arrad
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2017

Petit conseil à Mélenchon concernant le SALAIRE A VIE (Et non revenu de base!!)

L'intervention de Mélenchon chez Mazerolle (15/01, LCI) a été catastrophique s'agissant du revenu de base (confondu avec le salaire à vie proposé par B. Friot). Petits conseils d'un militant du salaire à vie... NB: le sujet n'est pas tant Mélenchon, mais le salaire à vie et sa finalité. Plutôt que de s'invectiver sur les propos de JLM, débattons du fond et du salaire à vie dans la fraternité

arrad
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Concernant son intervention sur le revenu de base, Mélenchon a répondu par une confusion qui n'est pas symbolique : le revenu de base serait le salaire à vie de Friot. Aïe Aïe Aë.

Non, le revenu de base est une invention purement libérale, développée par Milton Friedman. L'idée du revenu de base est de donner un minimum de misère à l'ensemble de la population pour se débarasser des systèmes de réductions des inégalités sociales institutionnalisés, à savoir la sécu. Le revenu de base est donc un montant mensuel donné à tout le monde, qui vient s'ajouter au salaire perçu pour un emploi. Vous perdez votre emploi, vous avez toujours cette part de revenu. 

Le problème de ce système est qu'il n'est pas viable sans supprimer la sécurité sociale et surtout, qu'il fait porter par la collectivité une part des rémunérations normalement versées par les entreprises (puisqu'on supprimerait les cotisations sociales, donc on réduirait la part de la valeur ajoutée revenant aux salariés). Bref, le rêve libéral absolu.

A ce modèle s'oppose le modèle de la sécurité sociale française : il consiste lui à subvenir aux besoins des individus quelle que soit leur condition. A savoir : logement, santé, protection des enfants, maintien des salaires après perte d'emploi. Ce modèle est antilibéral au possible : les cotisations sont prélevées directement sur la valeur ajoutée sans que l'entreprise ne puisse avoir aucun contrôle dessus. Les citoyens captent ainsi 1/3 du PIB sans que le capital puisse y redire. Révolutionnaire. J'en parle plus en détail ici d'ailleurs : Rapide mise au point sur la sécurité sociale et l'entreprise

Revenons à Mélenchon...

Sa réponse sur les questions concernant le revenu de base donne l'impression qu'il n'y a pas compris grand chose. Ce qui risque de rendre encore plus difficile la tâche de vulgarisation.

Je propose donc ici ma propre vision du salaire à vie et de la façon dont on peut le vulgariser en 5 min.

De mon point de vue, il suffirait  d'abord qu'il évoque des institutions qui existent déjà (convention collectives, sécurité sociales, conventions administratives paritaires). Ces institutions sont des acquis importants qui donneraient accès au salaire à vie sans nécessiter de grands chamboulements.

Ensuite il faut donner l'idée générale du salaire à vie, à savoir : rémunérer tout le monde avec un salaire dès la majorité, que ce salaire soit gardé même après perte d'emploi (chômage intégral) et que ce salaire ne soit plus négocié avec le patron mais définit par des règles communes établies par des commissions paritaires (évaluations par les pairs, par les autres salariés du même corps de métier ou pas d'ailleurs). 

Et de demander (ça marche à tous les coups) : "est-ce que ça te plaît de négocier ton salaire tous les ans avec ton patron ?" (sachant qu'il faut déjà réussir à rentrer dans le processus de négociation...). En général peu de travailleurs aiment ce moment délicat qui souvent doit être amené par le salarié lui-même et impose un rapport de force entre le patron (qui a le pouvoir in fine) et son salarié qui ne peut pas trop broncher dans la situation actuelle de chômage de masse (combien de fois ai-je entendu, "si t'es pas content il y en a 10 qui attendent ta place dehors"). 
ça c'est pour l'idée générale. 
Ensuite pour la mise en oeuvre, c'est tout bête. Au lieu de gérer l'économie à l'échelle de l'entreprise, on la gère à l'échelle du groupe d'entreprise. On met en commun les budgets de plusieurs entreprises (échelles restant à définir) qui mutualisent les coûts directs, les salaires et les investissements. Tout est mis dans un pot commun et ce pot commun est redistribué après décision des salariés eux-mêmes (soit par décision directe, soit par réprésentation par un collège élu, soit par désignation de représentants des entreprises, les scénarios sont multiples). C'est la notion de caisse de sécurité économique : les entreprises contribuent à hauteur de leur chiffre d'affaire et bénéficient en fonction de leurs besoins réels. C'est un moyen de casser le fonctionnement actuel hégémonique de certaines entreprises sur leurs fournisseurs, clients et sous-traitants.
Pour y parvenir, la première condition est de faire évoluer les entreprises vers un modèle totalement différent, où les salariés sont actionnaires majoritaires de l'entreprise. Et ca aussi ça existe déjà et ça marche du tonnerre ! ça s'appelle les SCOP et leurs performances sont bien meilleures que les entreprises classiques. Malheureusement, les média ne nous parlent que des SCOP montées sur des entreprises en difficultés qui forcément démarrent leur vie d'un très mauvais pied. 

Voilà un projet qui en jette et donne envie de vivre dans la société de demain ! Et un projet très réaliste car déjà réalisé à 30 % !

Alors même s'il est difficile de faire changer l'intégralité du système en 5 ans, il y a une réelle possibilité de l'expérimenter dès demain à plus ou moins grande échelle. Par exemple avec des TPE et des travailleurs indépendants qui mutualiseraient leurs salaires et leurs investissements et retrouveraient un statut salarié. Je suis le premier preneur et je sais que je ne suis pas le seul.

Et c'est peut-être là l'avenir du désir d'insurbordination de beaucoup de jeunes et moins jeunes. Le droit à travailler librement en étant seulement évalué par ses pairs et en ayant la garantie d'être payé quelle que soit sa condition (de production, de santé, de vie quoi...).

Une belle alternative à l'ubérisation de la société de mon point de vue, qui favoriserait l'émancipation des travailleurs !

Plus d'infos ici sur le salaire à vie

Avec 3 très bonnes vidéos : 

- Celle d'Usul, qui est géniale,

- Celle du Réseau Salariat, qui n'est pas mal non plus, mais plus classique et technique

- Cette intervention décapante de Bernard Friot à CSOJ

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart