Loïc Prud'homme à l'assemblée, les citoyens ont gagné! Et la suite maintenant?

Loïc Prud'homme, insoumis de Gironde est donc élu ! Grand soulagement dimanche soir ! La stratégie citoyenne, locale, horizontale, décentralisée, populaire a enfin porté ses fruits et amène un travailleur comme des millions en France sur les bancs de l'assemblée ! Et maintenant, quelle suite donnons-nous à notre engagement local ? Je donne ici une proposition succincte, soumise au débat !

C'est d'abord l'occasion pour moi de revenir sur mon témoignage précédent : oui la France Insoumise de la 3ème circo de Gironde est organisée comme un groupe autonome qui définit ses propres objectifs, ses propres méthodes de conquête populaire du pouvoir.

J'en témoignais déjà ici : https://blogs.mediapart.fr/arrad/blog/180517/ce-quil-faut-voir-de-la-france-insoumise-au-dela-de-melenchon

Et je maintiens ce témoignage.


Maintenant la suite doit se préparer sans trop attendre.

Discipline, d'accord, mais définie par le peuple pour le peuple !

Nous devons commencer par imposer une organisation citoyenne de notre groupe à l'assemblée. Mélenchon veut de la discipline ? Soit ! Mais posons nous la question de l'origine des ordres et de leur contenu !

Je suis donc pour une discipline soumise aux décisions des militants. Avec 2 instances de décision : l'une nationale pour les questions stratégiques, l'autre locale pour tout ce qui a trait au travail parlementaire.

La coordination nationale citoyenne et populaire

Je propose que l'instance nationale désigne par exemple le secrétaire du groupe parlementaire, propose les enquêtes parlementaires, proposent les orientations d'utilisation des enveloppes parlementaires (ce qui est interdit par exemple).

Des groupes locaux impliqués qui accompagnent l'élu dans son travail parlementaire

Je propose que les militants locaux (circo élue + alentours + quiconque souhaite s'y joindre) s'implique directement dans le travail parlementaire. D'une part en anticipation des travaux à venir (implication du député dans une commission, prise de paroles dans les QAG, lecture des lois avant vote, propositions d'amendements), d'autre part en suivi du travail réalisé : explication des lois votées, des amendements retenus, impact sur la population à l'échelle nationale et locale, publication de communiqués de presse locaux, publication de tracts sur le sujet, diffusion en ligne (réseaux sociaux, blog).

Ces groupes de travail locaux doivent découler des groupes existants : groupes insoumis locaux et groupe de soutien de circonscription. Vu l'ampleur du travail, le groupe de circo pourrait décider d'un découpage des activités entre les groupes locaux qui pourraient soit se voir attribuer une thématique précise, soit être simple coordinateur en laissant quiconque le souhaite s'impliquer dans la thématique.

Ces groupes de travail pourraient également désigner des experts sur certaines thématiques et organiser des auditions publiques. Il me semble tout à fait envisageable que ces experts soit rémunérés s'ils participent effectivement au travail parlementaire (rédaction de lois et d'amendements, mise en relation avec les acteurs concernés, rédaction de rapports d'enquête). Nous pourrions décider d'une attribution de l'enveloppe parlementaire pour ce genre de travaux sous contrôle citoyen.

Donner le droit et les moyens aux citoyens de s'impliquer dans la travail parlementaire

L'objectif n'est pas de tout couvrir, mais de permettre à ceux qui veulent s'investir sur une question particulière de pouvoir le faire avec les moyens adéquat et de façon mutualisée.

Nous pourrions nous reposer sur des outils collaboratifs comme les framapad ou le discord local. 

Renforcer la participation des classes populaires dans le mouvement

Par ailleurs, j'estime nécessaire de maintenir notre stratégie inclusive reposant essentiellement sur notre présence sur le terrain. En particulier dans les quartiers populaires qu'il faut motiver pour qu'ils viennent participer à ces actions avec nous.

Se connecter aux luttes locales

Enfin, je pense également stratégique que ces groupes locaux soit aussi moteurs de la mobilisation dans les luttes locales. En relayant de façon exhaustive les mobilisations à venir et en indiquant les agendas et les points de rassemblement. Les insoumis doivent être une force de soutien à la lutte locale et un relais parlementaire. Les 2 à la fois !

Les insoumis peuvent également être un point d'appuis pour les lanceurs d'alertes en prenant en main leur dossier, menant des enquêtes, analysant les situations et proposant des solutions concrètes. Les députés pouvant être des relais nationaux efficaces, en particulier quand il existe une connexion même indirecte entre les problèmes locaux et les lois nationales.

Avec un contre pouvoir réel

D'autant plus que l'existence d'un groupe parlementaire permettra de mener des enquêtes parlementaires en cas d'usage abusif de la force envers les manifestants et les classes populaires ! Nous avons là une arme qui va nous permettre de limiter les violences faites aux nôtres !

 L'urgence d'en discuter

J'en appelle donc aux insoumis à proposer leur propre vision de la suite à donner à ces élections ! Que vous soyez d'accord ou pas sur tout ou partie de ce que je viens de proposer, échangeons activement ces prochains jours afin de ne pas perdre de temps. Le calendrier législatif est très tendu, les ordonnances vont nous tomber dessus d'ici peu de temps. Il faut donc être prêts à la bagarre !

J'adresse cet appel en premier lieu aux copains militants de Gironde en particulier, car il serait dommage de ne pas rebondir très vite. Malgré la fatigue laissée par la campagne, il nous faut poursuivre notre mobilisation le plus tôt possible. ça peut même se faire sans impliquer directement Loïc dans un premier temps, pour lui laisser le temps de s'adapter à sa nouvelle vie. 

Bref, je laisse tout ça au débat !

A bientôt les amis !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.