfin ... sarkozyen (il a été le secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes de François Fillon avant de devenir le président de l'AMF, l'Autorité des marchés financiers, poste qu'il occupe toujours). Nous lisons aujourd'hui en titre du Monde "Jean-Pierre Jouyet estime que la dégradation de la France n'est pas inéluctable". La lecture de l'article confirme tout ce que l'on peut attendre d'un tel personnage : aucune critique n'est émise à l'encontre de ces agences de notation qui font la pluie et...le mauvais temps que subissent les peuples.

Citation (je souligne) : "M. Jouyet s'est félicité que le jugement de S&P soit "un jugement qui porte sur la zone euro" dans son ensemble, ce qui signifie, selon lui, que l'agence "considère que vous avez une zone fédérale" qui est notée "de manière homogène".

Oui, il n'y a pas l'ombre d'un doute, l'évaluation, pourtant menaçante, de S&P prête (pardon pour cette incongruité) à se réjouir selon celui que les humoristes du Monde qualifient de "responsable du gendarme français de la Bourse".

(Photo : jouyet‑sarkozy.jpg)

Mais le réjouissement de notre gendarme boursier reste quelque peu bridé : car, bien que constatant que "les marchés avaient bien accueilli les décisions prises lors du sommet européen de Bruxelles vendredi", grâce au pilotage mené de main de fer par son ex-employeur élyséen et la très progressiste partenaire d'outre-Rhin de celui-ci, il regrette que ledit sommet "[n'ait] pas répondu "à l'ensemble des préoccupations des investisseurs."

"Le traité ne répond pas tout à fait à leurs attentes parce qu'il n'y a pas de mesures qui concernent la relance de la croissance ou la mise en place d'eurobonds ou d'autres éléments qui avaient été souhaités par les marchés", a-t-il déclaré.

Il faut que nous nous y fassions, le socialo(hollandais)sarkozyen a le bonheur tourmenté parce que le TOUT des intérêts des investisseurs n'a pas été pris en compte par ledit sommet. D'aucuns s'empresseront de voir dans cette attitude un "totalitarisme de marché". Nous nous bornerons à souligner, à nouveau, que "la" gauche moderne (2), qu'incarne dans sa pureté cristalline le président de l'AMF, pense "marchés" et "investisseurs" là où le bon peuple a l'intuition que, dans cette décidément insupportable saison de la Nativité, il va être, une fois de plus, le dindon de la farce; austérité accrue et déflation sociale obligent, via la baguette d'une sauvage règle d'or eurocratiquement généralisée ! Toutes choses bienvenues pour le "réaliste" ami, énarque comme lui, de Hollande.

(Photo : Jean-Pierre‑Jouyet‑Francois‑Hollande_pics_180.jpg)

Jouyet pense "investisseurs" quand, de son côté, la médiapartienne Martine Orange pointe, outre le projet antisocial, le problème politique d'une brutale atteinte à la démocratie : "Au nom du sauvetage de l'euro, le directoire franco-allemand s'est assis sur les principes de démocratie et d'égalité entre les pays, sans aucun état d'âme [...]. En quelques semaines, on a vu un gouvernement (grec) privé du droit d'en référer à son peuple, un autre (italien) chassé par l'action conjuguée des marchés, de la BCE et de l'Europe et remplacé par un gouvernement technocratique qui n'a plus de compte à rendre, excepté à Bruxelles et au couple franco-allemand ; enfin, tous les pays de la zone euro et plus largement de l'Europe ont été sommés d'abandonner une part de leur souveraineté et de se conformer à des règles qu'ils n'ont même pas eu le droit de discuter et encore moins d'amender." (3) Ce déficit (un mot tout ce qu'il y a de "jouyetien" pourtant) de démocratie n'effleure pas l'esprit de notre bon socialiste.

Pour le cas où on n'aurait pas tout compris, l'article du Monde conclut que "Côté positif, [Jean-Pierre Jouyet] a estimé que les pays de la zone euro avaient bien répondu à la demande des marchés d'une meilleure discipline budgétaire et que la Banque centrale européenne (BCE) les avait rassurés sur le sort des banques avec sa décision de renforcement de la liquidité des établissements financiers."

Discipline budgétaire, liquidités renforcées des établissements financiers, marchés rassurés, le langage de "la" gauche parle parfaitement le capital et se soucie comme d'une guigne des misères induites par Merkozy! Hollande peut bien pirouetter sur sa volonté (!) de renégocier l'accord européen dont son ami Jouyet se félicite, mes pensées vont immanquablement vers le titanesque effort que vont devoir faire mes amis du Front de Gauche pour redresser la barre vers ce si désiré "programme partagé" de "toute" la gauche (sans le NPA et quelques autres fieffés allergiques au cambouis sur les mains) : pauvres Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon (plus torturé sur le sujet, malgré ses imprécations sur le mode faulknérien du "bruit et de la fureur", que son camarade communiste), le chemin s'annonce bien escarpé et pentu qui mène au divorce, nécessaire a priori (quoique...) à leur stratégie de "rassemblement antilibéral", de Hollande et de son technocraticocapitaliste ami !

(1) François Hollande et son sulfureux attaché de presse... (Médiapart) et Ces «repentis» qui repassent à gauche Ce dernier article est une reprise d'un papier de Mediapart par le site de la pourtant tout aussi social-libérale Ségolène Royal. Opportunisme carriériste, quand tu les tiens...

(2) Après avoir promu l'austérité mitterrandienne dans le cabinet du ministre de l'industrie, du commerce extérieur et de l'aménagement du territoire de l'époque et contribué jospiniennement à introduire la France dans l'euro, Jean-Pierre Jouyet fut l'un des initiateurs et signataires de l’appel « des Gracques », les blairistes français, en faveur d'une alliance PS-UDF pendant la campagne présidentielle de 2007. Avant de rallier Sarkozy...et enfin de revenir vers le PS, avec l'espoir de devenir secrétaire général de François Hollande à l'Elysée ("un poste qui ne se refuse pas" avoue-t-il) !

(3) Europe: un pacte qui ne résout rien

...........dernière minute ce 13 décembre...............

Sur les retraites, François Hollande fait, sans surprise au demeurant, du Sarkozy : François Hollande confirme qu'il écarte le retour à la retraite à 60 ans (Le Monde) C'est Jouyet qui est content...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa