ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2022

ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

Vaccination et mortalité COVID - Etude mondiale complète et Conclusion sans appel

Pour répondre aux critiques de partialité portées sur notre précédente étude, nous avons étendu l’analyse à l’ensemble de la population mondiale, hors Chine et petits Etats. Dans une très large majorité, les résultats sont confirmés : la vaccination massive ne protège pas des formes graves du COVID, aucun doute possible, sauf à faire preuve d’une foi inébranlable dans la parole médiatique.

ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Présentation des données générales

Illustration 1

Cette étude porte sur 80% de la population mondiale, et 155 états.(voir notre article précédent)

Les informations sur la Chine ne paraissent pas suffisamment fiables, et celles des pays de moins de 1 million d’habitants sujettes à caution (paradis fiscaux, ou zones très touristiques), nous ne les avons donc pas retenues dans l’analyse.

Les chiffres sur la mortalité concernent toute la période du COVID, de janvier 2020 à janvier 2022, soit 2 années complètes.

La médiane est un indicateur qui partage en deux la population étudiée : 50% de la population a un taux de vaccination inférieur à 46,6% et l’autre 50% supérieur. Idem pour les décès. En fait ce sont les données de l’Inde qui constituent la médiane.

A titre de comparaison, le nombre de décès du cancer est de 10,1 millions par an (soit 20,2 millions sur 2 ans), et celui des décès prématurés liés à la pollution de l’air de 6,7 millions par an (soit 13,4 millions sur 2 ans). Et on réintroduit des pesticides pour faire plaisir à la FNSEA !!

Population, Mortalité COVID, selon les taux de vaccination

Illustration 2

Dans le tableau ci-dessus, les 155 pays sont répartis en 4 groupes, fonction de leur taux de vaccination. L’Inde est traitée à part, du fait du poids de sa population et la France, en tant qu’exemple national.

Un constat clair « Tous vaccinés, tous protégés » est une contrevérité

Les pays les moins vaccinés connaissent le plus faible taux de mortalité COVID et c’est massif. Cela ne signifie pas que la vaccination entraîne des morts mais il apparaît clairement qu’elle ne protège pas, c’est une évidence qui ne peut être niée.

Les exceptions dans chacun des groupes

Moins de 20%, des données  assez homogènes.
Sur 44 pays, 2 seulement décrochent de la moyenne pour la mortalité Covid : La Namibie avec  161 décès et la Libye avec 89 décès.

De 20% à moins de 50%, des données  plus éclectiques et des écarts plus importants
Sur 44 pays, 14 décrochent de la moyenne, essentiellement des pays de l’Est, Bulgarie 452 décès, Moldavie 395 décès, Bosnie Herzégovine 394 décès …. Russie 213 décès … Serbie 186 décès.

En contrepartie, un grand nombre de pays de ce groupe de vaccination connaissent un taux moyen de mortalité bien inférieur à la moyenne.

De 50% à moins de 75%, des données quelque peu hétérogènes
Sur 43 pays, 4 pays décrochent de la moyenne, le Pérou 615 décès, la Hongrie 411 décès, la Croatie 321 décès.
3 autres pays se distinguent du groupe par une  faible mortalité, le Laos 6,8 décès, Taiwan 3,6 décès.

Et le Bhoutan est le symbole rêvé pour les tenants de la vaccination massive : avec un taux de vaccination de 74%, ce petit Etat niché au cœur de l’Himalaya, n’a qu’une mortalité que de 0,11 (soit 3 morts au total) . Sa population est de 2,7 millions habitants et ce pays bouddhiste maintient ses frontières fermées au tourisme de masse.

La France
Les données se passent de commentaires et invalident le discours ressassé depuis des mois sur les bienfaits de la vaccination massive et rendent inutiles les mesures de coercition prises pour forcer à la vaccination.

Plus de 75%, une population et un nombre d’états inférieurs de moitié à ceux des groupes précédents.
Le nombre de décès reste supérieur à celui des groupes de vaccination de moins de 50%.
Les écarts importants : Belgique 250 décès, Italie 233 décès, Chili 205n Espagne 191.
Tout à l’opposé se situent 2 pays de l’Océanie : Australie 10,3 décès, Nouvelle Zélande 1,0 !

Pour mieux comprendre ces constats, une deuxième approche a paru nécessaire, par continents et sous continents.

Taux de vaccination, Mortalité COVID, par continents et sous continents

Illustration 3

En fonction des tailles de population et du degré d’homogénéité des données, nous avons dégroupé certains  continents. Pour l’Union Européenne, 2 pays de moins d’un million d’habitants ne figurent pas dans la liste : Luxembourg et Malte (voir nos critères plus haut).

Une tendance générale nette confirmant l’absence d’impact de la vaccination

L’Afrique, l’Asie (hors Asie de l’Est), les Antilles, concentrent 69% de la population étudiée et sont caractérisés par un taux de vaccination variant entre 10% et 52% et un nombre de décès inférieur à 78 pour 100 000 h.

A l’opposé, l’Amérique du Nord et du Sud et L’Union Européenne représentant 22% de la population étudiée sont caractérisés par un taux de vaccination supérieur à 60% et un nombre de décès supérieur à 200 pour 100 000 h.

L’Europe hors UE, se distingue par un taux de vaccination plus faible (51%) et un mortalité COVID élevé.

Deux exceptions à la tendance

L’Océanie : une mortalité très faible et un taux de vaccination élevé, mais la corrélation est loin d’être générale car un des 3 pays de ce continent est La Papouasie Nouvelle Guinée (9 millions h) qui déroge à la moyenne : 7,5% de vaccinés, 7 morts pour 100 000 h.

L’Asie de l’ Est inclut 4 pays dont le Japon : avec une population de 126 millions habitants, il fait figure d’exception parmi les pays développés : un taux de vaccination de 79%, et seulement 15 décès pour 100 000 h.

En conclusion

L’analyse exhaustive mondiale par pays permet d’affirmer, sans aucune réserve,  que la vaccination massive n’est pas la solution. Certains vont arguer du fait que l’Afrique n’a pas vraiment compté ou déclaré ses morts COVID, rappelons qu’au moment du Sida, les pays d’Afrique n’avaient pas hésité à alerter sur les conséquences catastrophiques de la maladie. En outre le phénomène est massif.

Une étude détaillée par pays permettrait de déterminer les facteurs expliquant les différences constatées, le climat, la géographie, les système de santé, les choix dans la prévention, la structure par âge de la population, les habitudes alimentaires et l’obésité, les comorbidités …

Cette pandémie prend ses racines dans le système de production capitaliste et ses conséquences écologiques, et la combattre doit commencer par un changement radical dans l’exploitation de la planète, mais aussi dans l’immédiat par une mise à l’écart du lobbying des laboratoires pharmaceutiques dans les prises de décisions des autorités.
La levée des brevets reste cependant une priorité, afin de laisser la liberté de choix  à toutes les populations.

Sources :
https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/dashboards/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6
World • PopulationData.net

Nos bases de données PDF sur les 155 pays, triées en fonction du taux de vaccination, et du continent peuvent être envoyées par mail sur simple demande.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte