Cyclistes «non grata»... à la SNCF?

C'est l'histoire d'un papa qui veut partir avec ses deux adolescents (14 ans) pour une rando à vélo, le long du Canal du Midi. Trois places dans le TGV et les billets pour trois vélos... « ah non, que deux places pour les vélos»... Ou alors, suggère l'agent au guichet «un des trois prend un autre train avec le vélo». Le genre de solutions, sans rire, à la SNCF (à l'image de ses performances?)!

Nous nous souvenons, il y a à peine quelques semaines, le virus aidant, plus rien ne serait comme avant, le nouveau monde allait éclore grâce à l'apprentissage du Covid, le président allait se réinventer et forcément nous avec... Ça c'était avant, on ne sait plus très bien avant quoi. En revanche on commence à savoir l'après... où tout semble revenir à l'avant, peut-être en pire, comme on l'entend déjà par-ci par-là.

La petite histoire du chapô me paraît significative de la façon dont au fond tout change -dans le verbiage- pour que rien ne change dans la réalité”.

Le discours sur le vélo Roi des transports”, dixit Mme Borne, quand elle était ministre de l'écologie, le plan vélo du gouvernement qui passe de 20 à 60 millions d'euros, l'ouverture de pistes cyclables partout (ou presque), parking à vélos temporaires et le summum, la célèbre rue de Rivoli (Paris) interdite aux voitures pour la priorité aux vélos et aux transports en commun.

Plus un forfait de 50 euros pour la remise en état d’un vélo au sein d’un réseau référencé de réparateurs. Qui n'a pas son vélo dans la France «une nation du vélo», s'exclamait Mme Borne?

Mais voilà, la SNCF n'est pas dans la veine de se réinventer... disons même que ça "l'emmerde"... de devoir s'occuper de ses clients-cyclistes. Alors que ça pourrait être une opportunité, vu l'intérêt justifié pour l'utilisation du vélo, de voir un regain aussi de clients vers le train.

Et l'ex-ministre qui s'est fait photographier sur un vélo pour Paris-Match, le journal-officiel des ministres, assurait que les négociations avec la SNCF progressent et que l'arbitrage est en cours. L'objectif est de publier le décret en septembre”, c'est à dire après les vacances... le service du train ne rimant pas avec au service de l'usager-cycliste.

Dans les TGV il n'y a donc que deux places vélos et les TGV à deux étages zéro vélos. Dans les TER un peu plus de place, un peu plus de facilité mais parfois (souvent disent certains) ça dépend de l'humeur du contrôleur (surtout quand il n'aime pas la petite reine).

Plan national Vélo 2014 – VeloChannel.com

“La SNCF perd les pédales”

C'est le titre du Canard Enchaîné de ce mercredi, qui rappelle que “depuis trois ans, les cyclistes demandent poliment que tous les trains, qu'il s'agisse d'un TER de 240 places ou d'un TGV de 1000, puissent accueillir un minimum huit vélos. De quoi par exemple, permettre à une grande famille d'aller pédaler tout son soûl pendant les vacances. Une famille par train, cela ne paraissait pas exagéré. Pure Provoc!

Et la SNCF, (qui fut publique et qui ne semble plus trop ouverte au public), selon le palmipède “pour elle «deux places par train», ou rien. Olivier Schneider, président de la Fédé des usagers de la bicyclette, qui regroupe 365 associations de bicycleux, explique : «La loi d'orientation des mobilités est sortie en décembre dernier. Le décret d'application, qui devait donner le nombre de places disponibles dans les trains pour voyager avec des vélos non démontés, était attendu début juillet. Visiblement, ça bloque».”

“Grand plan de relance pour le ferroviaire”

Il faut attendre septembre pour que nous soyons fixés sur l'arbitrage du gouvernement passées au crible de la direction de la SNCF!

En attendant, la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, promet un "grand plan de relance pour le ferroviaire" et "tous ceux qui font du transport en commun".

Et la voilà avec un discours volontariste, ce 9 juillet sur France-Info, "L'État ne laissera pas tomber tous ceux qui font du transport en commun, c'est la base aussi de la transition écologique, donc oui on va les soutenir, oui on va faire un grand plan de relance pour le ferroviaire, oui on va aider tous ceux qui prennent les transports en commun et on va faire en sorte qu'ils n'aient pas à payer les conséquences" de la crise.

Peut-être, qu'en attendant le “grand plan de relance pour le ferroviaire”, pourrait-elle prendre l'initiative d'un “petit plan” et faire de la place pour que chaque train puisse transporter au moins 8 vélos... y compris pour les vacances. La SNCF nous doit bien ça... et les petits plans font les grands projets!

Et pour Vélopolitain : un réseau cyclable, voir ici: “Aux vélos citoyens!”

Le 24 mai sur le pont de Neuilly, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne emprunte une des nouvelles pistes cyclables financées par l'Etat.

Le 24 mai sur le pont de Neuilly, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne emprunte une des nouvelles pistes cyclables financées par l'Etat. Virginie Clavières / Paris Match

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.