ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

689 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 mai 2022

‘‘9 jours et une vie...’’

C’est une exposition sur le déchirement... la photo déchirée mais aussi des vies séparées, oubliées, noyées ! Tout en gardant l’espoir d’une nouvelle vie dont les huit bâtons de marche, exposés, compagnons du chemin, peut-être guides...

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’exposition d’Isabelle Ferreira (*) c’est comme un tracé d’un chemin ancien, celui de la traversée des Pyrénées dont son père fut un des marcheurs des années 60/70. Des milliers de Portugais ont alors du quitter leur pays pour fuir la misère ou la guerre coloniale. Des migrants économiques qu’on disait. Des migrants politiques qu’on disait aussi. Des déserteurs qu’on ne disait pas car les polices portugaise et française n’en voulaient pas !

Et son travail de création c’est de partager avec nous l’émotion de cette aventure humaine, par des visages, des regards, des ‘‘déchirements’’ sur bois, morceaux irréguliers qui ajoutent à la force de l’image et la pertinence du propos dont Isabelle Ferreira nous invite avec cet émouvant poème ‘‘9 jours et une vie’’.

9 jours. Une vie
9 jours de voiture, de marche, de camion et de
marche encore
9 jours de faim, de soif et d’épuisement
9 jours à marcher, manger et dormir comme des
bêtes, avec les bêtes
9 jours. Une vie.
9 jours la peur au ventre, les pieds en sang
9 jours de routes, de sentiers, de rails, de cols,
de pentes, de montées
9 jours de clandestinité
9 jours. Une vie
9 jours aux mains des passeurs
9 jours. 2 frontières au péril de nos vies
9 jours à la merci des policiers
9 jours. Une vie
Ici, ailleurs
9 jours de calvaire pour fuir la misère
Hier, demain
9 jours de galère pour une vie meilleure
9 jours et une vie

Avec ces portraits Isabelle Ferreira  fait ainsi référence à la pratique de la photo déchirée. Comme un signifiant contractuel, de communication, de confiance, de réussite (attendue). Avant de quitter le village, celui qui part remet à sa famille une moitié déchirée de sa photo. Bien précieux qu’il ou elle, garde pendant tout le parcours, ces ‘‘9 jours et une vie’’ !

Remise au passeur à l’arrivée, c’est la preuve de la réussite (en tout cas du trajet) qui autorisera et obligera les proches à payer le solde de la traversée...

Nous percevons l’amplitude de cette traversée sur des tableaux de photos qu’on découvre sous des feuilles cartonnées noires, déchirées comme si l’essentiel était là, dans ces paysages inconnus qui confrontent toujours celui qui part sans trop connaître ni par où... ni jusqu’où !

Son ‘‘tableau de 8 minutes’’, vidéo réalisée pour une autre exposition, où l’artiste escalade un immense terril... m’a suggéré un dénivelé pyrénéen dont le migrant, non montagnard, grimperait jusqu’au sommet disparaissant de l’autre côté, justement dans on ne sait pas où, on ne sait pas quoi, qui est néanmoins ce qui anime l’espoir dans son projet!

Finalement on sort de l’exposition avec l’image de ces regards inconnus qui le sont aussi parce que nous les croisons souvent sans les voir, celles et ceux venus de quelque part que nos sociétés, déjà hier et encore aujourd’hui, ‘‘oublient de les accueillir’’... ou les refusent !

(*) Exposition  à la www.galeriemaubert.com
20 rue Saint-Gilles  *  75003 Paris  * tél 01 44 78 01 79

*  *

* * référence au dernier film de José Vieira nous-sommes-venus-ou-la-memoire-de-l-immigration présenté au Forum des Images et au Musée de l’Histoire de l’Immigration.

* * *Un film de fiction de Cristina Pinheiro a aussi abordé le thème de la photo dans /menina-le-mystere-de-la-photo-dechiree .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre