ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

725 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 avr. 2016

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Femmes de Djibouti: la grève de la faim s'arrête mais le combat continue!

Saluons le courage des femmes Djiboutiennes qui ont réussi à imposer le respect par leur détermination, contre le viol et l'impunité dans leurs pays, en tenant 19 jours de grève de la faim, à Arcueil dans le Val de Marne.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 C'est en fin d'après-midi de ce mardi qu'un point presse a été organisé à la Mairie d'Arcueil. La municipalité (dont le Maire est un inscrit de la Gauche Citoyenne) s'est rendue disponible pour l'occasion, ouvrant ses portes pour une cérémonie en quelque sorte, de reconnaissance du combat de ces femmes contre l'impunité des militaires violeurs et pour leur dignité de femmes.

 Pendant ces 19 jours, le local de Femmes Solidaires qui les a hébergé à Arcueil, en plein quartier du Chaperon Vert, a été visité par des élus (députées européennes, maires, ancien ministres), mais aussi des militants associatifs et du droit des femmes, notamment l'Amicale Panafricaine.

Il avait été question que Mme Rossignol, ministre du droit des femmes, leur rendre visite. On le dit, en secret, car elle aurait été empêchée, son directeur de cabinet à la dernière minute s'est décommandé (la réal-politique prenant le dessus...). C'est Mme Sparacino-Thiellay. ambassadrice des droits de l’Homme au Ministère des Affaires Étrangères qui finalement a fait le déplacement et a été accueillie par le groupe de femmes et les militantes de Femmes Solidaires. Sans doute un moment important pour qu'au niveau ministériel soient entendues les revendications qui ont été à l'origine de cette grève de la faim.

Cette entrevue a permis aux femmes Djiboutiennes d'obtenir quelques assurances qui se situent à l'échelle politique entre les États.

* Que la situation d’atteinte aux droits humains et les intolérables viols et violences massifs à Djibouti soit révélée dans le monde et dans les plus hautes instances européennes;

*  L’assurance que la question des violences commises contre les femmes, notamment des viols et de l’accès à la justice des victimes soit évoquée dans les échanges bilatéraux entre la France et Djibouti;

* Que l’Ambassadrice des droits de l’Homme continue à assurer un contact et un suivi régulier avec les ONG qui accompagnent les victimes de ces violences;

 * Grâce à leur courage sans faille, et le réseau qu’elles ont animé, elles sont en mesure d’annoncer la création d’un comité de suivi de ces plaintes constitué des premiers soutiens avec, entre autres Yvette Roudy, ancienne ministre, Marie-George Buffet, députée et ancienne ministre, Geneviève Couraud, présidente de l’Assemblée des Femmes, Marie-Christine Vergiat, députée européenne, Myriam Thiam, responsable de l’Amicale Panafricaine... ajoutons aussi, Jean-Yves Le Bouillonnec, député-maire de Cachan (c'est un des élus en France des plus cumulards, mais dans ce comité de suivi sa voix est à coup sûr utile).

Un comité de suivi pour poursuivre l'action

C'est peut-être un des aspects importants de l'engagement de Mme Sparacino-Thiellay, Ambassadrice des droits de l'Homme (et des Femmes, pourrait-on ajouter!), la création d'un comité de suivi qui, du fait de la détermination de ce groupe de femmes, disposera de légitimité pour suivre et interpeller les responsables politiques en France et en Belgique (qui composait la moitié du groupe). L’ambassadrice va recevoir une délégation des femmes Djiboutiennes avec le détail des dossiers à étudier et les faire suivre dans l'espoir d'un dénouement auprès de la Justice.

L'action se poursuivra également à l'échelle de la Belgique où une grève de la faim pourrait être une prochaine étape, qui semble déjà en préparation, pour poursuivre le combat engagé en France. C'est en effet au niveau européen que l'interpellation peut se faire (les États isolés et notamment la France, sont trop contraints par leurs intérêts diplomatiques et autres...).

Les deux femmes du groupe (dix à l'origine) qui avaient arrêté vendredi et dimanche derniers la grève de la faim par conseil médical, sont toujours suivies mais semblent récupérer favorablement.

Ces trois derniers jours ont été éprouvants pour les grévistes de la faim. D'une part l'attente de manifestation significative des autorités françaises, d'autre part l'accumulation des jours et la faiblesse des corps même si le moral était bon. Dimanche dernier, beaucoup de Djiboutiens de la région parisienne y sont allés et, grâce à l'information au journal du vendredi matin de France Culture, un certain nombre de voisins plus ou moins proches de la commune se sont également manifestés.

C'est à petite échelle que Mediapart en a pris part, l'actualité étant par ailleurs très abondante. Mais je pense que l'effort d'information c'est une des armes majeures pour tous ces combats qui dans le monde ou à côté de chez nous s'expriment avec leurs moyens, voire au risque de leur vie. Tel le colibri, c'est notre contribution.

* * *

Solidarité vs exclusion!

C'est un ajout, sans lien direct, mais qui me paraît significatif. La grève de la faim a commencé le 25 mars. Et le 31 mars, lors du conseil municipal d'Arcueil, alors qu'il était question d'une subvention pour commémorer le 150ème anniversaire d'Erik Satie dans la commune où il est enterré, une voix dissidente s'y est opposé.

C'est Denis Truffaut, un des trois élus FN de la commune, qui s'insurge traitant le compositeur de "lâche", "hypocrite", "médiocre", "illuminé". Il est contre à ce que "l'argent public serve à honorer un membre de parti communiste alcoolique".

Mon ajout s'arrête là: au même moment où un acte de solidarité réunissait un groupe de femmes en lutte pour leur dignité, un élu de la République exprimait sans détours la politique d'exclusion de ce qu'il représente! 

* * *  Précédent billet: le 7 avril 2016  14ème jour de grève de la faim des Djiboutiennes : soutenons les !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost